Livres
506 270
Membres
514 423

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Enfants perdus de St Margaret



Description ajoutée par TERVERCHANTAL 2020-02-02T13:26:48+01:00

Résumé

1956. Ivy Jenkins s'apprête à donner naissance à son premier enfant. Mais la société puritaine britannique des années 1950 ne lui permettra pas de profiter de ce bonheur. Abandonnée par son amant, répudiée par sa famille, elle est internée de force à St Margaret, un couvent pour mères célibataires. Très rapidement, l'institution la sépare de son bébé.

2017. Samantha Harper, une jeune journaliste, tombe sur des lettres déchirantes qui révèlent les terribles conditions de détention d'Ivy Jenkins à St Margaret. Au fil de ses recherches, elle découvre une série de morts suspectes. Alors que le couvent est sur le point d'être démoli, il ne lui reste plus que quelques heures pour faire éclater la vérité. Avant qu'elle ne soit ensevelie à jamais.....

Un premier roman suffocant, inspiré de faits réels, qui mêle avec brio mystère et suspense. Aussi émouvant que dérangeant, Les Enfants perdus de St. Margaret s'est vendu à plus de 350 000 exemplaires dans le monde.

(Source : Préludes)

Afficher en entier

Classement en biblio - 10 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2020-05-21T23:52:26+02:00

Quand on perd quelqu'un, on croit qu'on va juste regretter ses bons côtés, mais c'est faux. En fait, on regrette tout. Le bon et le mauvais.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Un roman passionnant qui mêle vérité historique et enquête policière.

L'auteure se base sur des faits véridiques : les institutions tenues par les Magdalen's sisters, les soeurs de Ste Margaret, qui, jusque dans les années 70, "accueillaient" la lie de la société féminine : filles-mères, violées, trop "aguichantes", bref trop libres, gênantes ou trop naïves. Et cela avec énormément de charité. Excusez mon ironie, ces institutions traitaient leurs pensionnaires en esclaves et en moins que rien. L'auteure va même plus loin en parlant des expériences scientifiques menées sur des enfants abandonnés là quand ils n'avaient pas la "chance" d'être adoptés, comprenez arrachés malgré elles à leurs vraies mères.

J'avoue que tout ces excès me révoltent d'autant que cela est tout récent.

Le roman démarre très fort autour d'une des victimes de Ste Margaret, Ivy, qui reviendra tout au long du roman.

L'héroïne, Samantha, est journaliste. Par hasard elle tombe sur des lettres qui la ramène à Ste Margaret. Entre temps nous voyons une autre femme évoluée, Kitty, avec des flashbacks récurrents des années 50 à 70.

Qu'est ce qui relie tous ces événements et ces personnages ? J'avoue m'y être un peu perdue au début d'autant qu'il y a des flashbacks qui se déroulent à des périodes différentes. Mais ça vaut vraiment le coup de faire un petit effort de mémoire car le livre est captivant de bout en bout.

Petit à petit, les fils se demêlent et l'incroyable vérité apparaît.

Je vous conseille vraiment ce roman car c'est non seulement une très bonne enquête policière mais cela rappelle aussi des événements dramatiques qui se sont déroulés derrière les murs de ces institutions et la façon dont les femmes étaient traitées jusqu'à encore tout récemment.

➡Pour continuer sur le sujet je vous conseille le film The Magdalen's sisters de Peter Mullan (si ma mémoire est bonne ) qui raconte l'histoire de 3 de ces jeunes femmes enfermées dans une de ces institutions : l'une a eu un enfant hors mariage, l'autre, orpheline, est jugée trop aguichante, et la 3ème a été victime d'un viol. Un film sidérant basé aussi sur des histoires vraies

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marggaux 2020-04-14T19:11:07+02:00
Or

On est en Angleterre, sur deux espaces-temps : les années 1950 et de nos jours.

On va suivre le récit de Ivy Jenkins, sous forme de lettres bouleversantes.

En 1956, son 1er enfant va naître... mais à l’époque, être mère-célibataire est impossible. Elle va donc être internée de force à St. Margaret, un couvent dans lequel l’horreur côtoie le quotidien : travaux forcés des femmes enceintes, bébés arrachés à leurs mères, obligation de signer un renoncement aux enfants qui leur sont enlevés.

En 2017, Samantha Harper, journaliste, va découvrir l’histoire bouleversante d’Ivy grâce à une lettre qu’elle trouve. Elle aussi mère-célibataire, mais à une autre époque, cette découverte va résonner fortement en elle..

Elle va être intriguée par ce qu’Ivy révèle sur ses conditions de vie... et va mener l’enquête sur une série de morts suspectes.

Le couvent va être démoli... il ne lui reste à peine 2 jours pour faire éclater la vérité et comprendre pourquoi les personnes impliquées vont disparaître... vengeance? Culpabilité?

Ce roman est d’autant plus touchant qu’il est fortement inspiré de faits réels... Il raconte une histoire émouvante car elle remue des sentiments tellement intimes en abordant des thématiques telles que la maternité, la maltraitance voire la cruauté , la séquestration... et fait part des règles de moralité et de « bonnes mœurs » auto édictées.

C’est également dérangeant et triste...

L’écriture est fluide et plutôt originale puisque l’auteur a choisi de nous montrer les événements à travers le prisme de chaque personnage. C’est plutôt bien fait sans aucune redondance.

On suit une enquête qui nous transporte des années en arrière dans la société de l’époque.

L'avez-vous lu ?

Afficher en entier
Diamant

Cette histoire est une fiction mais les faits qui l’ont inspirée sont eux bien réels. L’horreur vécue par ces femmes et ces enfants, les sévices infligés par ces hommes et femmes d’églises au nom de Dieu, tout cela a véritablement eu lieu.

Dès les premières pages j’ai été prise par l’intrigue. Ce roman noir qui nous dépeint l’horreur et toute la noirceur de vies vécues par des femmes qui voulaient juste donner la vie.

L’ambiance est oppressante dans les faits passés et urgente dans le présent. Le temps est compté pour découvrir ce qui est vraiment arrivé, pour que la vérité éclate avant qu’il ne soit trop tard. Un passé qui a rendu fou et des nombreuses morts suspectes qui en découlent. Les révélations et explications sont apportées avec juste mesure et tiennent le lecteur d’un bout à l’autre.

Une lecture dont je ressort chamboulée. Comment peut-on ne pas être un soutien pour une femme qui va donner la vie? Mais surtout, comment peut-on obliger une jeune mère à abandonner son enfant? En tant que femme mais aussi en tant que maman je me suis sentie révoltée.

Un roman noir, un thriller historique, qui m’a tenue en haleine d’un bout à l’autre. Des femmes et des enfants qui m’ont touchée et des gens d’Eglise pour lesquels je n’ai pu ressentir qu’un profond dégoût, pire que la haine. Un roman qui va me rester longtemps en mémoire.

Afficher en entier

Sam, jeune maman fraîchement divorcée, est journaliste. Elle élève seule sa fille et vit avec sa grand-mère. Elle découvre chez celle-ci des lettres d'une jeune femme, Ivy, qui fut envoyée dans un Couvent pour jeunes femmes dans les années 50 car elle était enceinte. Une situation inadmissible à l'époque dans une société britannique puritaine. Ces lettres s'adressent à son amoureux, elle lui raconte sa vie au quotidien, l'appelle au secours. Sam va enquêter sur cette jeune femme. Elle découvre de nombreuses morts suspectes et décide de découvrir la vérité avant la démolition du Couvent.

Emily Gunnis nous emmène dans un roman à la fois poignant, difficile car il touche un sujet extrêmement sensible, celui de la maltraitance physique et psychologique de jeunes femmes sous couvert de la religion, mais aussi dans un thriller haletant où le suspense est roi. Un savant mélange qu'elle a su mener de main de maître. Cette lecture est compliquée, on se pose beaucoup de questions sur le milieu ecclésiastique de l'époque, sur la société de l'époque, toutes nos convictions sont ébranlées car ce roman s'inspire de faits réels. Les jeunes femmes enceintes étaient enfermées entre les murs de couvents, jusqu'à la naissance de leurs enfants puis devaient les abandonner de force ensuite. Leur maternité menaçait l’ordre social, moral, le mariage étant le seul cadre légitime existant.

L'auteur écrit d'une plume fluide, décrit tout avec force détails ajoutant à l'horreur de la situation. On alterne entre le présent avec Sam et le passé avec Ivy qui raconte son histoire. Kitty, celèbre présentatrice tout juste retraitée, se remémore son enfance. Son chemin va alors croiser celui de la journaliste. On s'attache rapidement aux personnages. Ivy est tombée amoureuse, elle a cru au joli conte de fée, s'est fait berner et a payé le prix fort. Elle décrit dans ses lettres les sévices subies, les femmes doivent travailler du matin au soir pour payer leur gite et leur couvert. Elles sont réduites en esclavage. C'est une jeune femme pleine d'espoir, qui croit encore en l'amour. Difficile à notre époque d'imaginer tel scénario. Sam est journaliste, elle doit se battre dans son métier pour réussir. Sous prétexte qu'elle est mère célibataire, qu'elle est femme, elle n'hérite que d'articles de bas de page. Les mentalités ont du mal à évoluer, Sam croit en cette enquête pour montrer ce qu'elle vaut. Kitty est plus difficile à cerner, elle est très superficielle, a peur d'être oubliée. Son passé l'a bouleversée. On découvre au fil de son récit beaucoup de zones d'ombre.

On sent tout au long du roman une ambiance oppressante, le suspense est haletant, le rythme soutenu, le scénario bien ficelé. On passe de la tristesse à la crainte, de la colère aux questionnements, un mélange d'émotions détonants.

"Les enfants perdus de Saint Margaret" est un thriller à lire absolument ! Il met en avant une époque bien sombre, l'auteur s'est documentée avec sérieux, a su mêler réalité et fiction et nous emporter dans son histoire avec brio.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FeyGirl 2020-02-18T11:43:50+01:00
Or

Comment définir un bon polar ? Un livre qu'on lit d'une traite ?

Ce livre est plus que cela. Sous couvert de roman policier, l'auteure nous rappelle le martyre des jeunes filles célibataires et enceintes qui étaient rejetées par leurs familles et envoyées en institution, dans les pays anglo-saxons. Car il s'agit bien de maltraitance physique et psychique dont nous parlons ici.

De nos jours Sam, une jeune journaliste, découvre les lettres d'Ivy, jeune fille mise enceinte et abandonnée par le père de l'enfant dans les années 50 en Angleterre. Ivy se retrouve à St Margaret, établissement tenu par des religieuses qui n'avaient de cesse de punir les jeunes filles qui s'étaient écartées du droit chemin. En effet, les soeurs les contraignaient à un travail éreintant qui est sans doute une des explications des accouchements dramatiques fréquents… Et les bébés étaient arrachés aux mères dès la naissance.

Pendant que Kitty, célèbre présentatrice de télévision qui vient d'être mise à la retraite, se remémore son enfance quand elle avait appris à 8 ans qu'elle avait une soeur jumelle, Sam va découvrir que les décès suspects sont nombreux…

Le sujet de fond de ce polar reste évidemment le sort de ces jeunes filles et de leurs bébés. L'auteure donne vie aux victimes, nous rappelant la honte que ressentaient ces femmes parfois adolescentes alors que les jeunes pères n'étaient jamais conspués, le poids de la société puritaine qui jugeait et condamnait la femme, et la réalité de la vie dans ces institutions dont le scandale a été révélé il y a une décennie à peine. Quelques éléments décrits dans ce récit peuvent choquer des lecteurs, pourtant j'avais lu auparavant des articles qui relataient les mêmes faits.

Certains moments du livre sont très émouvants, mais à aucun moment larmoyants, car l'auteure a su éviter le piège du mélodramatique.

Ce récit ne se contente pas de redonner vie à quelques victimes. Il suggère aussi un parallèle avec Sam, l'héroïne contemporaine qui subit une vie professionnelle où elle a peu de chances de promotion, parce qu'elle doit s'occuper de son jeune enfant et qu'elle est séparée du père qui rechigne à contribuer.

Mais si j'ai ressenti un léger essoufflement de l'histoire vers la fin — car nous connaissons tous les tenants avant la conclusion du récit — c'est un roman qui happe et dont on se souvient.

Afficher en entier
Or

Une très belle découverte ! Un roman poignant et extrêmement bien écrit. Une réussite !

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Les Enfants perdus de St Margaret" est sorti 2020-03-11T23:40:39+01:00
background Layer 1 11 Mars

Dates de sortie

Les Enfants perdus de St Margaret

  • France : 2020-03-11 (Français)
  • USA : 2019-04-04 (English)

Activité récente

bebi le place en liste or
2020-03-25T09:37:53+01:00

Titres alternatifs

  • The Lost Child - Anglais
  • The Girl in the Letter - Anglais
  • Die verlorene Frau - Allemand
  • Das Haus der Verlassenen - Allemand

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 10
Commentaires 6
Extraits 5
Evaluations 8
Note globale 8.13 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode