Livres
461 470
Membres
417 847

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Tu es un pauvre crétin de rustaud si tu crois ça, finit-elle par répondre d'une voix hésitante.

Il se pencha vers elle, appuya son front contre le sien.

- Est-ce qu'un rustaud a le droit de faire ça ?

Il l'embrassa le plus délicatement possible.

- Oui. Et ça aussi.

Elle se colla à lui, plaqua sa bouche à la sienne avec une ardeur presque violente.

[Link et Ridley]

Afficher en entier

- T'es sûr qu'il est cool ? Qu'il n'aura rien contre ? murmura Link en effleurant la porte en chêne sculptée.

Je n'eus pas le loisir de le renseigner à ce sujet, car le battant s'ouvrit. Macon se tenait sur le seuil et nous couvait de ses prunelles vertes d'Enchanteur de la Lumière.

- Personne n'est plus cool que moi, comme vous dites, monsieur Lincoln. Surtout en cette période de canicule.

Afficher en entier

À l’étage, dans la chambre de Link, ce n’était pas la joie.

Enfin, il en était toujours allé ainsi, puisque sa mère lui avait interdit d’y modifier quoi que ce soit depuis ses huit ans. D’après elle, le papier peint pouvait tenir encore une décennie et, au demeurant, tout bon baptiste sait que la vanité est œuvre du diable. Résultat, la frise aux couleurs de La Guerre des étoiles continuait de border le plafond. Dark Vador avait tendance à peler sur le crucifix orné de l’arche de Noé et de ses animaux. Les trophées de basket, dont les plus anciens remontaient à l’école élémentaire, s’alignaient au-dessus des coupes gagnées lors de diverses rencontres sportives.

Et, au cas où quelqu’un aurait eu des doutes, une affiche de camp scout proclamait : God Wants You.

Afficher en entier

Je t'aimerai jusqu'au lendemain de toujours.

Afficher en entier

" Je l'ai embrassée, plaquant mon corps contre le sien pour n'en former plus qu'un. Comme si nous étions destinés l'un à l'autre. Nous l'étions, quoi que l'univers ou mon coeur battant trop vite aient à y redire. J'ai senti mon énergie me déseter, ce qui n'a que renforcé le désir qu'avait ma bouche de la sienne. Elle s'est écartée avant que la crise cardiaque ne me menace.

- Mieux vaut s'arrêter là, Ethan.

Avec un soupir, j'ai roulé sur le dos, une main encore emmêlée dans ses cheveux.

- Nous n'avons même pas commencé, ai-je râlé."

Afficher en entier

L’étrangeté malsaine des événements m’a soudain accablé. L’été, d’abord. La mort de Macon, Lena qui s’était comportée en étrangère, sa fuite avec John Breed, loin de moi. Puis ce qui s’était ensuivi et ce qui avait précédé ma rencontre avec Lena – ma mère qui n’était pas rentrée à la maison, ses souliers abandonnés là où elle les avait laissés, sa serviette encore humide de sa douche matinale. Sa moitié de lit intouchée, l’odeur de ses cheveux sur l’oreiller. Le courrier à son nom qui avait continué de nous parvenir.

Bref, la brutalité de tout cela. Sa permanence, aussi. La réalité de la vérité et la solitude qu’elle impliquait : la personne la plus essentielle de votre vie cessait tout à coup d’exister. Ce qui, les mauvais jours, supposait qu’elle n’avait jamais vraiment existé. Les bons jours, c’était une autre crainte qui prédominait : on avait beau être certain à cent pour cent qu’elle avait existé, il se pouvait qu’on fût le seul pour qui cela eût de l’importance ou qui s’en souvînt.

Afficher en entier

" L'un des plus gros trucs ayant eu lieu cet été là, en dehors de la canicule qui n'en finissait pas et des criquets répugnants qui n'arrêtaient pas de criqueter et de répugner, a été l'arrivée d'un Linkube - un Link devenu un incube - dans un Gatlin qui ne se doutait de rien. Elle aurait mérité la une du stars and stripes, cette histoire encore jamais narrée. Heureusement d'ailleurs."

Afficher en entier

La phrase hantait l'esprit de Link, encore et encore.

Il se leva et s'approcha d'un cendrier, dans lequel une pipe fumait toujours. Il la vida de ses braises. Obidias Trueblood n'en aurait plus besoin. Puis Link tira de sa poche l'épaisse enveloppe couleur crème. Cela non plus, le défunt Enchanteur n'en aurait plus l'usage.

Il contempla l'écriture de Macon. Cette lettre n'était pas pour lui. Il en avait conscience. Toutefois, son destinataire venait de mourrir. Il déchira l'enveloppe, s'entaillant au passage le doigt sur le rebord du papier. Il sortit une carte, que son sang tacha. Il la fixa un long moment, les doigts tremblants.

Le carton était totalment vierge.

-Impossible!

Ses teux firent la navette entre le prétendu courrier et l'Enchanteur décédé. Il n'y avait pas de lettre. Il n'y en avait jamais eu. Ou du moins, ce message de Macon Ravenwood n'était pas destiné au vieillard mort. Il était adressé à Link -même lui le comprenait à présent.

Si cela tenait lieu de test, il espéra l'avoir réussi. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais, comme on dit, il y a un début à tout. Par ailleurs, Link savait que, cette fois, l'enjeu dépassait des cours de rattrapage estivaux.

Largement, même.

Afficher en entier

Il souleva la trappe d'une seule main, comme s'il retirait juste le couvercle d'un Tupperware. Son bras avait guéri à une vitesse supersonique.

- Plutôt cool, non ? Tu veux que je recommence ?

Sans me donner le temps de répondre, il laissa retomber le panneau. Un nuage de poussière monta du sol, déclenchant mes quintes de toux.

- Merci, mec.

- A ton service.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode