Livres
387 967
Comms
1 360 268
Membres
276 219

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Pourtant ce qui retint l'attention du Capitaine, ce fut la tête de ses propres troupes. Ses hommes avaient les traits étrangement tordus, dessinant une grimace peu commune sur leurs visages crispés.

Sven fronça les sourcils.

- Je peux savoir ce qui vous arrive ? leur demanda-t-il. Vous me faites tous une attaque là ou quoi ?

- C'es Mam'zelle Laura, lui apprit Henry, la bouche tordue. Elle nous a dit que la moindre des choses lorsqu'on s'apprêtait à tuer quelqu'un, c'était de lui sourire. Parait que c'est beaucoup plus rassurant pour le pauvre bougre qu'on abat...

Afficher en entier

Au diable les règles de bienséances, personne ne la toucherait ! Il allait se charger de sa petite rouquine lui-même !

La soulevant entre ses bras, Sven l’emmena dans l’un des salons privés. Alors qu’ils voyaient un géant débarquer avec une femme "sans vie" dans les bras, les personnes qui s’y trouvaient ne se le firent pas dire deux fois lorsqu’il les invita à déguerpir.

Comme la dernière femme passait la porte et la refermait derrière elle, Sven tourna la tête vers Laura.

— Il n’y a plus personne. Tu peux arrêter ta comédie.

Ouvrant les yeux, Laura lui lança un coup d’œil suspicieux entre ses cils.

— Cap’taine…C’est moi ou vous en avez profité pour me peloter ?

Sven lui décocha un regard suave.

— Noooon… Et puis même si c’était vrai, il me semble que coté intimité, on a déjà fait bien pire, rétorqua-t-il avec un sourire sarcastique.

Laura détourna le regard. Tentatives de viol, avait-il dit…

— Je suppose, en effet…

Comme elle essayait de descendre, Sven raffermit sa prise, la collant un peu plus contre lui et logeant d’autorité son sein droit au creux de sa paume.

— Je peux savoir ce que vous faites, Cap’taine ?

— Je croyais qu’on s’était mis d’accord pour dire que le pelotage était autorisé...

Afficher en entier

— Mais c'est le propre de l'amour, mon chou ! Se découvrir complètement dépendant d'une personne qui peut vous échapper à tout moment... C'est excitant, non?

Afficher en entier

Comme Sven s'y attendait, les retrouvailles entre Laura et l'équipage de l'Oasys furent dégoulinantes d'amour. Entourant d'autorité la jeune femme, exsudant une aura de bonheur presque ridicule, tous semblaient heureux de son retour comme s'il s'agissait de celui du Messie en personne. Et le pire était que Laura elle-même semblait incroyablement émue de les revoir.

- Mais c'est que vous êtes belle comme un ange, Mam'zelle Laura !

- On a pensé à vous tous les jours...

- On a même continué de prendre des bains !

- On a souri à chaque fois qu'on a tué quelqu'un !

- Quand vous êtes pas là, le Capitaine fout encore plus les jetons...

- Par pitié, souffla Pims les larmes aux yeux, ne nous quittez plus jamais ! La vie est beaucoup trop plate sans vous !

Afficher en entier

Dans ce cas, il allait s’en charger. Lui, le Capitaine de l’Oasys, dit l’Ange de la Mort et né

Spoiler(cliquez pour révéler)
Steven James Means
, allait se charger de l’éducation de cette petite sotte. A la fin, elle serait au courant de toutes les subtilités liées à la gente masculine et elle aurait développé une part plus qu’utile de son instinct de conservation.

Afficher en entier