Livres
546 159
Membres
582 079

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Je ne suis pas un chat, dis-je à travers mes dents serrées. Je suis un hamster. Je m’appelle Mack, et pas chaton.

Afficher en entier

— Je ne suis pas un chat, dis-je à travers mes dents serrées. Je suis un hamster. Je m’appelle Mack, et pas chaton.

— Dans ce cas, peut-être que je vais t’appeler Hammy à la place, ronronna-t-il.

Mon estomac fit des nœuds dans mon ventre. Il flirtait avec moi. En dépit de tout ce qui s’était déjà passé, de tout ce qu’il avait dit et des menaces qu’il avait proférées, il flirtait avec moi. Pourquoi ? J’étais en train de rêver. J’aurais préféré faire face à une armée d’ispolins.

— Dans ce cas, je vous appelle Panty, alors ! rétorquai-je.

Il se mit à rire et ouvrit la bouche pour répondre, mais il était plus que temps de mettre fin à cette conversation.

Afficher en entier

— Je vois, dit Corrigan à nouveau. Au fait, pourquoi votre petit ami (il insista sur le mot) vous appelle Red ?

Merdouille. Il avait entendu ça. Je maudis silencieusement Tom pour son surnom. Si je disais la vérité à Corrigan sur le fait que je m’étais teint les cheveux, il pourrait soupçonner que j’avais quelque chose d’autre à cacher. Réfléchis, Mack.

— Le rouge, c’est ma couleur préférée. J’en porte toujours.

Corrigan me dévisagea de la tête aux pieds. Je portais un jean sombre et un tee-shirt noir.

— Mais bien sûr, je porte le deuil de John, là, alors je ne mets que des couleurs sombres.

Il tapota doucement du doigt sur le bureau.

Afficher en entier

La Fraternité s’arrêta devant nous en ligne bien ordonnée. Leurs mains étaient posées sur les armes qui pendaient de leurs ceintures. Même de la position penchée dans laquelle je me trouvais, je pouvais voir l’acier briller. Ils essayaient d’asseoir leur autorité, bien sûr. Je détournai les yeux pour fixer le sol à la place.

Un homme grand, les cheveux gris, s’avança et nous balaya du regard. La salle était si silencieuse que j’aurais presque pu entendre les couilles d’Anton se rétracter de peur (du moins, j’aurais bien aimé). 

Afficher en entier

“There are plenty of ways to kill your mind but keep your physical body alive.”

Afficher en entier

“After everything that had happened, and all he’d already said and threatened me with, he was flirting. Why me?”

Afficher en entier

Je te retrouverai un jour ou l'autre, chaton.

Au revoir, Corrigan.

Afficher en entier

Dehors, la métamorphe blonde écrivait toujours sur son bloc-notes. Elle me jeta un regard rayonnant.

— Alors, ça s’est bien passé, non ?

La ferme, connasse de la Fraternité . Je me forçai à sourire. Il ne fallait vraiment pas qu’ils restent ici trop longtemps, ou j’allais avoir de sérieuses crampes aux joues.

— C’était super. C’est vrai qu’il est impressionnant.

— Oui, hein ? dit-elle en soupirant légèrement et lissant ses cheveux avec vanité. Et il est célibataire.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode