Livres
540 135
Membres
570 290

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Allons, allons. Tout le monde a ses petits secrets.

-Pas moi, ai-je menti.

-Il n'y a donc rien sous ton papier kraft?

-Non. Juste une autre couche de papier, j'imagine.

Dans un sens, cela ne m'aurais pas déplu.

-Tu est comme un oignon, si je comprend bien?

-Plutôt comme une bonne vielle pomme de terre.

attrapant une frite, elle l'a examinée.

-Ethan Wate n'est pas une vielle pomme de terre. Cher monsieur, vous êtes une frite.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chrissy 2012-04-22T18:48:56+02:00

Ridley était peut-être comme la varicelle : on ne l’attrapait qu’une fois dans sa vie

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chrissy 2012-04-22T18:48:43+02:00

On pardonne aisément à l'enfant qui a peur du noir.

La vraie tragédie de la vie, c'est quand les hommes ont peur de la lumière.

Afficher en entier

Je lui ai montré l'accès arrière du chapiteau. John Breed y était toujours posté, ravi de son ouvrage, ses prunelles vertes rivées sur l'estrade. Yeux verts ou pas, ce type ne faisait pas partie des gentils. Sur la scène, Link balayait les vers et les insectes qui grouillaient sur sa mère, laquelle avait succombé à une hystérie totale. Je me suis rapproché.

- Au secours ! s'est époumonée Mme Snow

Afficher en entier
Extrait ajouté par Liv_Elea 2014-03-10T19:37:08+01:00

''Un rire creux dans des halls de marbre''

Afficher en entier
Extrait ajouté par Punchina 2013-09-25T21:22:32+02:00

"Une vie en échange d'une autre. Un marché différent."

La mienne contre celle de Macon.

Tout était clair maintenant. L'attitude de Lena ces derniers mois, la distance qu'elle avait mise entre nous, l'isolement dans lequel elle s'était enfermée, les reproches qu'elle s'était adressés pour la mort de Macon.

C'était vrai. Elle l'avait tué.

Pour me sauver.

J'ai repensé à son calepin et à la page envoûtée que j'y avais découverte. Qu'avaient raconté les mots? Amma? Sarafine? Macon? Le livre? La véritable histoire de cette nuit-là. Je me suis rappelé les poèmes qu'elle avait écrits sur ses murs. "Personne le défunt,/Personne le vivant." Deux faces d'une même pièce de monnaie. Macon et moi. "Rien de ce qui est vert ne perdure." Des mois plus tôt, j'avais cru qu'elle avait commis une erreur en citant ce vers de Frost. Sauf que, bien sûr, ce n'était pas le cas. Elle parlait d'elle-même.

J'ai repensé à la souffrance qu'elle paraissait éprouver quand elle me regardait. Pas étonnant qu'elle se soit sentie coupable. Pas étonnant qu'elle se soit sauvée. Supporterait-elle un jour de me regarder de nouveau? Lena avait fait tout ça pour moi. Ce n'était pas ça faute.

C'était la mienne.

Afficher en entier
Extrait ajouté par flora34 2013-07-27T20:04:05+02:00

" Depuis l'anniversaire de Lena, j'en savais plus sur les périls que n'importe quelle bibliothécaire, gardienne ou non. Je ne lui en voulais pas d'avoir la frousse. Il aurait fallu être idiot pour ne pas l'avoir - aussi idiot qu moi .

Afficher en entier

"Lorsqu'on est assis dans le noir, il se passe un truc qui vous rappelle combien le monde est vaste, et combien nous sommes loin les uns des autres."

"Parfois, les choses paraissent plus proches qu'elles ne le sont en réalité. "

Afficher en entier

"Tu survis, pour peu que quelqu'un t'assure que tu survivras."

Afficher en entier

-Link, a-t-elle murmuré. Est-il...

Je me suis agenouillé près de lui. La branche qui lui était tombé dessus s'était évanouie dans l'air, mais iil gémissait de souffrance. Il paraissait impossible qu'il soit blessé, qu'aucun de nous ne le soit, puisqu'il ne restait pas de trace des événements. Pourtant, son bras était violacé et enflé, deux fois plus gros que la normale, et son pantalon avait été déchiré.

-Ridley ? a-t-il demandé en ouvrant les yeux.

-Elle va bien. Nous allons tous bien.

J'ai agrandi l'accroc de son froc. Son genou saignait.

-Qu'est-ce que tu mates ? a-t-il tenté de plaisanter.

-Ta vilaine figure, ai-je riposté en me penchant vers lui afin de vérifier qu'il n'avait pas le regard flou.

Lui aussi allait s'en tirer.

-Eh, tu ne vas pas m'embrasser, hein ?

J'étais si soulagé que j'aurais pu.

-Tends tes lèvres, chéri.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode