Livres
411 548
Membres
320 745

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Bonjour, parents de Grace ! Je suis son petit ami, et je vous prie de remarquer qu'une distance honnête nous sépare. Je suis très sérieux, et je n'ai jamais mis la langue dans la bouche de votre fille.

Afficher en entier

Elle s'est retournée avec un sourire pour les préparer. Un irrésistible arôme de chocolat a traversé en bourrasque le comptoir lorsqu'elle a ouvert la boite de cacao. pendant qu'elle laissait goutter de l'extrait de menthe dans des gobelets en carton, je me suis tournée vers Sam et j'ai saisi son autre main. Je me suis mise sur la pointe des pieds et je l'ai embrassé prestement sur les lèvres.

- Attaque-surprise !

Sam s'est penché et il m'a embrassée lui aussi, sa bouche s'attardant sur la mienne, et le contact rude de ses dents contre ma lèvre inférieure m'a fait frémir.

- Attaque-surprise-retour.

- Traître, ai-je dit d'une voix indûment voilée.

- Vous êtes trop chou, tous les deux, a commenté la vendeuse en posant sur le comptoir deux gobelets débordant de crème fouettée.

Son sourire était avenant, légèrement asymétrique, et je me suis qu'elle devait souvent rire.

- Sérieusement, ça fait combien de temps que vous êtes ensemble?

Sam a lâché ma main pour attraper son portefeuille d'où il a sorti quelques billets.

- Six ans.

J'ai plissé le nez pour ne pas rire. Lui tenait compte, bien sûr, de tout le temps pendant lequel nous appartenions à des espèces différentes.

- Whouaaa ! s'est exclamée la vendeuse en hochant la tête avec admiration. Pas mal, pour des jeunes comme vous !

Sam m'a passé mon gobelet sans répondre, mais ses yeux jaune me dévoraient d'un air si possessif que je me suis demandé s'il se rendait compte que son regard était bien plus intime que n'importe quel attouchement.

Je me suis accroupie pour examiner les pralinés sur l'étagère du bas du comptoir.

- Un coup de foudre, ai-je précisé sans oser lever les yeux.

- C'est tellement romantique, ça ! a soupiré la vendeuse. Faites-moi plaisir et ne changez jamais, vous deux. Le monde a besoin de plus de coup de foudre.

- Tu veux ceux-là. m'a demandé Sam d'une voix un peu éraillée.

Quelque chose accrochait dans son ton. J'ai réalisé que mes paroles l'avait touché plus profondément que je ne l'avait prévu et je me suis demandé quand on lui avait dit qu'on l'aimait pour la dernière fois.

Afficher en entier

-J'espère que vous allez m'annoncer que vous êtes son petit ami.

Les yeux de Sam se sont agrandis en soucoupes. J'ai recommencé à respirer.

-Oui, P'pa, c'est mon petit ami.

-À la bonne heure ! Je commençais à craindre que tu ne donnais pas dans ces choses-là.

-Papa !

Afficher en entier

-C'est toi, Grace ? a appelé la voix de Maman de l'entrée. Ou un cambrioleur ?

-Un cambrioleur !

-Je vais me faire pipi dessus, m'a chuchoté Sam à l'oreille en pouffant de rire.

Afficher en entier

Sam a contourné la voiture et il a pilé net en me voyant.

-Bonté divine, qu'est-ce que c'est que ça ?

J'ai fait tournoyer d'une pichenette entre le pouce et le majeur le pompon multicolore sur ma tête.

-Chez moi, on appelle ça un bonnet. Ça sert à garder les oreilles au chaud.

-Bonté divine, a-t-il répété en s'approchant de moi.

Il a pris mon visage entre ses mains et m'a examinée.

-C'est effroyablement mignon, a-t-il déclaré, puis il m'a embrassée, a contemplé de nouveau mon couvre- chef et m'a embrassée de nouveau.

Je me suis juré sur-le-champ de ne jamais perdre ce bonnet.

Sam tenait toujours mon visage entre ses mains, et j'étais sûre maintenant que tout le monde nous regardait, mais je ne voulais pas m'écarter et je me suis laissé embrasser encore, tout doucement cette fois, comme par un flocon de neige. Puis Sam m'a libérée et il a pris ma main dans la sienne.

Afficher en entier

-Sensible, ai-je hasardé.

-Pathétique, a-t-il traduit.

-Créatif.

-Dangereusement émotionnel.

-Réfléchi.

-Feng shui.

Je m'étranglais de rire.

Afficher en entier

-Chouette de bagnole ! s'est-elle exclamée et elle s'est penchée pour regarder Sam. Ohooo, un garçon ! Salut, Garçon ! Grace, je suis survoltée. C'est le café ! Tu es furax contre moi ?

[...]

-Ouais, c'est bien ce que je pensais, a dit Rachel, qui s'est penchée et a posé le menton sur le volant pour mieux voir Sam.

Et donc, Garçon, comment se fait-il que tu te retrouves dans la voiture de Grace ?

J'ai souri malgré moi. Si la nature de Sam devait absolument rester secrète, cela n'impliquait pas pour autant que Sam lui même était obligé de se cacher, pas vrai ? Et j'avais soudain terriblement besoin que Rachel approuve sa présence.

-Oui, Garçon. (Je me suis tordu le cou pour regarder Sam qui, à côté de moi, arborait une expression mi-amusée, mi-dubitative.) Comment se fait-il que tu te retrouves dans ma voiture ?

-Pour le plaisir des yeux, a-t-il rétorqué.

-Ouaaah ! À court ou à long terme ?

-Pour aussi longtemps que je m'avérerais digne d'intérêt.

Sam a posé la joue sur mon épaule un instant, dans un geste d'affection muette, et j'ai essayé de ne pas sourire comme une idiote.

-Oh, c'est donc ça ? Eh bien, je suis Rachel la sur- voltée, et aussi la meilleure amie de Grace.

Afficher en entier

—Je suis prête.

Il m'a regardée en haussant les sourcils d'un air intri­gué.

—Prête pour quoi ?

—Pour être embrassée.

Sam s'est mordillé la lèvre.

—Je préfère attaquer par surprise.

Vous avez un nouveau message, a annoncé la bande enregistrée de mon petit bijou technologique.

—Tu me rends folle, ai-je déclaré en m'adossant au siège.

Il a grimacé un sourire.

—Bonjour, ma chérie ! Tu ne devineras jamais qui j'ai ren­contré aujourd'hui, a bourdonné la voix de Maman dans le haut-parleur.

—Tu pourrais te jeter sur moi, ai-je suggéré, je n'y vois aucun inconvénient.

Afficher en entier

Je reportai mon attention sur la poêle à frire. Je transvasais les oeufs brouillés sur une assiette quand le grille-pain éjecta les toasts. Grace et moi étendîmes simultanément le bras, et survint alors un de ces instants magiques, comme au cinéma, lorsque les mains se joignent et que l'on sait que les acteurs vont s'embrasser. Sauf que mes bras, cette fois, l'entouraient, la pressaient comme par mégarde contre le plan de travail, la clouaient au réfrigérateur, tandis que je me penchais pour attraper les toasts. Ma maladresse m'emplit d'une confusion telle que ce fut seulement en voyant le visage de Grace, ses yeux fermés levés, que je compris le moment venu.

Je l'embrassai. Le plus légèrement du monde et sans la moindre bestialité. Et entrepris sur le champ de décomposer toutes les facettes du baiser : comment elle réagissait, comment elle pouvait le comprendre, le frisson qui me contractait l'épiderme, chacune des secondes entre l'instant où j'effleurai ses lèvres et celui où elle rouvrit les yeux. Elle me sourit.

-C'est tout ce que tu as à proposer ? railla-t-elle d'un ton provoquant, mais d'une voix si douce que je posai à nouveau mes lèvres sur les siennes, dans un baiser tout différent, de six années à rattraper. Ses lèvres parfumées d'orange et de désir s'animèrent. Ses doigts remontèrent mes pattes, s'enfoncèrent dans mes cheveux, se nouèrent derrière ma nuque, vivants et froids contre la chaleur de ma peau. Je me sentais et sauvage et apprivoisé, atrocement déchiré et contraint d'exister. Mon cerveau ne s'empressait plus de convertir la scène en vers ni de la stocker pour y réfléchir par la suite. Pour une fois, la première, j'étais ici et nulle part ailleurs.

Je rouvris les yeux. Rien n'existait plus, hormis Grace et moi - rien nulle part sinon nous - elle, lèvres serrées, pressées sur le baiser, moi retenant entre mes doigts l'instant fragile comme un oiseau.

Afficher en entier

-Je peux te poser une question ?

-C'est déjà fait.

Il a médité la chose un instant.

-Dans ce cas, puis-je t'en poser deux ?

-Tu viens de le faire.

Sam a poussé un gémissement et il m'a lancé un petit coussin.

Le projectile a décrit une courbe à travers l'espace illuminé par la lune avant de heurter ma tête sans dommage.

-Grosse maligne !

-D'accord, d'accord, je me rends ! Que veux-tu savoir ?

Afficher en entier