Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
727 614
Membres
1 063 631

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

On dit souvent que les choses pénibles deviennent moins pénibles avec le temps. Cette idée reçue a la vie dure, et pourtant c’est une arnaque.

Afficher en entier

Le matin est l’un des meilleurs moments pour réfléchir. On vient juste de s’éveiller, on est encore au lit, un peu entre parenthèses ; c’est le moment idéal pour contempler le plafond, revenir sur les jours passés, se demander ce que vont apporter les jours à venir.

Afficher en entier

Quelle est la différence, au juste, entre inquiet et anxieux ? Si cette grave question vous angoisse, le livre que vous avez en main est l’un des deux ouvrages au monde pouvant vous apporter la réponse. L’autre est évidemment le dictionnaire. À votre place, je lirais plutôt le dictionnaire.

Afficher en entier

Parfois les mots sont impuissants. Il est des situations si abominables qu’il serait vain d’essayer de les traduire en mots, en phrases, ou même en volumes entiers.

Afficher en entier

— Mon invention devait les sauver, dit-elle d’une voix mouillée, et maintenant Gunther les a repris pour les emporter au diable. Comme inventrice, je suis nulle. Et comme amie aussi.

Klaus jeta son fer à son tour et referma les bras sur son aînée.

— Tu es la meilleure inventrice que je connaisse, et ton invention était géniale. Simplement, ce n’était pas son heure.

— Tu veux dire quoi, au juste ? hoqueta Violette.

Elle était si tourneboulée qu’elle n’entendait même pas Prunille, qui avait jeté son fer et son gant pour lui tapoter la cheville en murmurant gentiment : « Nioc ! nioc ! », autrement dit : « Là ! Là ! Ne pleure pas ! »

— Je veux dire par là, répondit Klaus, que c’est comme ça, les inventions ; même géniales, il faut qu’elles arrivent à point nommé. C’est vrai pour tout. Pour qu’une chose ait du succès, il faut qu’elle tombe à pic. À l’instant propice, si tu préfères. En plus, tu n’y es pour rien, si l’instant n’était pas propice. C’est la faute de Gunther.

Afficher en entier

Pour Béatrice

Ma vie a commencé le jour où je t'ai rencontrée.

Un battement d'ailes plus tard, la tienne s'est achevée.

Afficher en entier

Ils savaient d'avance, tous les trois, qu'ils n'allaient sûrement pas dormir comme des bûches - à moins qu'il n'existe des bûches qui se tournent et se retournent en se posant des questions.

Afficher en entier

Pour Béatrice

Ma vie a commencé le joue où je t'ai rencontrée.

- Un battement d'ailes plus tard, la tienne s'est achevée.

Afficher en entier

Les enfants Baudelaire s'entre-regardèrent. Ils savaient fort bien _ et vous aussi, sans doute _ qu'il n'y a aucune raison particulière d'avoir peur du noir. Mais n'avoir aucune raison de craindre une chose n'interdit pas d'aimer mieux éviter la chose en question. Et les enfants ne tenaient pas à gravir seuls cet escalier sombre, dont la spirale de vertige se perdait dans les ténèbres.

Afficher en entier

Quand on connaît quelqu’un depuis longtemps, on est habitué à ses réactions, ses bizarreries, ces petites manies qui n’appartiennent qu’a lui – ses idiosyncrasies, comme disent les psychologues.

Afficher en entier