Livres
558 638
Membres
607 042

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« Réponds à cette énigme pour moi, mon cœur. Quelle source de nourriture tattendais-tu à piller, si ce nest une du Secteur Andorra? Nous sommes la seule colonie dans un rayon de trois cents kilomètres.

Nous navons pas réalisé quil sagissait dun convoi de nourriture.

Je me raclai la gorge, espérant éclaircir ma voix rauque.

Soutenir son regard me demandait de sérieux efforts. Mon instinct me poussait à magenouiller et baisser le regard sur ses bottes. Mais javais besoin quil lise la vérité sur mon visage. Cétait le seul moyen pour quil me laisse vivre : quil croie en mon innocence.

Et jétais effectivement innocente.

Je croyais que nous allions chasser, poursuivis-je avec acharnement. Je ne savais pas que notre cible était un camion jusquà ce que nous arrivions à la route.

LAlpha me dévisagea en silence. Cétait physiquement douloureux de continuer à le fixer, mes entrailles me suppliaient de céder.

Trop gros.

Trop fort. »

Afficher en entier

Ander se tenait devant la cuisinière, me tournant le dos, concentré sur ce qu’il était en train de faire. Je pris un moment pour l’admirer de dos, notant la manière dont son jean moulait son cul parfaitement sculpté, et comment son t-shirt gris était tendu sur ses épaules massives.

Pourquoi faut-il qu’il soit aussi ridiculement bon...

Je plissai le nez, repoussant mes pensées. Il ne sentait pas bon. Trop doux. Pas masculin.

– Où étais-tu ? demandai-je, ma voix contenant une exigence que je n’avais pas eu l’intention de formuler.

Mais je n’aimais pas cette nouvelle odeur. Elle bouleversait quelque chose en moi.

Ma louve, réalisai-je.

Je la sentais faire les cent pas sous ma peau, elle voulait s’échapper et s’en prendre à l’Alpha. Mais je ne comprenais pas pourquoi.

Il m’ignora, et me lança un ordre de son côté :

– Assieds-toi à table. Tu as besoin de manger.

Je plissai les yeux.

– Pas avant que tu me dises pourquoi tu sens si bizarre.

L’affirmation semblait ridicule dite à haute voix, mais ma louve approuva. Alors je croisai les bras et attendis.

Et attendis.

Bouche cousue, il prépara deux bols de nourriture savoureuse. Je ne parvenais pas à identifier les ingrédients malgré mes sens exacerbés. C’était étranger, riche et consistant.

Mmmh… j’avais envie d’y goûter.

Jusqu’à ce qu’il s’approche de moi et que cette odeur sucrée m’assaille de nouveau.

Je fronçai les sourcils.

– Je n’aime pas ton odeur.

Il ricana, et posa les bols sur la table...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode