Livres
520 826
Membres
536 858

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Frères Karamazov



Description ajoutée par appolline 2015-01-05T22:43:49+01:00

Résumé

L'intrigue principale de ce roman raconte l'histoire des 3 fils d'un homme violent, vulgaire et sans principe (Fiodor Pavlovitch Karamazov), et du parricide commis par l'un d'entre eux (en vérité, les fils sont 4 puisque le père, violeur d'une simple d'esprit - Lizavéta la puante -, donne naissance à un bâtard qu'il nommera Smerdiakov, du verbe smerdit (puer, en russe), et dont il fera son domestique). Chacun des trois représente un idéal-type de la société russe de la fin du XIXe siècle : Alexeï (surnommé Aliocha), le benjamin, est un homme de foi ; Ivan, le cadet, est un intellectuel matérialiste qui pose la question de savoir si, Dieu n'existant pas, tout est permis (tous deux sont nés d'une mystique surnommée "la Hurleuse", Sofia Ivanovna); Dmitri (ou Mitia), leur très exalté demi-frère aîné, est un homme de vice et de passion qui toutefois ne s'avèrera pas si mauvais que ça, incarnant, selon l'auteur lui_même, "l'homme russe".

Afficher en entier

Classement en biblio - 321 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Hillja 2018-10-21T11:40:00+02:00

Aimez chaque feuille, chaque rayon de Dieu. Aimez les animaux, les plantes, aimez toute chose. En aimant toute chose, vous pénétrez le mystère divin qu'elle recèle et, l'ayant pénétré une fois, vous progresserez sans vous lasser dans sa connaissance, toujours plus chaque jour ; et vous finirez par aimer le monde d'un amour global, universel.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Ce livre c'est un condensé de la russie où chacun des trois fréres représente une facette de la russie : Aliochia la religiosité, Ivan l'esprit et Dmitri la fougue.

Ce livre est, à mon gout celui qui permet au travers de ces trois personnages de mieux comprendre la fameuse "âme slave"

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par fantastique27 2020-08-19T15:17:27+02:00
Diamant

Un incontournable de la littérature russe, que je voulais lire depuis longtemps. Les frères Karamazov est aussi riche que long, une lecture passionnante tant au plan philosophique que littéraire. Il fourmille de réflexions sur la religion, la morale et les liens entre les hommes. Dostoïevski dissèque avec talent la psychologie de ses personnages pour nous offrir une fresque profonde et lucide des tréfonds de la conscience humaine.

Une très bonne expérience de lecture, que je recommande pour peu qu'on ait un peu de temps devant soi - 970 pages à lire, ça prend un peu de temps.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pompon 2020-06-26T18:24:19+02:00
Diamant

Derrière cet imposant pavé se cache une incroyable lecture. Mais alors, quelle lecture ! Cela faisait longtemps qu'un si long roman ne m'avait pas tenue en haleine, passionnée et fait autant réfléchir. Même si je dois reconnaître quelques longueurs, notamment au début du deuxième tome, lorsque le narrateur se focalise sur le personnage de Mitia, l'ensemble est véritablement transcendant, sans mauvais jeu de mot.

"Les Frères Karamazov", on le sait, présente d'abord l'histoire d'un parricide: Fiodor Pavlovitch, pour une histoire de dettes, de jalousie ou un peu des deux, est retrouvé mort chez lui, assommé par un pilon. En fait, le meurtre a beau constituer le nœud du roman, il n'arrive qu'aux alentours de la page 600: le propos de Dostoïevski s'appuie sur l'événement mais le dépasse, le sublime et le mystifie. Je comprends désormais pourquoi ma première tentative de lecture, parce qu'il y en a eu une, s'était avérée infructueuse. Le roman fourmille de débats métaphysiques et religieux, tout à fait passionnants mais aussi exigeants, du moins c'en fut mon ressenti. L'orthodoxie prend une place prépondérante: que ce soit au travers les personnages, le starets Zosime ou Aliocha, des débats sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat, ou même dans le propos de l'auteur, Dostoïevski qui, à la fin de sa vie, en retourne au conservatisme et au mysticisme. Il faut aimer. Personnellement, j'ai trouvé incroyable d'être plongée dans ce clair-obscur mi-religieux, mi-politique et d'être initiée, indirectement, aux pratiques d'une religion étonnante et méconnue, pour ma part.

Le discours du roman s'affranchit certes à de nombreuses reprises de l'intrigue principale, mais cette dernière est également mise au service du propos philosophique de Dostoïevski. Le parricide donne lieu à une fantastique enquête et à un procès dantesque; les plaidoiries et réquisitoires des avocats et des jurés sont magnifiquement écrits (même traduits) et donnent à réfléchir sur la place de l'homme en société. C'est une véritable réflexion sur la morale et la justice qui se développe lors de l'inculpation de Dmitri Karamazov, qui se proclame innocent, mais que toutes les preuves accablent. De façon plus générale, le roman traite de la distinction entre la morale divine, dictée par Dieu, et la morale individualiste, qui s'en affranchit. "Si Dieu n'existe pas, tout est permis", défend Ivan Karamazov, le cadet rationaliste, et un peu trop pris au pied de la lettre par le valet Smerdiakov. A l'apogée de la science et de l'industrie, le nihilisme est de mises et dispense l'influence de Dieu de la conduite des hommes. Aussi, les contrastes habilement dressés par l'auteur entre Dmitri, le libertin, Ivan, le sceptique, et Aliocha, le mystique, donnent à voir un portrait de la Russie de la fin du XIXe siècle, en proie aux tentations anarchistes et pourtant, encore largement dominée par une Eglise toute-puissante.

Je reste également ébahie devant la structure rigoureuse de l'ouvrage. Le narrateur "omniscient" alterne les points de vue de façon déroutante et se permet même de participer au cours de l'histoire. Cependant, ce n'est pas seulement ce point de vue presque "divin" qui participe de la polyphonie du roman. "Les Frères Karamazov" comprend aussi bien des lettres enchevêtrées que des registres écrits, dit-il, de la main des personnages. Certains détours biographiques peuvent être perçus comme des digressions, mais ils mettent surtout en avant une pluralité de "voix". Ici, le dialogisme est poussé à son paroxysme: le roman ne recueille plus seulement des "voix" qui donnent un point de vue différent sur le réel; il rassemble des "voix" qui le découpent et le recomposent de façon quasi-cosmogonique.

Car Dostoïevski ne se contente pas de décrire le monde: il le recrée, par la littérature, au moyen de la "voix" mais aussi de la conscience de ses personnages. Dans mon édition, Sigmund Freud avait pris en charge la rédaction de la préface des "Frères Karamazov" et on comprend pourquoi: parricide + jalousie amoureuse + hallucinations névrotiques = le bonheur du psychanalyste. Le travail qu'effectue Dostoïevski sur le remords et la contrariété de la conscience est confondant et annonce, bien avant l'heure, ce que j'ai perçu être un dédoublement de la personnalité voire la schizophrénie. L'avant-garde stylistique se conjugue à l'avant-garde psychanalytique, et ce fut à mon plus grand bonheur.

"Les Frères Karamazov" aurait dû comprendre une suite, laquelle se serait concentrée sur le personnage d'Aliocha (le personnage principal, comme le souligne Dostoïevski dans la préface de l'oeuvre). Le second opus aurait souligné la conversion du jeune mystique au nihilisme et à l'anarchisme et, ainsi, mis en évidence une sombre part de l'histoire politique russe. Quel dommage de demeurer sans cet ultime développement ! Toujours est-il que je quitte ce pan du romancier russe la tête et pleine, satisfaite et le ventre plein. Un met à goûter sans modération, pour peu qu'on ait le courage de l'affronter et la motivation de l'achever !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miaouss 2020-06-11T10:12:24+02:00
Lu aussi

Gros bouquins, mes deux tomes ont trainé dans ma pile à lire pendant longtemps avec une crainte, celle de ne pas apprécier un grand classique et passer pour un rabat-joie. Tant pis…la littérature du 19ème siècle est loin d’être ma favorite, les sagas familiales ne le sont pas non plus. La Russie m’intéresse, l’Histoire romancée également, deux points partout.

Malheureusement je n’ai pas du tout apprécié ma lecture, le premier tome m’a paru long et le second m’a achevé. C’est une lecture fastidieuse, mon édition utilisant des formules obsolètes n’arrangeant pas les choses. Pourtant je l’ai fini, au-delà d’une intrigue dans laquelle je ne suis jamais vraiment rentrée, c’est l’âme du roman qui m’a plu. J’ai ressenti les remises en question de l’auteur et de son siècle, la profondeur donnée à l’œuvre la rend incontournable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ardawal 2019-07-19T14:07:41+02:00
Or

Les frères Karamazov est une oeuvre très dense, aux personnages bien travaillés, auxquels on s'attache malgré leurs côtés sombres; beaucoup sont particulièrement tourmentés, et l'on attend avec appréhension de voir leur évolution, s'ils vont tomber dans le gouffre ou, au contraire, parvenir à s'élever. L'intrigue est aussi paticulièrement bien fouillée, riche en rebondissements, et nous présente des aspects assez sombres de la Russie du XIXe. Malgré quelques longueurs, ce volumineux roman se lit très bien.

Afficher en entier
Or

Lecture assez longue et complexe mais je ne le regrette pas. Sur plusieurs semaines au fil de ma lecture je me suis attachée aux personnages. Je n'ai pour l'heure pas encore oser me plonger dans un autre pavé...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par 142536978a1 2019-01-10T13:24:04+01:00
Bronze

Après plus d'un an et demi, je viens enfin de terminer ce roman ! Alors, en soi, l'écriture de Dostoïevski me plaît énormément, j'avais adoré Crime et Châtiment mais comment dire, Les frères Karamazov, j'ai pas du tout accroché... L'histoire met bien 300 pages à démarrer et j'ai trouvé qu'il y avait trop de digressions philosophiques, religieuses ou morales. De plus, l'injustice qui règne dans le roman et la folie de la plupart des personnages m'ont grandement dérangée. Au final, ce fut une lecture laborieuse, en demi-teinte, à certains moments je ne pouvais plus lâcher le roman, happée par l'écriture de l'auteur. Mais à d'autres au contraire, impossible d'avancer, lassée par les réflexions philosophiques, j'ai fini par sauter allègrement une bonne partie de celles-ci alors même qu'elles sont supposées faire le "sel" des romans de l'auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Larry917 2017-11-20T11:43:09+01:00
Diamant

Les Karamazov ne nous laisse pas indifférent

Fin du XVIII en Russie, un père debauché et un peu alcoolique, se fait assasinner, de se ses trois fils (quatre en réalité avec le batard Smerdiakov), lequel est l'assassin ?

Nous sommes, et ce dès les premières pages, transporté avec une aisance dans une Russie fin du XVIII dépeinte avec froid et réalisme où la mort, l'assasinat, la pauvreté, la religion, et la famille, sont les thèmes principaux de ce drame familial et psychologique...

Tout le récit dans l'œuvre se déroule en trois à quatre jours seulement, sauf l'épilogue, qui lui se situe deux mois plus tard.

Quant aux personnages, eux, ils sont tous, l'un autant que l'autre, intéressant au lecteur, ils ont chacun leur caractère, leurs pensées, leur vie...

Il y aussi le fait qu'il y a plusieurs récits dans le récit en lui même. (Exemple : le starets Zosima.) plusieurs petits bouts de vie insignifiantes qui parsèment l'œuvre pour au final, completer l'œuvre en elle-même.

Le seul point négatif que l'ont pourrait relever, serait que l'on est sans connaissance de certains faits qui auraient dû en réalité connaître une suite (par exemple : Lise et son amour pour Aliocha et Ivan), des petits récit dans le récit qui malheureusement sont laissés en suspens. En vérité Les frères Karamazov devait avoir une suite, mais Dostïevski qui à l'époque croyait vivre encore une vingtaine d'années, avait décidé de laisser quelques "mini recits" en suspens, et cela est bien regrettable pour les lecteurs désormais.

c'est un roman dramatique, et c'est aussi un roman policier, mais surtout, et ça il ne faut pas l'oublier, c'est un drame familial.

Et sur ces trois points là, c'est un véritable trésor, un chef-d'œuvre de magnificence et d'intelligence.

Les frères Karamazov, c'est ce genre de livre qui vous marque pour la vie, qui laisse une empreinte sur vous et qui jamais ne partira.

Il fait indubitablement parti des grands chefs-d'œuvre.

Spoiler(cliquez pour révéler)Une fin mémorable, voire inoubliable tant l'émotion est grande. Voici comme ça se termine : un très grand espoir en l'humanité, la solidarité et la bonté, et que pour se faire, nous devrions prendre exemple sur ces anges, entre autres les enfants, qui savent pardonner et sont pardonnés...

la réelle bonté de l'âme !

terriblement beau et émouvant, presque un crève cœur tant c'est émouvant.

Tels sont les derniers mots de l'œuvre: "main dans la main, houra ! Main dans la main"... magnifique !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vanessa-6 2017-04-12T09:47:11+02:00
Diamant

Un chef d' oeuvre de la littérature Russe.Un de mes préférés de Dostoïevski. Ce roman nous dépeint la Russie et son âme à travers la personnalité des trois frères Karamazov.

La lecture de ce livre ne laisse pas indifférents et amène à une forte réflexion.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par asymptote 2017-01-16T18:10:45+01:00
Lu aussi

Grand classique, incontournable, belle photographie de la société russe de cette époque, très bien construit, écriture riche et expressive, ce livre devrait être dans toutes les bibliothèques.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par tolomas 2016-06-20T14:35:17+02:00
Lu aussi

Grand classique de la littérature russe et de la littérature tout court dont je ne suis malheureusement, à ma grande honte, pas arrivé à bout.

Le pire j'imagine c'est que je ne me souviens même plus ce qui a stoppé ma lecture à l'époque...

Afficher en entier

Date de sortie

Les Frères Karamazov

  • France : 1994-06-23 - Poche (Français)

Activité récente

Maaas l'ajoute dans sa biblio or
2020-07-02T19:29:24+02:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 321
Commentaires 19
Extraits 72
Evaluations 54
Note globale 7.9 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode