Livres
418 483
Membres
333 117

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

La plupart de ceux accusés d’être superficiels ne le sont pas autant qu’on pourrait le penser. La plupart du temps, il ne s’agit que d’un camouflage, d’une armure pour maintenir les autres à distance. Nous, les superficiels, possédons des boucliers pour nous protéger de la cruauté du monde. Tu pourrais supposer que le fait de n’avoir jamais été blessé comme tu l’as été m’a immunisé contre la souffrance. Et tu aurais tort. J’ai beau avoir eu et avoir des parents aimants, ils n’ont pas pu me protéger des moqueries et de la méchanceté des autres enfants.

Afficher en entier

— Terry, l’interpella Julie, es-tu en train de mater ce policier ?

Terry ignora sa question et but une gorgée, puis se tourna vers elle.

— Est-ce que tu penses que je suis superficiel ?

— Ça, c’est une question piège ou je ne m’y connais pas ! s’exclama-telle.

Elle poussa un profond soupir et posa les coudes sur le comptoir tout en le fixant du regard.

— Si tu veux connaître le fond de ma pensée, je dirais que tu es plus égocentrique que vraiment superficiel, mais la plupart des gens pourraient confondre les deux. Donc, d’une certaine façon, on pourrait dire que tu es un peu superficiel, oui.

Elle lui donna un petit coup d’épaule avant de continuer :

— Hé, c’est toi qui as voulu savoir.

— Je suppose que je n’aurais pas dû poser la question si je ne voulais pas connaître la réponse.

Ce n’était pas ce qu’il avait espéré entendre. Il avait posé la question car les propos que le secouriste avait tenus à la piscine étaient toujours présents dans sa tête. Cependant, Julie était supposée lui dire qu’il n’y avait rien de fondé dans ces derniers et non pas être d’accord avec eux.

— Sois honnête, lui dit Julie, et admets que tu accordes beaucoup d’importance aux apparences, ce qui ne t’a pas bien réussi avec …

— Ne prononce même pas son nom, grogna Terry d’une voix juste assez forte pour qu’elle seule l’entende.

— D’accord, concéda-t-elle. Mais tu sais que j’ai raison. Tu possèdes le corps parfait d’un nageur et tu es toujours parfaitement bronzé, même en hiver.

— J’aime être à mon avantage.

— Ce n’est pas seulement ça : tu es parfois obsédé par ton apparence et quand tu as rencontré … Tu sais qui …

Elle ne termina pas sa phrase et leva ses yeux bruns au ciel. Il savait que mentionner son nom n’allait pas le faire apparaître comme par magie, mais le simple fait de penser à son ex suffisait à lui donner des suées froides et le faire sentir complètement seul au monde, même au beau milieu d’une foule.

— Tu t’es jeté sur lui comme un affamé et regarde où ça t’a conduit.

— D’accord, d’accord …

— Non, tu vas m’écouter jusqu’au bout. Je te trouve vraiment mignon et sexy et tout le bazar. Tu possèdes le corps magnifique d’un athlète et tu exerces le métier qui va avec. Aujourd’hui, un gosse a failli mourir alors qu’il était sous notre garde et toi, la seule chose qui te vient à l’esprit, c’est de savoir si tu es ou non superficiel. Personnellement, je crois que ta préoccupation du moment est une bonne illustration du mot « superficialité ».

— Merde ! murmura-t-il, tout en gardant les yeux baissés jusqu’à ce que la serveuse dépose leurs assiettes sur le bar.

Il la remercia en lui adressant un sourire, qu’elle lui retourna tout aussitôt.

Julie commença sa salade.

— Bon, je suppose que le fond du problème est le suivant : qu’est-ce que tu comptes faire pour ne plus être superficiel ?

— Qu’est-ce que je compte faire ?

— Oui, faire, insista-t-elle.

Elle lui adressa un de ses regards féroces et hautains qui, s’il était hétéro, l’exciterait comme un malade et lui donnerait l’envie furieuse et douloureuse de conduire tant de passion dans le lit le plus proche. Au lieu de quoi, à chaque fois qu’il s’en trouvait la cible, il se savait dans une merde profonde.

— On ne pourrait pas en parler encore un peu ?

— Tu veux parler ? D’accord, parlons. Un enfant a failli se noyer, nous l’avons sorti de l’eau et l’avons sauvé et nous avons fait la une des journaux télévisés pour ça, ce qui devrait nous rendre très contents. Nous avons fait ce pour quoi nous sommes doués et ça a fait toute la différence. Nous ne sommes pas responsables de sa chute ni de ses blessures, quoi que puisse en penser sa mère. Au lieu de nous réjouir et de discuter de la façon d’éviter qu’un tel incident se reproduise, tu nous fais une crise d’identité car quelqu’un que tu ne connais ni d’Ève ni d’Adam t’a qualifié de superficiel.

Elle s’interrompit juste le temps de lui tapoter l’épaule d’un geste paternaliste et reprit sa tirade :

— Je pense que le temps de la discussion est terminé depuis longtemps. Trésor, il faut te faire une raison : tu es superficiel. Et vaniteux aussi, n’oublions pas vaniteux. Mais, à ta décharge, tu es très agréable à regarder, je dois bien l’admettre, et Dieu sait qu’il y a des jours où, à la piscine, nous voyons des choses que personne ne devrait voir.

Ils se regardèrent une seconde et frissonnèrent à la pensée de certaines de ces choses.

Afficher en entier

— Bon, qu’est-ce que je vais pouvoir faire avec deux hommes aussi splendides ?

Red se détourna. Sa tante n’avait jamais cessé d’utiliser de tels adjectifs. Elle lui avait répété que l’apparence n’avait aucune importance, alors même s’il savait qu’il n’en était rien. Il avait contemplé son visage dans un miroir.

— Tante Margie …

Brusquement, il n’était plus un homme mûr, mais à nouveau un jeune adulte de dix-huit ans.

— Ne me fais pas le coup du « Tante Margie », le sermonna-t-elle. La beauté réside dans les yeux de celui qui regarde et ce n’est pas l’aspect extérieur qui prime, l’essentiel se trouve à l’intérieur.

Elle se pencha alors vers Terry et Red fut surpris de le voir acquiescer d’un signe de tête. Est-ce bien le même homme qui avait eu ce commentaire blessant à la piscine ?

— Tu vois ? Il est d’accord avec moi.

Afficher en entier

“Terry,” Julie said from next to him, and he turned back around. “Are you watching that guy?”

He ignored her, taking a sip of his beer, and then turned to her. “Do you think I’m shallow?”

“That’s a loaded question if I ever heard one.” She sighed and rested an elbow on the bar after looking at him. “If you want my honest opinion, I’d say you’re self-absorbed as opposed to outright shallow, but most people equate the two pretty closely, so, yeah, you’re a little shallow.” She bumped his shoulder. “Hey, you did ask.”

Terry swallowed and met her gaze. “I suppose if I didn’t want to hear what you thought, I shouldn’t have asked.” That was so not the answer he had wanted to hear. He’d asked because he had overheard what the paramedic had said at the pool, and Julie was supposed to tell him they were full of shit, not agree with them.

“Damn right,” she said, and Terry rolled his eyes. “You have to admit that you put a lot of importance on how people look, and that didn’t turn out so well with—”

“Don’t even say his name,” Terry growled just loud enough for her to hear.

“Fine,” she snapped slightly. “But you know I’m right. You have the perfect swimmer’s body and the perfect tan all the time, even in the winter.”

“I like to look good.”

“No, you sometimes obsess over how you look, and when you met… you know who….” She rolled her puppy brown eyes again. He knew mentioning his name wasn’t going to make him magically appear, but just thinking about his ex sent a cold shiver up his spine, and instantly he felt momentarily isolated in a room full of people. “You latched on to him like crazy, but look where that got you.”

“Okay, okay….”

“No. You’re going to hear this. I know you’re really cute and hot and all. You’ve got the handsome whole swimmer thing going and the job that goes with it, but, Terry, we’re here talking about whether or not you’re shallow, and a kid nearly died at the pool today on our watch. I kind of think that’s the definition of shallow.” Her eyebrows cocked upward, and Terry looked away.

“Dammit,” he said half under his breath, looking up as the server placed their food on the bar in front of them. “Thank you,” he said with a smile and received one in return.

Julie took the first bite of her salad and swallowed. “So I guess the question is, if you don’t want to be shallow, what are you going to do about it?”

“Do?” Terry asked.

“Yeah. Do.” She glanced over at him with one of those fiery looks that if he were straight would have had him instantly hard and aching to take the tiger to bed. Instead, when he got one of those looks from her, he knew he was in deep shit.

“Can’t we talk about this a little?”

“You want to talk? Okay. Kid nearly drowns, we save him and get him out of the pool. It’s made all the news reports that we saved his life, which should make both of us happy. We did what we’re good at, and it made a difference. It wasn’t our fault that he fell in and got hurt, regardless of what his mother said. However, instead of talking about that and trying to figure out how we’re not going to let it happen again, you’re having a crisis of identity because some people you don’t know said you were shallow.” She patted him on the shoulder. “I think the time for talk is long past. Honey, face it—you’re shallow, okay? And vain, let’s not forget vain. But you’re really nice to look at, so I’ll give you that, because there are times at that pool when we see things no one should have to see.” They both shuddered.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode