Livres
451 605
Membres
397 125

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Vous n’existez pas,

Pourtant, j’ai l’impression de vous avoir toujours connus.

Vous êtes en moi,

Vous êtes moi,

Ce dernier tome, je vous le dédie.

À vous, mes héros de papier.

Leith et Hannah.

Afficher en entier

- Tu n'es pas un homme Sang-mort, siffla-t-il.

Grigore le détailla de la tête aux pieds, puis il fixa le bas-ventre de Leith avec insistance.

- Certes, mais je suis en meilleure forme que toi.

Leith sembla s'en amuser.

- Tu parierais là-dessus ? J'ai entendu dire que chez les vampires le sang ne circule plus très bien.

Grigore éclata d'un rire moqueur dénotant une assurance plus que manifeste. J'en restai pétrifiée et battis des paupières, estomaquée.

- Besoin d'une preuve en image, peut-être ? dit-il en posant les doigts sur les boutons de son pantalon.

- Non ! m'écriai-je.

Afficher en entier

-Les bains étaient réservés aux hommes, nom de Dieu! s'étrangla-t-il.

-Oh, je vous en prie! Vous n'allez pas me faire un fromage parce que j'ai malencontreusement vu votre petit oiseau. Je suis médecin. Le vôtre ou celui d'un autre, croyez-moi, ça ne fait guère de différence.

-Ouch! chuchota Leith en grimaçant. Ça, ça fait mal.

p 396

Afficher en entier

-M'aimes-tu un peu? demandai-je subitement.

Il se redressa pour me regarder. Les yeux profondément verts plongés dans les miens, il ne répondit pas immédiatement. Pour autant, il ne sembla pas hésiter quand il prit la parole.

-J'aime ce que je vois. Et ce que je vois, j'aime apprendre à le découvrir.

Je lissai mes cheveux en arrière, les regroupai et les entortillai d'une main pour les discipliner.

Leith fronça les sourcils tandis qu'il suivait attentivement chacun de mes gestes.

-Tu ne dis plus rien. A quoi penses-tu, Hannah?

-A nous.

-Et? insista-t-il, intrigué.

Nos regards se nouèrent.

-Et je me demandais ce que toi, tu pensais.

L'expression de Leith resta indéchiffrable alors que je l'étudiais avec intérêt.

-Ce que je pense est loin d'être limpide, Hannah Jorion, avoua-t-il en utilisant mon nom de famille pour la première fois. Mais ce que je crois savoir avec certitude, c'est qu'un gars comme moi n'aurait pas beaucoup de mal à devenir fou d'une fille comme toi.

C'était l'une des plus jolies déclarations qu'il m'ait faites.

p424

Afficher en entier

"Je restai les bras en croix, sans bouger, le corps engourdi d'une étrange sensation. Cette violence avait été plus vivante que tous les mots prononcés jusque-là. Elle signifiait quelque chose. Elle comptait.

Le goût que Leith avait laissé sur me lèvres était puissant, douloureux, et son baiser vengeur, ravageur, cruel. Mais qui de nous deux avait-il puni ?

Lui, ou moi ?"

Afficher en entier

- Finis ce que tu as commencé, femme !

Je secouai la tête en riant.

- Crétin !

- Certes, mais je suis un crétin qui a faim !

Il roula subitement sur moi et me dévora de baisers.

La suite de l'histoire fut à peu près la même que celle de la veille, mais le plus important à retenir, c'est que Leith en ressortit rassasié !

Afficher en entier

- Grigore... Es-tu aussi amoureuse de lui ?

- Non, non..., répondis-je immédiatement. Mais je tiens sincèrement à lui.

Ses yeux brillèrent d'une lueur indéchiffrable.

- Comme je tiens à toi ?

Je baissai la tête.

- Je... je ne sais pas. C'est un ami cher et je ne pourrais jamais... faire l'amour avec lui, avouai-je pour être totalement claire sur mes sentiments et mes intentions vis-à-vis de Grigore.

Il me dévisagea intensément pendant de longues secondes silencieuses, puis il caressa lentement ma bouche de son pouce.

- Moi je le pourrais..., faire l'amour avec toi.

Mon coeur s'emballa si vite, mon estomac se comprima si fort, que je laissai échapper un gémissement étouffé.

- Je ne tiens pas à toi comme tu tiens à lui, Hannah, murmura-t-il en me dévorant du regard.

Afficher en entier

- Il le fera, me promit-elle. Je vois bien la manière dont il te regarde.

Je haussai un sourcil, intriguée.

- Et comment me regarde-t-il ?

Elle enclencha la marche arrière et commença à manœuvrer pour sortir de la cour.

- Comme si tu étais le petit chaperon rouge, chérie !

Je souris et me concentrai sur la route.

Afficher en entier

- Qu'est-il pour toi ?

La manière dont Leith avait détaché chaque mot me hérissa les poils des bras. Le mépris, l'incompréhension et l'intolérance y résonnaient. Un Ange Noir ami avec un garou. Il ne l'admettait pas. Nous avions pourtant passé cette étape des mois plus tôt, lui et moi.

Je soupirai, baissai la tête et me pinçai l'arête du nez.

- Quelqu'un qui m'est cher.

- Un Ange Noir ?

Je fis volte-face, les joues en feu.

- Oui ! Un Ange Noir ! Un être vivant doté de sentiments, capable d'amour, de haine et aussi d'honneur ! Un homme !

Afficher en entier

Après l'avoir tant rejeté, j'avais un besoin irrépressible de lui, instinctif et primaire. Grigore. il était mon seul recours, ma seule échappatoire, l'unique personne avec qui je voulais être maintenant. Au fur et à mesure que j'avançais, mon coeur battait plus fort. Mes veines pulsaient dans mes tempes, derrières mes oreilles, mon cou et mes poignets. La bête en moi laissait place à quelque chose d'indomptable, de plus ancien, d'immuable. L'ange noir que j'avais été refaisait surface dans ma mémoire, plus fort que ma volonté, que mes sens, plus fort que ma raison. le besoin d'un alter ego crépitait dans mon ventre et sous ma peau, rayonnant autour de moi comme un halo. Je prenais feu, mes artères bouillonnaient, chaque cellule de mon corps me tiraillait. J'avais mal. J'étais nerveuse. J'avais peur. Mais mon sang appelait le sien, et rien n'était plus important que de les unir.

Au bout du couloir, la lourde porte en bois s'ouvrit brusquement, et la silhouette de Grigore se dessina plusieurs mètres devant moi. Je m'immobilisai en voyant ses épaules se soulever au même rythme que les miennes. nos respirations s'affolaient, nos poumons s'enflammaient. Ma gorge s'asséchait au point de devenir douloureuse. Nous nous observâmes silencieusement. Pendant un long moment. Il me sembla une éternité. Je n'entendais rien d'autre que les battements de mon coeur et le souffle irrégulier de Grigore. J'était tétanisée, effarée et subjuguée par l'intensité des émotions qui me submergeaient.

- Hannah...

Grigore fit un pas dans ma direction et s'arrêta de nouveau.

- Ton sang...

- il me brûle, murmurai-je.

Calmement, il me tendit la main.

- Viens...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode