Livres
549 355
Membres
588 902

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Griffes et les crocs



Description ajoutée par Silent-Child 2018-07-03T21:31:50+02:00

Résumé

Bon Agornin a eu une longue et belle vie, mais sa fin est proche, il le sent. Étendu près de son trésor, il attend la mort. Toute sa famille est réunie pour vivre avec lui ses derniers instants : ses deux fils et ses trois filles ainsi que son gendre, l’Illustre Daverak qui héritera de son domaine.

Bon Agornin tient absolument a se confesser à son fils aîné, il veut partir absous de tous ses péchés, d’autant que ceux-ci sont immenses : afin de pouvoir devenir un dragon de soixante-dix pieds de long, capable de voler et cracher du feu, il a dévoré son frère et sa sœur - les carcasses de bœuf ne suffisent pas à mener une telle entreprise...

« Je n’ai pas eu le choix », se justifie-t-il, dans son dernier souffle. Avant d’être dévoré à son tour par ses héritiers, comme le veut la tradition chez les dragons.

Hommage aux romans victoriens d’Anthony Trollope, délicieuse chronique d’une société cannibale à écailles, Les Griffres et les Crocs a reçu le Worl Fantasy Award. Vous n’avez jamais lu un « roman de dragons » comme celui-ci.

Jo Walton est l’auteure de Morwenn , de la trilogie du subtil changement et de Mes vrais enfants, tous publiés aux Éditions Denoël.

(Source : Gallimard Folio SF)

Afficher en entier

Classement en biblio - 29 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par 142536978a1 2020-06-12T22:03:53+02:00

Bon Agornin se tortilla sur son lit de mort en battant des ailes comme pour s’envoler vers sa nouvelle vie. Les médecins étaient partis, résignés, et même ses filles avaient cessé de lui répéter qu’il irait bientôt mieux. Dans sa grande caverne pleine de courants d’air, il posa la tête sur son maigre tas d’or, tenta de rester immobile, inspira avec difficulté. Il lui restait peu de temps à vivre ; peu de temps pour laisser sa marque sur ce qui allait se passer ensuite. Une heure, peut-être moins. Bientôt, la souffrance physique prendrait fin; mais tant de regrets le taraudaient encore…

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Mava-chan 2021-04-30T20:59:56+02:00
Or

Passé la lenteur du début, force est de reconnaître que cela a été une lecture extrêmement prenante. Impossible de lâcher ce bouquin !

Je suis loin d'être une experte des romans victoriens et j'ai probablement raté énormément de clins d'oeil de la part de l'auteur mais j'ai beaucoup aimé m’immerger dans ce nouvel univers aux règles aussi cruelles qu'implacables. D'ailleurs je suis bien contente que l'auteure ait précisé ses intentions dans le mot de la fin autrement je n'y aurais véritablement rien capté. Ca aurait été bien dommage.

Parmi les points négatifs cependant, le scénario. A de nombreuses reprises je me suis imaginé pléthores de rebondissements qui, malheureusement, sont tous retombés comme des soufflés. C'est donc à regret que j'ai prédis la fin et me disant "Quand même pas, ce serait trop facile !". Eh bien si. Une fin toute jolie, toute belle qui laisse un goût de pas assez. Mais bon, c'est peut-être là un axiome de la littérature victorienne dont je n'ai pas connaissance...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par clocloee 2021-04-20T11:53:02+02:00
Argent

Jo Walton a voulu faire avec ce livre un roman victorien dans une société de dragons. Elle imagine toute une société avec ses spécificités liées aux dragons (la plus frappante étant que les dragons ont besoin de manger d'autres dragons pour grandir), mais aussi avec leurs différents rangs de noblesse et mariages arrangés que l'on retrouve dans les romans de Jane Austen.

J'ai trouvé le début un peu lent bien qu'intéressant mais au fur et à mesure que ma lecture avançait je me suis attachée aux personnages de Selandra et Haner, les deux jeunes sœurs qui doivent se marier pour avoir une situation dans la vie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cacoethes-scribendi 2021-04-16T13:11:41+02:00
Argent

Le Digne Bon Agornin vient de mourir. Il souhaite léguer son trésor à ses trois plus jeunes enfants, vu que les deux aîné.e.s sont bien installé.e.s dans la vie : Penn est prêtre et Berend a épousé un Illustre, lui et elle n’ont pas vraiment besoin d’or. Mais il n’a pas été assez précis concernant sa dépouille : doit-elle être dévorée à part égale entre chaque héritier et héritière ou alors elle aussi réservée aux plus jeunes, pour leur transmettre la force donnée par la dégustation de viande de dragon ?

Ah oui, les personnages du roman sont des dragons et des dragonnes. Mais à part le fait qu’ils se dévorent entre eux et qu’ils volent, ils se comportent en tout point comme dans un roman victorien.

L’histoire en regroupe d’ailleurs les thèmes principaux : les problèmes d’héritage, les dragonnelles à marier, l’importance du statut social… De pique-nique en réception, les demandes en mariage et les péripéties s’enchaînent, pour mon plus grand plaisir.

Si ma lecture a été agréable tout au long du roman, c’est vraiment à la fin que j’ai réalisé que j’étais vraiment embarquée : j’étais frustrée de devoir lâcher ma lecture ! C’est un signe qui ne trompe pas : ne pas pouvoir lâcher un livre et vouloir s’y replonger dès que possible, c’est pour moi la preuve d’un très grand talent de conteuse.

Entre clins d’œil à la littérature victorienne et touches d’humour, ce roman fantasy original s’avère léger et immersif, bref : un roman parfait par les temps qui courent !

Ça ne m’aurait clairement pas dérangée que ce soit le premier tome d’une trilogie : je lui trouve un petit côté Chronique des Bridgerton loin d’être désagréable et plutôt addictif !

Un roman que je vous recommande chaudement : que vous lisiez ou non de la fantasy, vous serez conquis.e par son originalité pleine de charme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shirohime 2021-04-15T15:36:07+02:00
Argent

J'ai bien acccroché à l'univers et à la société assez particulière des dragons mise en place par l'auteur, qui est la principale qualité de ce livre. Je trouve que l'autrice a réussi à trouver pour son univers un bon équilibre entre des règles sociétale plus brutales qu'on imagine bien pouvoir retrouver dans une société de dragons Spoiler(cliquez pour révéler)les enfants trop chétifs qui sont dévorés pour conserver la force de la race, tout comme les dragons morts qui sont dévorés par leurs héritiers,.... et des règles et restrictions tirées plutôt de notre société humaine et de son passéSpoiler(cliquez pour révéler)avec les dragoncelles qui doivent rester vierges jusqu'au mariage, sans contact physique avec un male sinon leurs écailles virent au rose et elles sont considérées comme déshonorées même si ce n'est pas de leur fait; les hommes de religion qui doivent s'imposer des restrictions - ici pas le célibat, mais le fait de ne plus voler,.... Du coup, je trouve que c'est un univers très intéressant à découvrir.

Surtout que pour les coutumes et les caractéristiques inspirée de notre monde, on a un vrai melting pot en plus! Spoiler(cliquez pour révéler)Entre la société dont l'organisation est clairement tirée du Moyen Age vu qu'elle n'est composée que de deux catégories sociales - les aristocrates et les serfs qui entretiennent les terres des seigneurs qui ont droit de vie et de mort sur eux - vu qu'ils dévorent les dragons trop vieux ou les dragonnets jugés trop faibles - et, avec leurs ailes ligotées pour les empêcher de s'enfuir, on se retrouve vraiment dans la situation du MA où les serfs étaient considérés comme attachés à la glèbre et ne pouvaient pas quitter la seigneurie à laquelle ils étaient attachés sans accord de leur propriétaire. Ou encore l'idée que s'enrichir par le commerce est mal vu et que ceux qui le font comme Bon sont juste considérés comme des parvenus.

Et à côté de ça on se retrouve avec des éléments plus modernes comme les trains et l'existence de bains publics - et privés - où on discutait politique m'a elle plutôt fait penser à l'époque romaine :)

Bien que je ne sois pas fan des digressions sur la pratique religieuse en général, je trouve aussi que l'autrice a bien amené ça, avec des exemples qui sont cohérents pour une société de dragons (les restrictions des prêtres, les portes,...)

J'ai aussi bien aimé les quelques petits traits d'humour que décochait l'autrice à quelques moments comme le chapitre 60 intitulé Spoiler(cliquez pour révéler)"où l'autrice reconnaît avoir perdu le compte des confessions et des demandes en mariage".

Mon seul petit reproche peut-être est que la fin faisait peut être un petit peu trop happy ending pour moi, dans le sens où Spoiler(cliquez pour révéler)tous les dragons de la famille Agornin deviennent riches grâce à une source différente: Avan parce qu'il épousde Sebeth qui fait un héritage miraculeux - et devient Eminent comme ça; la confession de Penn n'est pas découverte et il devient riche grâce au trésor découvert par ses deux fils; Selendra devient aussi riche par celui-ci et son mariage avec Sher, rajoutons à ça le duel où meurt Daverak et son cadavre divisé entre les 3 jeunes Agornin,... Je me suis dit que ça faisait beaucoup de coïncidences qui finissaient bien et même si pour les dernières cités elles m'ont bien plus, je trouve que l'histoire d'héritage de Sebeth était en trop.

Mais dans l'ensemble, ce fut une très jolie découverte et un livre que j'ai beaucoup apprécié :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mayartemis 2020-10-22T08:07:02+02:00

Deuxième livre de Jo Walton que je lis et deuxième coup de coeur. Ce livre est pourtant très différent de Morwenna, mon premier coup de coeur, mais il est tout aussi génial !

Le livre peut se résumer très simplement : c'est du Jane Austen, mais les personnages sont tous des dragons ! (si après cette première phrase vous n'être pas déjà convaincu je ne peux plus rien pour vous !) J'ai trouvé le concept vraiment génial, bien mené et le livre est malgré tout intelligent comme un Jane Austen. Jo Walton se moque un peu, transposant certaines particularités de l'époque à la race des dragons, mais elle se moque gentiment. Pour être respectable, une dragonne non mariée doit avoir les écailles dorées, si elle a les écailles roses, elle a déjà été courtisée et c'est très souvent le scandale ! Les dragons portent tous des chapeaux, ils ont des domestiques, le rang est très important dans la haute société (il y a tellement de titres différents que je me suis perdue !), il y a plein de petits détails vraiment géniaux, c'est si bien pensé.

Nous allons suivre les péripéties de la famille Agornin et plus particulièrement des deux dernières dragonnes à marier qui vont se retrouver en difficulté après la mort de leur père Bon. Haner va devenir la protégée de la famille de sa soeur Berend, dont le mari est un tyran et Selendra va aller dans la famille de son frère Penn qui est le pasteur du domaine des Benandi. Vous vous en doutez, comme dans chaque Jane Austen, rien ne va se passer comme prévu, il va y avoir de nombreux rebondissements, de nombreuses histoires d'amour, des dragons qui vont s'entretuer mais tout va bien finir !

Comme dans les Jane Austen, ce livre est également une critique de la société. Jo Walton parle de religion, des problèmes que pose la différence de rang, de la condition des domestiques, tant de choses que l'on peut aisément retransposer à notre propre société d'humains.

Non, vraiment, ce livre est une pépite. Il est à la fois drôle, intelligent et si amusant à lire ! C'est un mélange parfait de ce que j'aime : la fantasy et Jane Austen. Je ne pensais jamais voir ces deux mots dans une même phrase un jour, mais Jo Walton l'a fait et c'est génial !

https://bookshowl.blogspot.com/2020/10/les-griffes-et-les-crocs-jo-walton.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mieldrita 2020-03-07T02:23:18+01:00
Bronze

Je n'ai lu que le début du résumé avant de prendre ce livre. Et ce début m'avait donné envie de lire cette histoire, je me suis imaginée que le sujet du livre porterait sur les raisons qui ont poussées le mourant à manger ses frères et soeurs, comment il l'avait vécu, etc...

Mais pas du tout.

J'ai donc été un peu déçue au début de ma lecture. Je pense qu'avec des humains à la place des dragons j'aurais bien moins apprécié.

J'ai aussi eu du mal avec divers points :

- les titres à gogo. Qui est au dessus de qui ?

- Les pensées des 2 dragonelles. Spoiler(cliquez pour révéler)le fait qu'elles deviennent toutes 2 "libres-penseurs", alors qu'elles ne vivent pas au même endroit et que c'est quelque chose de mal vu

- Le scénario.

- Un peu gênée de la place des femelles.

- Tout est bien qui finit bien. Spoiler(cliquez pour révéler)Les "gentils" finissent bien, se marient, ont de l'argent, et les méchants c'est le contraire.

- Et aussi, les dragons, à quoi ils ressemblent ? Ils ont des ailes, des écailles, des crocs, des serres mais seulement pour les mâles. Mais ils ont aussi des bras, les femelles ne doivent pas poser leurs mains sur le sol, contrairement aux mâles. Bipédie ?

Mais sinon j'ai assez bien aimé le reste.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shamandali3 2020-02-02T17:25:22+01:00
Diamant

Dans un univers d'inspiration victorienne, on suit les tribulations des cinq dragons d'une fratrie suite au décès de leur père. La coutume veut que la dépouille soit dévorée par les héritiers mais cet héritage ne va pas se dérouler sans heurts...

Ici pas de quêtes ou de grands combats, mais des intrigues et des complots à foison. Cet univers est sans concession et extrêmement codifié, le rang et le pouvoir dirigent tout.

Ce roman m'a fait un peu penser à la série Dragon d'E.E. Knight où le loi du plus fort prédomine.

La plume de l'autrice est vraiment addictive et je l'ai littéralement dévoré ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kadeline 2019-05-27T14:20:13+02:00
Diamant

- coup de coeur

- Jane Austen au pays des dragons

-on a tout ce qui fait un bon roman victorien : différences des classes, quêtes de pouvoir et de richesse, amour, trahison, folie…

- ça se lit tout seul

- c'est bien écrit, agréable à lire et difficile à poser

Afficher en entier
Commentaire ajouté par book-princess 2018-12-28T20:47:47+01:00
Bronze

Un roman dont la lecture me laisse mitigée. Les premières pages sont déroutantes, mais passé la difficulté du début, on comprend comment marche le monde du livre : des dragons vivant en société civilisée et cultivée. Cette partie, l'imaginaire de l'auteur, avec les codes qui vont avec (les titres des dragons, leur histoire, religion...), je l'ai beaucoup aimée ; je me suis laissée prendre au jeu des dragonelles et Dignes. Un concept original et plutôt rafraîchissant.

Mais, et c'est là que le bât blesse, en dehors de ce monde de fantasy, le scénario en lui-même est assez plat et fade. Ce roman reprend les codes de l'époque victorienne, mais il manque un petit quelque chose. Honnêtement, l'histoire est un peu banale : une famille qui doit lutter après la mort d'un père, des rebondissements dans les mariages à la Amour gloire & beauté et un final tout-est-bien-qui-finit-bien aucunement surprenant. Si les protagonistes n'étaient pas des dragons mais des humains évoluant dans notre monde, je n'aurai pas eu plus d'attentes, mais là, j'espérais quelque chose de plus approfondi.

J'ai tout de même apprécié cette lecture, c'est très bien écrit, cohérent et de qualité, je pense, mais je suis vraiment restée sur ma faim.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alliael 2018-11-12T10:21:51+01:00
Pas apprécié

À l'époque victorienne, il suffisait peut-être d'insinuer quelques critiques à demi-mot pour être féministe et révolutionnaire, mais les temps ont changé et il aurait sans doute fallu faire évoluer les codes du genre plutôt que de les reprendre fidèlement.

On se retrouve ainsi à lire les aventures d'un groupe de dragon dans une société hypersexiste (comme la nôtre sauf qu'en plus les femelles sont biologiquement inférieures aux mâles) et cruelle (on y mange les malades et les faibles), sans qu'aucun ne conteste jamais cet état de fait si ce n'est du bout du doigt. Et c'est là que se niche tout le problème de ce soi-disant second degré, jamais on ne comprend si l'auteure cautionne ou décrit les ignominies qu'elle nous offre à lire en permanence. Du début à la fin, le lecteur est confronté à des remarques sexistes, des viols et des actes barbares sans que jamais on ne lui offre l'égard de s'en échapper ou que cela ne serve à autre chose qu'une légère remise en question des héros, qui finiront de toute façon par accepter cet état de fait.

Alors on pourrait penser que bien sûr c'est impossible de cautionner autant de violence et de sexisme, hélas en plus de l'univers, la trame et l'écriture en sont aussi parsemés et de cela n'aide guère à comprendre les intentions réelles de l'auteure, qui plus d'une fois préfère emprunter des sentiers narratifs conventionnels que de se rebeller contre son propre univers abominable, obligeant alors le lecteur à la suivre dans cet enfer des dragons.

En conclusion, l'intention était peut-être bonne, mais la réalisation ne l'est pas. L'univers est compliqué à imaginer et insupportable à lire (sauf si vous aimez les viols et les bébés démembrés). La trame est aussi banale qu'elle est sexiste (heureusement que toutes ces dragonnes avaient des mâles violents pour les sauver). Le tout dans une tentative de second degré, soit inexistante, soit mal maîtrisée.

Afficher en entier

Date de sortie

Les Griffes et les crocs

  • France : 2017-09-21 - Poche (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • Tooth and claw - Anglais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 29
Commentaires 12
extraits 3
Evaluations 18
Note globale 7.56 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode