Livres
472 542
Membres
445 265

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Enfin je retrouve de l'intérêt pour cette série car les deux précédents tomes ne m'avaient pas convaincu et je me demandais si je continuerais la saga ou non... Mais dans ce volume, on fait la connaissance de deux autres personnages, des orphelins tout comme notre trio des enfants Baudelaire. Ces enfants sont des jumeaux (enfin étaient des triplés mais un malheur leur a arraché leur frère en même temps que leurs parents, destin funèbre qui a rapproché les 5 enfants.) Isadora et Duncan Beauxdraps, très attachants et lucides qui feront tout pour aider les orphelins Baudelaire au risque de se créer des ennuis à leur tour. Violette se rapprochera de Duncan, tandis que Klaus fera de même avec Isadora.

Ils ont apporté un peu de fraîcheur et de nouveauté à la saga, qui pour moi commençait à tourner en rond vu qu'il n'y a plus trop de surprise quant à deviner comment va se dérouler l'histoire. Alors même si l'humour noir qui caractérise la série est toujours au rendez-vous, au bout d'un moment ça ne suffit plus pour garder l’intérêt intact qui s’essouffle au fur et à mesure. Cette fois-ci les enfants Baudelaire, faute d'avoir trouvé un nouveau tuteur, se retrouvent en pensionnat et suivent une scolarité entourés d'enfants, ce qui les détourne considérablement de leur quotidien. Sauf qu'évidemment l'institut privé J. Alfred Prufrock qui fait office de collège et lycée n'est pas un lieu de tout repos pour nos pauvres orphelins, surtout que pour s'y reposer, faudrait-il encore qu'ils aient la chance de posséder une chambre adéquat et non de loger dans un petit cagibi infestés de crabes, de moisissures suintantes des murs et surtout de graffitis repoussants tel que des cœurs roses bonbon débordants de niaiserie.... Violette et Klaus peuvent intégrer les cours mais Prunille qui n'a pas l'âge requis pour entrer à l'école, sera embauchée comme secrétaire (trouvez l'incohérence là-dedans ?;p). Tout se passerait pour le mieux, enfin à peu près pour essayer de garder un peu d'optimisme à l'histoire, si un professeur de sport remplaçant l'enseignante, Mme Limande qui avait chuté malencontreusement d'une fenêtre du 3è étage (par un pur hasard, je tiens à préciser...) n'avait pas fait son apparition et comme un autre fait étrange, celui-ci a un petit quelque chose de familier avec un vilain malfrat bien connu de nos chers orphelins Baudelaire...

Par contre, dès les premières pages on fait la connaissance d'une certaine Carmelita Spatz, sale gamine arrogante, teigneuse, hargneuse, revêche et petite pimbêche comme elle était désignée dans le bouquin ^^' qui s'annonçait, je ne vais pas vous mentir, un excellent personnage enfin pour ma part ! Mais.... ça a fait chou blanc et totalement ! Cette gamine ne mérite pas autant d'adjectifs pour la décrire car elle n'apparaît quasiment pas dans le récit et ces rares apparitions sont ponctuées de la même réplique sans aucun attrait. Bref une grosse déception pour moi qui pensais réellement trouver en ce personnage, des passages avec des répliques cocasses. Sinon la fin se termine d'une façon différente cette fois-ci, enfin à quelque chose près, ce qui donne envie d'en découvrir davantage et forcément de lire la suite et ça redistribue un peu de vigueur à l'intrigue, ce dont il était temps.

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode