Livres
638 971
Membres
756 691

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Qu’on soit bien clairs, je ne te demanderai jamais de redevenir celle que tu as été jadis. À chaque cycle, tu as un caractère différent, parfois un physique différent, tu n’as pas les mêmes angoisses, les mêmes phobies. Pourtant, c’est plus fort que moi, je développe des sentiments à ton égard à chaque fois. C’est inévitable

Afficher en entier

Après quelques minutes, un type habillé en noir nous barre l’accès à la porte d’entrée. Derrière ses lunettes de soleil, je le devine en train de nous sonder. Je souris, histoire de dissimuler ma nervosité. J’espère qu’il ne va pas demander nos...

— Carte d’identité.

Zut ! À Brook de gérer. Elle connaît quelqu’un qui fait de faux papiers et qui lui devait un service. Elle les donne au vigile avec assurance.

— Les lunettes vous vont tellement bien.

Sa tentative de flirt reste sans effet. D’une voix emplie de sarcasme, le type lui rend les cartes.

— Elles sont fausses. Vous pensiez m’avoir ? Foutez le camp ! C’est pas pour les gamins, ici. Marre des gosses !

La déception me harponne le cœur, tout aussi violemment que la colère.

— Eh ! m’emporté-je. Vous n’êtes pas obligé de nous parler sur ce ton.

— Suivant !

— Non ! Laissez-nous une chance...

Le type ne me regarde même pas. Adon remarque mon désespoir et décide d’intervenir en ma faveur. Du moins, il essaie maladroitement.

— Faut participer à des orgies ou être camé pour rentrer, c’est ça ? Allez, on veut juste s’amuser un peu...

— J’ai dit non. Dégagez !

Afficher en entier

« Il existe des silences plus lourds qu’un son, et celui qui nous écrase en fait partie. »

Afficher en entier

"- Perséphone, soupire-t-il dans mon cou.

Il possède chacune de mes pensées, de mes cellules, chaque parcelle de mon âme. Il s'empare de la bouche, de mon libre arbitre sans aucun problème. Je m'accroche à lui, envahie par le besoin d'en avoir plus. Quand il cesse de m'embrasser, je remarque son sourire carnassier.

- Tu es à moi et aucune force, quelle qu'elle soit, n'y changera rien."

Afficher en entier

Hadès recule avec un rire agaçant. Même s’il ne me touche plus, mentalement, il m’enserre dans des griffes délicieuses que je refuse d’abandonner.

— Pourquoi tu fais cela, Hadès ? soufflé-je.

— J’ai besoin de savoir si je te fais autant d’effet qu’à moi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode