Livres
550 619
Membres
591 414

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Evanna 2018-11-27T11:06:42+01:00

Arelquin, voyant Dubois. Ah! te voilà donc, mal bâti.

Dubois. Tenez: n'est-ce pas là une belle figure pour se moquer de la mienne?

Marton. Que veux-tu, Arlequin?

Arlequin. Ne sauriez-vous pas où demeure la rue du Figuier, Mademoiselle?

Marton. Oui.

Arlequin. C'est que mon camarade, que je sers, m'a dit de porter cette lettre à quelqu'un qui est dans cette rue, et comme je ne la sais pas, il m'a dit que je m'en informasse à vous ou à cet animal-là; mais cet animal-là ne mérite pas que je lui en parle, sinon pour l'injurier. J'aimerais mieux que le diable eût emporté toutes les rues, que d'en savoir une par le moyen d'un malotru comme lui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myra44 2012-10-29T18:34:45+01:00

Il est permis à un amant de chercher les moyens de plaire, et on doit lui pardonner lorsqu'il a réussi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myra44 2012-10-29T18:33:56+01:00

Fierté, raison et richesse, il faudra que tout se rende. Quand l'amour parle, il est le maître ...

Afficher en entier
Extrait ajouté par myra44 2012-10-29T18:33:45+01:00

Quand l'amour parle, il est le maître.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lady-chat 2018-03-08T13:27:54+01:00

Madame est bonne et sage; mais prenez garde : ne trouvez-vous pas que ce petit galant-là fait les yeux doux ? Dubois

Afficher en entier
Extrait ajouté par Azza9 2016-12-14T16:46:59+01:00

Page 130 : « DORANTE à Araminte- J'aime encore mieux regretter votre tendresse que de la devoir à l'artifice qui me l'a acquise ; j'aime mieux votre haine que le remords d'avoir trompé ce que j'adore. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Azza9 2016-12-14T16:46:33+01:00

Page 128 : « DORANTE, plaintivement- De tout le temps de ma vie que je vais passer loin de vous, je n'aurais plus que ce seul jour qui m'en serait précieux. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Azza9 2016-12-14T16:46:09+01:00

Page 113 : « MONSIEUR REMY- Comment donc ! M'imposer silence ! À moi, Procureur ! Savez-vous bien qu'il y a cinquante ans que je parle, Madame Argante ?

MADAME ARGANTE- Il y a donc cinquante ans que vous ne savez ce que vous dîtes. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Azza9 2016-12-14T16:45:22+01:00

Page 98 : « ARAMINTE- Voyez-vous souvent la personne que vous aimez ?

DORANTE- Pas souvent à mon gré, Madame ; et je la verrais à tout instant, que je ne croirais pas la voir assez. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ivalnur 2013-03-05T13:53:59+01:00

Dubois - Vous n'avez rien dit de notre projet à Monsieur Rémy, votre parent ?

Dorante - Pas le moindre mot. Il me présente de la meilleure foi du monde, en qualité d'intendant à cette dame-ci dont je lui ai parlé, et dont il se trouve le procureur ; il ne sait point du tout que c'est toi qui m'as adressé à lui : il la prévint hier, il m'a dit que je me rendisse ce matin ici, qu'il me présenterait à elle, qu'il y serait avant moi, ou que s'il n'y était pas encore, je demandasse une Mademoiselle Marton. Voilà tout et je n'aurais garde de lui confier notre projet, non plus qu'à personne ; il me parait extravagant, à moi, que je m'y prête. Je n'en suis pourtant pas moins sensible à ta bonne volonté, Dubois, tu m'as servi, je n'ai pu même te bien récompenser de ton zèle ; malgré cela, il t'est venu dans l'esprit de faire ma fortune : en vérité, il n'est point de reconnaissance que je ne te doive !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode