Livres
439 652
Membres
369 403

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par lireoulire 2018-11-24T11:17:07+01:00

Il m’a fallu de temps. Mais les meilleures choses dans la vie demandent souvent de la patience.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ameliemarmo 2018-09-18T13:03:43+02:00

-Tu ne t’es pas comporté comme un connard. C’était sympa de rencontrer tes amis, hier soir, à la boite.

Le silence retombe un instant. Je sens mon visage s’embraser.

-Et de danser avec toi…

A peine ai-je tourné la tête que ses lèvres frôlent les miennes. C’est un baiser léger comme une plume… mon tout premier. Mes yeux se ferment malgré moi. Ranik prend fermement ma joue dans sa paume et commence à caresser ma mâchoire du pouce. Il est tellement doux. Des étincelles courent sous ma colonne vertébrale. Cela dure à peine une seconde et Ranik recule aussitôt.

Afficher en entier
Extrait ajouté par leclipsa 2018-12-09T22:09:02+01:00

Pour la septième fois aujourd’hui, le professeur Mathers m’interroge.

—Alice ? J’ai l’impression que vous connaissez la réponse… Tous les regards des étudiants du cours d’histoire européenne se tournent dans ma direction. Les autres attendent de moi une réplique courte, aussi brillante que d’habitude. Parce que je suis Alice Wells et que s’il y a une chose dans laquelle j’excelle, c’est répondre aux profs. En revanche, en ce qui concerne tout le reste : porter du rose, enchaîner les beuveries et avoir des relations sexuelles, je suis nulle. Mais en classe, je suis parfaite. Et modeste.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sabivilutini 2018-11-28T17:35:38+01:00

Je lance un discret coup d'oeil aux toasts.

- Est-ce que tu... tu as dessiné un smiley avec du sucre ?

- Hé ! hé !... Tu as remarqué. Ma mère disait toujours que la nourriture heureuse rendait les ventres heureux.

Son rire est léger, mais son ton s'assombrit durant un bref instant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sabivilutini 2018-11-28T17:35:23+01:00

Je traverse la pelouse en tirant sur ma cigarette quand je l'aperçois. Le récif est un petit café pour bobos à la con rempli de barres à l'amande sans gluten et de smoothies à la tomate. La plupart des clients qui le fréquentent sont des tarés de vegans bien concernés par leur petite santé. Sauf qu'Alice s'y trouve. En compagnie d'une fille aux cheveux bouclés que je n'ai jamais vue. Et qui la fait sourire. Je marque un temps d'arrêt. Alice qui sourit franchement au lieu de ricaner... Son expression éclaire son visage comme un diamant et rend son habituel air sévère plus doux et chaleureux. Le soleil se reflète sur ses cheveux dorés et brillants. Elle est belle comme une peinture ancienne.

Mon cœur rue soudain comme un animal hors de contrôle enfermé dans une cage trop petite.

Afficher en entier
Extrait ajouté par klauschapter 2018-10-10T20:29:00+02:00

Si je peux sentir la pluie, ça signifie que je suis capable d’éprouver de l’amour, non?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ameliemarmo 2018-09-18T13:03:52+02:00

Je pivote vers lui en arborant mon plus radieux sourire.

-Je préférerais rester ici, si ça te va.

Je n’ai pas le temps de faire un pas que Ranik m’a plaquée contre l’arbre le plus proche, ses lèvres brulantes contre mon cou. Il couvre de baisers chaque centimètre de ma peau. Mais lorsqu’il cherche ma bouche, je détourne le visage et lui souris.

-S’il te plait, Alice, râle-t-il. Laisse-moi t’embrasser.

-Tu viens de le faire, je réponds d’une voix chantante, hors d’haleine.

Il tourne ma tête vers lui et m’embrasse si fort que j’en ai presque mal.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Nesstinkiete 2018-09-17T17:30:57+02:00

Je marche d’un bon pas vers la bibliothèque tout en téléphonant à Ranik. Cela sonne deux fois dans le vide avant qu’il décroche.

— Allô ?

— Je t’interdis d’être sympa avec moi, j’assène aussitôt.

À l’autre bout du fil, pas de réponse. Ranik sait très bien que c’est moi : il a vu mon numéro.

— J’ai le droit d’être sympa avec qui je veux, finit-il par déclarer.

— Nous avons une relation de travail, j’insiste. D’étudiante à professeur. Je ne tolérerai pas que tu m’apprécies.

— Que je t’apprécie ? bafouille-t-il. Qu’est-ce qui… qu’est-ce qui te fait penser que je… ?

— Je t’ai expressément demandé de ne pas m’apprécier.

— Tu m’as demandé de ne pas essayer de te sauter dessus, corrige-t-il.

— La seule façon pour moi de coucher avec quelqu’un serait de commencer par apprécier cette personne et d’entamer ensuite une relation au sein de laquelle elle et moi nous apprécierions mutuellement. Donc, tu ne peux pas m’apprécier. Parce que ce serait le premier pas pour coucher avec moi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode