Livres
535 472
Membres
561 625

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Heures rouges



Description ajoutée par x-Key 2018-06-13T19:40:20+02:00

Résumé

« Drôle, mordant, poétique, politique, alarmant, inspirant, Les Heures rouges révolutionne la fiction de notre époque. » Maggie Nelson (Une partie rouge, Les Argonautes)

États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, cinq femmes voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère. Ro, professeure célibataire de quarante-deux ans, tente de concevoir un enfant et d’écrire la biographie d’Eivør, exploratrice islandaise du xixe. Des enfants, Susan en a, mais elle est lasse de sa vie de mère au foyer – de son renoncement à une carrière d’avocate, des jours qui passent et se ressemblent. Mattie, la meilleure élève de Ro, n’a pas peur de l’avenir : elle sera scientifique. Par curiosité, elle se laisse déshabiller à l’arrière d’une voiture... Et Gin. Gin la guérisseuse, Gin au passé meurtri, Gin la marginale à laquelle les hommes font un procès en sorcellerie parce qu’elle a voulu aider les femmes.

(Source : Les Presses de la Cité)

Afficher en entier

Classement en biblio - 40 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par MiLn 2018-10-08T17:42:41+02:00

Un mois plus tôt, l'interdiction d'avorter était entrée en vigueur au niveau fédéral [aux USA].

Mattie s'était dit : Il faut qu'on t'emmène au Canada. Ils n'avaient pas encore fermé la frontière aux demandeuses d'IVG. Le 'mur Rose' n'était qu'une idée en l'air.

Un an et demi plus tard, la patrouille frontalière canadienne arrête les Américaines désireuses d'avorter et les renvoie aux Etats-Unis pour qu'elles y soient poursuivies.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Calypso2000 2020-10-26T10:48:00+01:00
Lu aussi

La jaquette dit "dans la lignée de la servante écarlate", et bien excepté la régression des droits à l'adoption et à l'avortement je trouve que cela n'a rien à voir. De plus on suit le parcours de cinq femmes qui ont toutes quelques choses en commun et aucune ne se sert de lien pour aider ou améliorer la vie de l'autre (excepté Ro). Et je dirais qu'il n'y a pas vraiment de fin. Je suis déçue

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Naw-munge 2020-09-15T19:30:56+02:00
Argent

Un très bon livre. J'ai eu beaucoup de mal avec l'histoire de l'exploratrice. J'aurais bien aimer que la fin ne soit pas aussi précipiter. Mais ça reste un joli livre, plein d'honneteté

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fantaslego 2020-04-24T09:34:51+02:00
Lu aussi

Un livre détonnant, avec un style très percutant. On suit à travers ce roman cinq femmes uniques, leurs pensés, leurs rêves, leurs détresses et leurs joies. Elles sont loin d'être parfaites, et je ne les ai pas trouvé spécialement attachantes, pourtant, leur histoire sonne juste et j'ai facilement pu m'identifier tour à tour à l'une et à l'autre. Ce livre parle d'amour et pourtant n'a rien de romantique. C'est brute, cru, et réaliste. Cette histoire ne donne tout simplement pas l'impression d'en être une.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lily3801 2020-02-04T22:24:15+01:00
Bronze

Les heures rouges était un roman qui me tentait énormément par son sujet très d’actualité mais j'ai eu du mal à m'y retrouver dans les personnages. j'étais quelque fois perdue par les digressions des personnages, car je ne savais pas toujours s'il s'agissait de l'histoire ou de la pensée des femmes. Ceci mis à part, j'ai adoré partager les difficultés et les joies de chacune.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kadeline 2019-10-16T10:26:52+02:00
Pas apprécié

Grosse déception pour cette lecture dont le résumé me tentait depuis la sortie grand format. Si l’idée de base pouvait annoncer une super lecture, ça ne s’est pas passé comme prévu. Le résumé annonce un futur proche où tous les problèmes actuels liés à la liberté de la femme sont amplifiés : pas d’IVG, un papa et une maman, femme doit souffrir pour enfanter… On attend donc une histoire où on va présenter comment les femmes vont s’en sortir. Sur le papier ça annonce du bon, mais en pratique ça fait plouf car ce n’est finalement pas le coeur du sujet. On suit les 4 destins de femmes dont les vies se croisent dans leur petite ville de banlieue et quelles femmes : 4 bons gros clichés et le pire qui ont la même vie que celle qu’elles pourraient avoir actuellement. On se retrouve donc avec la pauvre femme célibataire quarantenaire qui fasse à son horloge biologique tente fécondations sur fécondations (in utero plus de fiv). Ensuite, on a la pauvre mère au foyer qui n’aime pas sa vie. A cause du qu’en dira-t-on, elle fait tout pour que ça soit son mari qui la quitte et non elle qui assume la séparation. On continue avec l’ado modèle, celle dont on ne se serait jamais attendu à ça de sa part, qui tombe enceinte. On se rapproche du sujet avec ce personnage mais finalement c’est traité plus ou moins exactement comme le serait cette situation face à une ado qui aurait juste peur d’en parler à ses parents (donc pas besoin de parler de l’interdiction de l’IVG). Et pour finir le pompon, la vieille sorcière isolée au fond des bois qui ne supporte pas les hommes, est lesbienne ou bi, (homme par curiosité) et vit avec un chat. Si on aime les destins de femmes très caricaturaux, on peut y trouver son compte mais sinon quel ennui. Rien n’est développé sur le sujet important annoncé, c’est plat. Je n’ai pas abandonné donc ça se lit mais c’était d’un ennui sans fin et très creux comme histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lildrille 2019-10-10T11:41:39+02:00
Bronze

Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=38182

J'ai mis la note de : 14.5/20

Mon avis : Les heures rouges est un roman qui choque, qui perturbe et qui fascine à la fois. Le vocabulaire employé est cru, violent et parfois même humiliant. Rien n’est laissé au hasard. L’auteur veut marquer ses lecteurs et exprimer les choses telles qu’elles le sont et telles que la vie nous les donne. Le sujet du roman est lourd en lui-même : lourd en conséquence, en histoire, en révolution et en souffrance. Ce roman n’est pas à poser dans toutes les mains, et pas seulement à cause du vocabulaire employé. En effet, pour le comprendre et savoir y percevoir tous les messages cachés ou non, cela demande de la maturité et un esprit critique assuré.

L’auteure a imaginé un univers où l’avortement est interdit et où il est même défendu à des femmes d’avoir des enfants via fécondation in vitro. Une des futures lois à venir n’améliore rien en empêchant aussi l’adoption par des parents célibataires. L’embryon est considéré comme ayant une conscience et donc des droits. Ce dernier a ainsi le choix de vivre ou non et avorter est un meurtre. Ce sujet, toujours à débat dans certains cercles aujourd’hui, est perturbant et bannit tout contrôle de leurs corps pour les femmes. L’auteure s’aventure sur de nombreux domaines politiques, religieux et existentiels, aux valeurs souvent inégales selon les traditions et les cultures.

L’histoire nous conte la vie de pas moins de 5 femmes : une exploratrice, une guérisseuse, une épouse, une adolescente et une biographe. Les chapitres reprennent ces quatre derniers descriptifs comme si l’identité légale des protagonistes importait peu. Et c’est en fait le cas. Concernant l’exploratrice, sa vie nous est narrée via des passages du prochain livre de la biographe qui s’échine à retracer la vie d’Eivør, une exploratrice islandaise du XIXe siècle qui mériterait d’être davantage connue. La biographe est incontestablement celle dont les chapitres s’intéressent le plus de par ses liens avec tous les autres personnages et de par les conséquences de ses envies.

Ce lien qui existe entre toutes ces femmes ne nous saute pas de suite aux yeux et c’est là que l’on voit le talent indéniable de l’auteure. Au fur et à mesure des chapitres, on comprend et visualise les différentes relations en identifiant les rôles de chacune. La meilleure élève de la biographe, aussi professeure, est en fait l’adolescente ; la femme d’un des amis professeurs de la biographe est celle qui est appelée l’épouse ; etc. Certains liens sont plus vicieux et feront l’objet de révélations qui n’étonneront pas les plus futés d’entre vous. On se laisse malgré tout prendre au jeu avec facilité.

Le ton est dur, sombre, tout comme le quotidien des protagonistes qui évoluent dans une petite ville de pêcheurs. Le lecteur se sent happé par cette atmosphère malsaine et les premières pages ne sont clairement pas faciles à lire. Les héroïnes ne semblent pas heureuses dans leur vie, pour des raisons différentes, et ce malaise nous atteint en plein cœur. Il est dur de s’attacher à toutes ces femmes et cette proximité dépendra beaucoup de l’esprit du lecteur et de sa propre empathie. L’adolescente est certainement celle que l’on finit par le plus apprécier de par sa naïveté et sa grandeur d’âme.

Chaque histoire porte sur un sujet différent et est en lien avec le fait d’avoir des enfants. L’une en voudrait absolument un par exemple, alors qu’une autre n’en veut surtout pas ; l’une d’elles a des petits mais n’en est pas heureuse, etc. Chaque femme nous livre un message de vie intéressant et complexe à la fois qui évolue tout au long de chacun de leur récit. Les fins de ces 5 tranches de vie sont plutôt positives et cela fait du bien. Le lecteur essoufflé peut enfin respirer tranquillement et se réjouir.

Etant donné la divergence de certains points de vue dans le livre, il est difficile d’y lire un message clair de la part de l’auteure qui donnerait son propre avis et c’est tant mieux. Le livre nous permet de modeler notre propre opinion et d’interpréter les différents éléments comme bon nous semble.

La féminité est le sujet central de ce roman qui, en plus de parler d’avortement, parle de sorcières d’une manière qui n’est pas anodine, dans une ville proche de Salem. Un hasard ? La guérisseuse est d’ailleurs traitée de sorcière simplement parce qu’elle sait soigner par les plantes. Longtemps, des massacres ont été perpétués pour empêcher les femmes de connaissance de partager leur savoir. L’auteure nous donne des repères, des signes et des alertes, d’une manière intelligente et souvent détournée sur la cause féminine et finalement sur l’histoire de notre civilisation.

L’écriture est élaborée et soignée. Le vocabulaire cru ne plaira pas forcément à tout le monde et enlèvera son charme à l’histoire. L’auteure est talentueuse dans l’expression de ses propos, dans la narration de personnalités bien différentes et dans son utilisation de divers moyens écrits pour faire avancer son histoire (extraits de livres, de journaux, passages biographiques, …). Certains flashbacks ne sont pas toujours faciles à identifier au premier abord et les pensées endiablées de plusieurs personnages ne sont pas toujours aisées à suivre. Le rythme obtenu est original et captivant, bien que par moment décousu.

Les heures rouges est un roman d’actualités qui fait réfléchir tout en finesse spirituelle et ambition littéraire. Il fera certainement parler de lui !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par gribouille 2019-09-26T08:54:34+02:00
Lu aussi

Intéressant, mais parfois décousu. Je n'ai pas été captivée comme par la servante écarlate.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par julisa 2018-11-03T16:46:38+01:00
Lu aussi

Beaucoup de sujets différents sont abordés grâce à ces 4 femmes et ce fut une véritable surprise de l'apprécier autant ! Ce sont des sujets très importants !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amita 2018-09-27T08:55:58+02:00
Diamant

Les heures rouges – Leni Zumas

Résumé : États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, quatre femmes voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère. 

L'intrigue se situe dans un futur proche, aux États-Unis, après l'arrivée d'un nouveau président, jamais cité mais dont le nom résonne clairement dans nos têtes : Donald Trump. C'est sur le traitement qu'il réserve aux femmes que l'autrice se concentre. Car bien qu'en 2018 n'oublions pas que les droits que nous avons sont loin d'être suffisants mais pire, n'oublions pas que beaucoup de femmes dans le monde n'en ont même pas la moitié !

Ce livre peut donc faire explicitement référence aux jours à venir qui s'annoncent pour les USA mais également, et de façon plus subtile, à bon nombre de pays moins développés où les femmes ne sont que des objets, des ombres.

J'ai trouvé l'intrigue très bien menée et à travers le destin de ces femmes, qui ont toutes un rapport quelconque à ces nouvelles lois, l'autrice évoque le féminisme. Le livre joue avec les clichés, les stéréotypes sur les femmes et apporte une réflexion sur le féminisme pas tout à fait nouvelle mais toutefois très bien amenée.

Le roman n'a aucune intention extrême, il raconte une histoire de femmes, une histoire fictionnelle qui pourtant a pu se passer il y a quelques années en France et pourrait se passer bientôt aux USA ; Une histoire qui, peut-être, se passe tous les jours dans certains pays.

Nous suivons la vie de quatre femmes, chacune d'elle a un rapport différent à cette nouvelle Amérique qui se dessine. L'une d'elle cherche à adopter à tous prix et rencontre des difficultés, l'autre est recluse et traitées de sorcières, une autre encore cherche désespérément à avorter. La dernière est la seule qui n'a pas un aspect « criminel » par rapport à ces nouvelles législations, elle a une vie parfaite : un mari, deux enfants, une maison, aucun problème avec la justice. Et pourtant, elle reste aussi malheureuse que les trois autres, si ce n'est plus. Avec le personnage de l'épouse, l'autrice nous montre que le bonheur ne réside pas dans les attentes que les autres ont de nous ni dans une belle image de notre vie. Et au travers de l'épouse, on va prendre conscience de tous les clichés sexistes qui peuvent perdurer, de toutes les attentes qu'on a pour une femme, de toute la pression et la tristesse qui peut en résulter.

Les personnages féminins sur lesquels on se concentre sont très souvent désignés par un qualificatif, et non par un prénom : La fille, l'épouse, la biographe, la guérisseuse. Comme pour leur enlever encore une part de leur identité et accentuer la domination patriarcale ou bien, au contraire, c'est pour mettre en valeur le côté universelle de leur situation, ces femmes sont toutes les femmes. Dans les deux cas le résultat est brillant.

D'ailleurs toujours dans une vision d'analyse sémantiques du lexique, le titre « Les Heures Rouges » ne peut-il pas faire référence à la période des règles qui est ce qui relie toutes les femmes en tant qu'être féminin ? Ou bien le rouge signifie le malheur, la peur, et ainsi les heures rouges sont les sombres moments qui attendent les femmes à qui les droits sont retirés.

Enfin, pour terminer les analyses, vous aurez sans doute remarqué que la couverture représente un vagin stylisé. Ce qui pourrait donc corroborer ma théorie sur le titre faisant référence aux règles.

Le style de Leni Zumas est assez particulier, des phrases parfois très courtes et sans rapports apparent les unes avec les autres. Des idées très folles, parfois irréalistes. Un style qui tient parfois de l'absurde. Et pourtant ce style décalé confère une certaine poésie à son récit.

Pris entre le récit futuriste et l'essai contemporain nous ne savons pas trop, en refermant le livre, si nous devons nous sentir rassurée ou avoir peur.

Pour résumer, j'ai passé un très bon moment dans ce livre. Les personnages m'ont captivé et m'ont beaucoup fait réfléchir, chacun à leur façon. L'intrigue est très bien menée, très prenante et sert à merveille la réflexion de l'autrice. Une réflexion qui est très bien expliquée, sans être moralisatrice ou extrémiste. Un style qui peut déconcerter au début mais qui devient très vite vecteur des idées proposées. En somme, un très bon ouvrage de cette rentrée littéraire, un ouvrage à lire absolument pour notre futur à tous.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lauraline-Xywz 2018-09-15T10:43:14+02:00
Or

Un roman surprenant au début par sa construction (de courts chapitres consacrés à tour de rôle à chacune des 4 protagonistes, et séparés par des passages du livre écrit par la biographe), et qui nous révèle des possibles glaçants au sujet de la condition des femmes. Un retour en arrière qu'on souhaiterait ne pas voir se réaliser... et pourtant !! des signes apparaissent déjà.

A lire absolument !

Afficher en entier

Dates de sortie

Les Heures rouges

  • France : 2018-08-16 (Français)
  • France : 2019-08-14 - Poche (Français)

Activité récente

Idgie le place en liste or
2020-08-24T22:23:28+02:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 40
Commentaires 14
extraits 2
Evaluations 21
Note globale 7.43 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode