Livres
403 981
Membres
307 539

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Grace

"Ce n'était pas simplement que je craignais de perdre Sam et que je voulais le garder auprès de moi, ni uniquement une question de sexe. L'important, c'était de m'endormir son torse pressé contre mon dos, de sentir les battements de son coeur ralentir pour s'accorder aux miens ; c'était de continuer à grandir en sachant que ses bras qui m'enlaçaient, l'odeur de son sommeil, le bruit de sa respiration étaient devenus mon foyer, et que, le soir venu, je n'aspirais à rien d'autre."

Extrait p.85 sur 406, Chapitre 10

Afficher en entier

Sam

Quelque chose me réveilla.

Dans l’obscurité familière de la chambre de mon amie, je n’étais pas sûr de pouvoir l’identifier. Aucun bruit ne provenait de l’extérieur, et la maison elle-même reposait dans le silence semi-conscient de la nuit. Grace, qui avait roulé loin de moi, dormait paisiblement. Je l’enlaçai, pressant le nez contre sa nuque qui fleurait bon la savonnette. Les minuscules cheveux blonds de son cou me chatouillèrent les narines, et je m’écartai, mais elle se serra contre moi avec un soupir. J’avais besoin de dormir, moi aussi – le lendemain était jour d’inventaire à la librairie –, mais un bourdonnement sourd de mon subconscient me tenait éveillé, mal à l’aise. Je restai donc ainsi, lové tout contre elle, comme deux cuillères dans un tiroir, jusqu’à ce que le contact de sa peau trop chaude m’incommode.

Je m’éloignai alors doucement de quelques centimètres, la main toujours posée sur sa hanche. D’ordinaire, la courbe douce de ses côtes sous ma paume m’apaisait et m’aidait à m’assoupir, mais pas cette nuit.

J’étais hanté par le souvenir de ce que je ressentais autrefois à l’amorce de la transformation : le froid qui rampait sur ma peau en laissant dans son sillage une traînée de chair de poule, les sursauts, les virevoltes et les bouleversements de mon estomac lorsque la nausée m’envahissait, le lent éblouissement de la douleur irradiant dans ma colonne vertébrale, et mes pensées qui m’éludaient, comprimées et contraintes par mon crâne d’hiver.

Les ténèbres pressaient contre mes yeux, mais le sommeil se dérobait, juste hors de ma portée. Mon instinct m’aiguillonnait inlassablement, m’exhortait à la vigilance. Il y a quelque chose qui cloche, chantonnait tout mon être lupin.

Dehors, les loups se mirent à hurler.

Afficher en entier

_Tu veux parler, alors parfait, parle! Raconte-moi quelque chose que tu n'as encore jamais dit à personne.

J'ai réfléchi.

_Parmi tous les animaux de la planète, les tortues sont les deuxièmes pour la taille du cerveau.

Isabel a réagi au quart de tour:

_C'est faux!

_Je sais, c'est bien pour ça que je ne l'ai encore jamais dit à personne.

Afficher en entier

«Mais tu n'as pas eu peur ? m'a soudain demandé Isabel, et j'ai ouvert les yeux.

Je ne m'étais pas rendu compte que je les avais fermés. Son regard était intense.

- Peur de quoi?

- De te perdre toi même pas exemple?

Alors je lui ai dit la vérité:

- C'est bien ce que j'espère.»

Afficher en entier

On en revient à cela: dans tous les cas, je l'aurais perdue.

Si Cole ne l'avait pas réinfectée, la mort l'aurait prise sur son lit d'hôpital. A présent dans ses veines court la toxine lupine, et ce sont les bois qui me la ravissent, comme tout ce que j'aime.

Me voici donc, un garçon que l'on guette - les parents de Grace me surveillent, méfiants, et me soupçonnent sans pouvoir le prouver d'avoir enlever leur fille -, un garçon sur ses gardes - l'animosité de Tom Culpeper me poursuit dans cette ville de province, et je refuse d'enterrer Grace - et un garçon qui attend - la chaleur des beaux jours, les loups surgis des bois, et le retour de son amie, sa charmante fille d'été.

Quelque part, le destin rit et se moque, car c'est moi maintenant l'humain, et Grace que je vais perdre, encore et encore, immer wieder, à chaque retour de l'hiver et un peu plus chaque année. A moins que je trouve un remède, un vrai cette fois, et non un simple expédient.

Grace, bien entendu, n'est pas la seule en cause. Dans quinze ans, ce sera moi, et Cole et Olivia ; et Beck - son esprit dort-il encore sous son pelage lupin?

Je le regarde toujours, et ses yeux brins me fixent de sa face lupine.

Ceci est l'histoire d'un garçon qui a été loup et d'ube fille qui l'est devenue.

Nul adieu : j'ai plié mille grue en souvenir de Grace et de moi, et fait mon voeu.

Je découvrirai un remède, puis je retrouverai mon amie.

Afficher en entier

Elle était morte, et j'aurais voulu l'être. ¨

Page n°240. Cole.

Afficher en entier

Sam: Mille façons de dire adieu. Mille façons de pleurer. Je dis adieu adieu adieu adieu. Je le clame de toutes mes forces. Puisqu'en retrouvant ma voix. Peut-être aurai-je oublié

Afficher en entier

J’étais attablé chez Kenny depuis environ cinq minutes, je regardais la serveuse papillonner d’un box et d’un client à l’autre comme une abeille butine, quand j’entendis toquer contre la vitre sale près de moi : la silhouette de Grace se découpait, toute sombre sur le bleu vif du ciel. Je distinguais à peine l’arc de son sourire. Elle m’envoya un baiser, avant de faire le tour du bâtiment et d’entrer, flanquée d’Isabel.

Un instant plus tard, mon amie, le nez et les joues rosis de froid, venait se glisser près de moi. Son jean couina sur la surface invariablement grasse de la banquette rouge craquelée. Elle allait poser la main sur mon visage pour m’embrasser, mais j’eus un mouvement de recul.

– Qu’est-ce qu’il y a, je sens mauvais ? me demanda-t-elle d’un ton léger.

Elle posa son portable et ses clefs de voiture sur la table et tendit le bras devant moi pour attraper un menu près du mur. Je me penchai en arrière et montrai ses mains.

– À vrai dire, oui. Tes gants ont gardé la trace de ce loup, ils empestent.

– Eh bien, merci pour ton soutien, garçon-garou ! ironisa Isabel. (Grace lui tendit un menu, et elle secoua énergiquement la tête.) Toute la voiture puait le chien mouillé !

Afficher en entier

Je la regardais sans réagir. Je me sentais complètement vidé. Qu'étais-je donc sensé lui répondre?

"C'est ma vie qui est dans ce lit, alors laissez-moi rester, je vous en prie!?"

Afficher en entier

C'était une fille d'une beauté quasi annihilante, du genre je-te-consumme-le-coeur, aux yeux bleus immenses partiellement dissimulés derrière une frange blonde en dents de scie, et dont la posture et la ligne des épaules indiquaient qu'elle ne s'en laisserait pas conter. Elle m'a balayé du regard, des pieds à la tête et retour, et j'ai eu l'impression d'avoir été jugé et reconnu décevant.

J'ai essayé un sourire.

_Bonjour! Désolé, je suis tout nu.

Afficher en entier