Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Par everalice le 17-08-2012 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
Comme à l'accoutumée, il se rendit dans la suite des Hathaway pour le petit déjeuner. Alors même que l'appréhension lui tordait l'estomac, il se composa une expression impassible. Il se montrerait calme et réservé, et Winnifred serait posée. Tous deux surmonteraient avec succès l'embarras insupportable de cette première rencontre.
Ses bonne résolutions s'évanouirent cependant à l'instant où il posa le pied dans le salon et aperçut Winnifred. Sur le sol. En sous-vêtements.
Elle gisait sur le ventre et essayait de se redresser alors qu'un homme penché sur elle la touchait.
A cette vue, le sang de Kev ne fit qu'un tour.
Avec un rugissement de fureur, il se rua sur Winnifred et la souleva dans ses bras d'un geste possessif.
- Arrête ! cria-t-elle. Qu'est-ce que tu... Oh, non ! Laisse-moi t'expliq... Non !
Il la déposa sans cérémonie sur le sofa et pivota pour faire face à l'homme. Il allait démembrer ce salaud vite fait bien fait, en commençant par lui arracher la tête.
Prudent, l'homme battit rapidement en retraite derrière un fauteuil volumineux.
- Vous devez être Merripen, dit-il. Et moi, je suis...
- Un homme mort, gronda Kev en se dirigeant vers lui.
Par Fifitor le 30-09-2013 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
Je t'aime, songea-t-il sans quitter Winnifred des yeux. J'aime tout de toi, chaque pensée et chaque mot ... J'aime cet assemblage complexe et fascinant de toutes les choses qui te constituent. Je te désire de dix manières différentes à la fois. J'aime toutes les saisons en toi, celle que tu es maintenant et celle que tu seras, encore plus belle, dans les décennies à venir. Je t'aime d'être la réponse à chaque question que mon coeur pourrait poser.
Par douceleilani le 07-05-2013 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
Elle ouvrit les yeux en entendant sa voix.
— Je suis là, chuchota-t-il en s'emparant d'une cuillere qu'il plongea dans la tasse. Ouvre la bouche, petite gadji, fais-le pour moi.
Mais elle refusa. Elle tourna la tête et remua les lèvres s'en qu'aucun son n'en sorte.
— Que dis-tu? Winnifred... tu dois prendre ce médicament.
Elle parla de nouveau. cette fois, il comprit et la fixa avec incréulité.
— Tu acceptes si je te dis mon prénom?
Après avoir dégluti à plusieurs reprises, elle souflla :
— Oui.
La gorge de Kev se noua douloureusement. Les yeux brûlants, il réussit à murmurer :
— C'est Kev. Je m'appelle Kev.
Elle le laissa alors introduire la cuillere entre ses lèvres.Le poison couleur d'encre coula dans sa gorge.
Il sentit son corps se détendre contre lui. Entre ses bras, il était aussi léger et chaud qu'une flamme.
" Je te suivrai, se promit-il, quelque soit ton destin."
Winnifred était tout ce qu'il avait toujours désiré sur terre. Elle ne partirait pas sans lui.
Par Rayathea le 09-06-2013 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
— Et Beatrix ? Comment s'en sort-elle ?
— Elle a pas mal de succès, en fait. Elle ne cesse de dire des choses scandaleuses, et les gens rient en pensant qu'elle a de l'esprit à revendre alors qu'elle est parfaitement sérieuse.
Par Milka2B le 24-11-2014 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
Tous les feux de l'enfer pourraient brûler pendant un millier d'années sans égaler ce que j'éprouve pour toi à chaque minute ! Je t'aime tellement que c'en est un supplice.
Parce que même en diluant ce que je ressens pour toi au millionième, ce serait encore suffisant pour te tuer. Et quitte à devenir fou, je préfère encore te voir vivre entre les bras de ce salaud froid et insensible plutôt que mourir entre les miens !
Par Gabrielleaya le 16-03-2014 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
Merripen ne répondit pas, ne fit même pas mine de l'avoir entendu.
-Sapristi, Merripen, fit Léo d'une voix enrouée, si tu avais le cran de mourir avec elle, tu ne crois pas que tu pourrais trouver le courage de vivre avec elle ?
Par Rayathea le 09-06-2013 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
Le maudit furet attendait sur le seuil en exécutant une espèce de danse de la victoire. Il était de toute évidence enchanté par sa nouvelle acquisition et, plus encore, par le fait que Mlle Marks semblait vouloir s'en emparer.
[...]
— Quelle fichue bestiole, marmonna Mlle Marks. C'est un jeu, pour lui. Il va passer des heures à nous narguer avec cette fiole sans jamais nous laisser l'approcher.
Le regard fixé sur le furet, Léo s'accroupit sur le tapis et murmura d'une voix doucereuse :
— Viens ici, espèce de sac à puces... Tu pourras avoir tous les biscuits que tu veux si tu me donnes ton nouveau jouet.
Mais il eut beau siffler doucement, claquer de la langue d'un air engageant, ces cajoleries n'aboutirent à rien. Dodger se contentait de le regarder de ses petits yeux brillants, la fiole dans la gueule.
— Marks, donnez-moi une de vos jarretières, ordonna Léo.
— Je vous demande pardon ? répliqua-t-elle, glaciale.
— Vous m'avez entendu. Enlevez une jarretière et utilisez-la comme moyen d'échange. Sinon, nous allons devoir courir après ce satané animal à travers toute la maison. Et je doute que Rohan apprécie ce délai.
La préceptrice adressa à Léo un regard résigné.
— C'est bien pour M. Rohan que j'y consens. Tournez vous.
— Pour l'amour du ciel, Marks, pensez-vous vraiment que quelqu'un veuille reluquer ces allumettes que vous appelez des jambes ?
Par Rayathea le 09-06-2013 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
— Les femmes sont parties pour la matinée, annonça-til. Elles sont allées à Stony Cross Manor rendre visite à lady Westcliff. Beatrix m'a recommandé de guetter son furet, qui semble avoir pris la poudre d'escampette. Et Mlle Marks est restée ici... Drôle de petite créature, tu ne trouves pas? ajouta-t-il après un silence songeur.
— Le furet ou Mlle Marks ? demanda Kev, tout en enfonçant un clou dans le morceau de bois qu'il venait d'appliquer avec précaution contre le mur.
— Marks. Je me demandais... Tu crois qu'elle hait tout le monde ou simplement les hommes ?
— Elle ne hait pas les hommes. Elle se montre toujours très agréable avec Rohan et moi.
Léo eut l'air sincèrement désarçonné.
— Alors... C'est juste moi qu'elle hait ?
— Apparemment.
— Mais elle n'a aucune raison !
— Parce que tu ne te montres jamais arrogant ou dédaigneux ?
— Ça fait partie de mon charme aristocratique, protesta Léo.
— Il faut croire que Mlle Marks n'est pas sensible à ton charme aristocratique.
Remarquant que Léo se renfrognait, Kev haussa un sourcil.
— Quelle importance? fit-il. Tu ne t'intéresses pas à elle personnellement, je suppose ?
— Bien sûr que non, répliqua Léo avec indignation. Je préférerais encore mettre dans mon lit le hérisson apprivoisé de Béatrice. Rien que d'imaginer ces coudes et ces genoux pointus, tous ces angles aigus... Un homme risquerait une blessure mortelle en s'approchant de Marks !
Par Rayathea le 09-06-2013 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
Comme à l'accoutumée, il se rendit dans la suite des Hathaway pour le petit déjeuner. Alors même que l'appréhension lui tordait l'estomac, il se composa une expression impassible. Il se montrerait calme et réservé, et Winnifred serait posée. Tous deux surmonteraient avec succès l'embarras insupportable de cette première rencontre.
Ses bonne résolutions s'évanouirent cependant à l'instant où il posa le pied dans le salon et aperçut Winnifred. Sur le sol. En sous-vêtements.
Elle gisait sur le ventre et essayait de se redresser alors qu'un homme penché sur elle la touchait.
A cette vue, le sang de Kev ne fit qu'un tour.
Avec un rugissement de fureur, il se rua sur Winnifred et la souleva dans ses bras d'un geste possessif.
- Arrête ! cria-t-elle. Qu'est-ce que tu... Oh, non ! Laisse-moi t'expliq... Non !
Il la déposa sans cérémonie sur le sofa et pivota pour faire face à l'homme. Il allait démembrer ce salaud vite fait bien fait, en commençant par lui arracher la tête.
Prudent, l'homme battit rapidement en retraite derrière un fauteuil volumineux.
- Vous devez être Merripen, dit-il. Et moi, je suis...
- Un homme mort, gronda Kev en se dirigeant vers lui.

[...]

— J'insiste pour que tu présentes des excuses, Merripen, dit Winnifred. Tu t'es montré très grossier envers mon invité.

[...]

Fixant sur le médecin un regard courroucé, Kev articula en romani :
— Ka xlia ma pe tute (Je vais t'écrabouiller).
— Ce qui signifie : « Veuillez pardonner ce malentendu, et quittons-nous bons amis », se hâta de dire Rohan.
— Te malavel les i menkiva, ajouta Kev pour faire bonne mesure (Puisses-tu mourir rongé par la vérole).
— Grossièrement traduit, cela veut dire : « Que votre jardin abonde en beaux hérissons bien gras. » Je me permettrai d'ajouter que c'est considéré comme une bénédiction chez les Roms.
Manifestement sceptique, Harrow murmura cependant:
— J'accepte vos excuses. Il n'y a pas de mal.
Par Rayathea le 09-06-2013 Editer
Les Hathaway, Tome 2 : l'étreinte de l'aube
Le médecin déclara par la suite que c'était le premier accouchement au cours duquel il s'était fait plus de souci pour le futur père que pour la mère et l'enfant.
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.