Livres
458 527
Membres
412 063

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les lettres oubliées



Description ajoutée par Gkone 2014-11-02T09:41:42+01:00

Résumé

William, en instance de divorce, arrive à l’Asile d'Aliénés de Jelley's Valley pour en devenir le gardien. Il a bien l’intention de faire le point sur sa vie, finir sa thèse et découvrir quel homme il peut être ; l’hétérosexualité a été un échec, mais l’homosexualité n’a jamais été une possibilité. Jusqu’à ce qu’il tombe, en faisant sa ronde, sur une boite en fer contenant des lettres ignorées du monde depuis plus d’un demi-siècle.

Elles ont été écrites par Bill, jeune homme interné soixante-dix ans plus tôt, à une époque où l’homosexualité est une maladie qui doit être soignée par tous les moyens. De lettre en lettre, William découvre Bill, sa force, son courage, ses épreuves. De ces témoignages et sa rencontre avec Colby, gay, lumineux, ouvert et profondément gentil, il tire la force de faire la paix avec lui-même.

Le bonheur semble enfin à portée de main. Ils doivent simplement se laisser une chance.

Description VO :

William Lyon's past forced him to become someone he isn't. Conflicted and unable to maintain the charade, he separates from his wife and takes a job as caretaker at a former mental hospital. Jelley’s Valley State Insane Asylum was the largest mental hospital in California for well over a century, but it now stands empty. William thinks the decrepit institution is the perfect place to finish his dissertation and wait for his divorce to become final. In town, William meets Colby Anderson, who minds the local store and post office. Unlike William, Colby is cute, upbeat, and flamboyantly out. Although initially put off by Colby’s mannerisms, William comes to value their new friendship, and even accepts Colby's offer to ease him into the world of gay sex.

William’s self-image begins to change when he discovers a tin box, hidden in an asylum wall since the 1940s. It contains letters secretly written by Bill, a patient who was sent to the asylum for being homosexual. The letters hit close to home, and William comes to care about Bill and his fate. With Colby’s help, he hopes the words written seventy years ago will give him courage to be his true self.

Afficher en entier

Classement en biblio - 13 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par seriallectrice 2018-12-17T21:56:53+01:00

Il voulut froncer les sourcils, mais Colby avait l'air sincèrement contrarié, son sourire solaire remplacé par des yeux agités et des sourcils froncés. Pour la première fois, William se sentait coupable de la façon dont il agissait. Colby semblait être un chouette type. Amical et joyeux. Ce n'était pas sa faute s'il le mettait mal à l'aise.

- Je suis désolé, Colby. Je pense que je suis juste idiot.

Le sourire réapparut et William en fut étrangement soulagé.

- Vous n'êtes pas vraiment idiot, dit Colby. Nous avons juste besoin de travailler un peu votre sociabilité. Vous détendre un peu. Parce que Will, mon vieux, vous avez un balais planté tellement profondément dans le cul qu'il doit vous chatouiller les amygdales. Mais qui donc l'a fourré là?

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Fridja 2018-10-30T14:04:59+01:00
Diamant

J'ai adoré! comme souvent les écrits de Kim Fielding. Ce roman frise le coup de cœur pour moi juste parce qu'il est un peu trop court... La fin est, selon moi, trop rapide, j'aurais voulu en savoir plus; il y avait matière, dans l’épilogue, à au moins un roman de plus! Alors voilà, le roman n'est pas un coup de coeur juste parce que j'en sors frustrée... je voulais plus de Will&Colby, je voulais plus d'histoire d'internés, je voulais plus, parce que ce que nous donne Kim Fielding, là, est vraiment excellent!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Tyzane 2018-10-20T18:32:57+02:00
Diamant

Il n’y a pas de pathos dans la plume de Kim Fielding, elle ne cherche pas à nous faire pleurer, au contraire. J’ai plus l’impression que cela arrive malgré elle. Il y a beaucoup de pudeur, de délicatesse et de justesse dans sa plume. Elle aborde tous les passages difficile de manière à ne pas les rendre plus difficile et c’est très appréciable. Je n’ai pas personnellement pleuré (j’ai un cœur de pierre ET j’étais avertie, je savais à quoi m’attendre) mais j’ai plus d’une fois eu la gorge serrée. Pas parce que l’auteur m’a prise par la main pour me dire « là c’est triste, pleure » comme j’en ai souvent l’impression, mais à cause du contraste terrible entre ce qui se passe et la pudeur et l’innocence, presque, avec laquelle ces choses sont racontées. Ni Bill ni Will ne sont naïf, mais ils ont cette innocence qui les rend attachant et intéressant et qui rend pire encore leur récif respectif.

Parce qu’au-delà de la forme, il y a le fond, évidemment. Je vais être honnête, je n’ai pas appris de choses à proprement parler, hormis peut-être le nom officiel de la procédure de Fremann Watts. Je suis assez au fait des horreurs que l’humanité est capable d’imposer à ses représentants et cela a été une chance. Parce que quand Bill écrit certains mots, j’ai serré les dents en sachant ce que j’allais lire, même s’il n’y a rien de décrit. Mais cette connaissance n’a pas suffi à me protéger de mon imagination et j’ai très eu envie de taper des gens plusieurs fois au cours de ma lecture. Je trouve brillant le parallèle entre Will et Bill. Le fait que les deux hommes aient le même prénom, une histoire si proche, avec des conséquences si différentes. J’ai souris et frémis à cause du courage de l’un, sa volonté de rester fort et fier et son désespoir quand il sent qu’il va devoir plier, peut-être. J’ai gémi et frémis en lisant ce par quoi est passé l’autre, la trahison des gens qui l’aimaient, mal, mais sincèrement, le fait qu’il ait été brisé si longtemps avant de renaître de ses cendres. Et dans les deux histoires, j’ai trouvé épouvantable le fait que les souffrances ne soient imposées que par des gens supposés protéger et chérir. Des gens censés aimer et aider. Des figures d’autorités, familiales, médicales, spirituelles, qui utilisent leur pouvoir pour faire du mal.

Ces deux histoires qui se déroulent en parallèle résonnent très fort en moi, parce que ces horreurs ne sont pas terminées. Il ne faut pas oublier que, pas si loin, des femmes lesbiennes sont condamnées à des viols punitifs. Que pas si loin, des hommes gays sont enfermés dans des camps de concentration pour y être tué, à moins d’être rendu à leur famille pour qu’elles fassent le travail elles-mêmes. Qu’au pays de la liberté, les thérapies de conversions étaient légales dans certains états il y a encore quelques semaines (elles sont interdites dans le New Hampshire depuis le 8 juin 2018. 2018 bordel !), que le vice président des Etats Unis est un partisan de ces thérapies. Qu’en France, elles ne sont toujours pas interdites, bien que l’homosexualité ne soit plus considérée comme une maladie. En FRANCE, bordel².Il ne faut pas oublier qu’au-delà des comportements individuels pas toujours honorables, il y a des pays où les institutions sont criminelles. Ce que font les gens en tant que gens est déjà très grave, mais les oppressions systémiques, qu’elles soient homophobes, racistes ou sexistes, sont impardonnables.Antha http://meninbooks.eklablog.com/les-lettres-oubliees-kim-fielding-a148919354

Afficher en entier
Commentaire ajouté par InconstanceFMR 2018-10-18T13:46:12+02:00
Diamant

Je l'ai terminé au bout de quelques heures à peine, et je n'arrivais pas à le lâcher. Attention, on a là un sujet lourd, donc à éviter en période de déprime. Quand j'ai lu chaque lettre de Bill, j'ai pleuré. Pourtant je ne suis pas née de la dernière pluie, mais on parle là d'injustice, d’inhumanité et d'abandon. Et malgré toute cette tristesse, ce sont ces lettres qui entraînent Will sur le bon chemin, celui de la vérité sur lui-même et du courage de faire front, d'avancer et de montrer à Colby - au FABULEUX Colby - qu'il ne faut pas renoncer quand on aime.

Superbe, authentique et touchant, surtout quand on sait que toutes les tortures subies par Bill ont été subies par des milliers de personnes dans le monde pour la même (absence de) raison, et que dans certains pays, on les subit encore de nos jours. C'est un très bel hommage à toutes ces victimes.

Afficher en entier

Date de sortie

Les lettres oubliées

  • France : 2018-10-16 (Français)

Activité récente

debou l'ajoute dans sa biblio or
2018-10-31T05:32:12+01:00
Melou78 l'ajoute dans sa biblio or
2018-10-30T16:34:59+01:00
Fridja l'ajoute dans sa biblio or
2018-10-30T13:59:05+01:00

Les chiffres

Lecteurs 13
Commentaires 3
Extraits 1
Evaluations 9
Note globale 8.44 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • The Tin Box - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode