Livres
447 062
Membres
387 019

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Or

J'ai découvert Sebastien de Castell le mois dernier avec le premier opus de sa série L'Anti Magicien qui a été un coup de cœur. C'est pour cela que j'ai décidé de renouveler l'expérience en lisant le premier tome des manteaux de gloire qui, cette fois-ci, est un livre de fantasy adulte. Et, j'ai été extrêmement satisfaite par ma lecture !

L'univers est vraiment très chouette. On se croirait au 16e/17e siècle avec les descriptions de la politique, des vêtements... Il est vraiment lié à l’intrigue, se dévoilant au fil du récit. On aussi droit à une ambiance digne d'un roman de capes et d’épées extrêmenty agréable.

Mais, ce qui me le plus convaincu dans ce livre, reste les personnages. Je les ai adoré ! Que cela soit les antagonistes comme les Ducs. L'auteur nous les présentent comme des hommes avides de pouvoir, rancunier et sans pitié : on ne peut que les détester. Ce sont des méchants comme on les aime.

Et puis on a notre trio principal. Trois hommes aux personnalités bien différentes mais qui se complète on ne peut mieux. J'ai beaucoup aimé Brasti, un vantard beau parleur qui reste gentil et attachant. Il m'a beaucoup fait rire.

Kest, quant à lui, la force tranquille de l'équipe. Il est silencieux, posé mais aussi très loyal. Un gros voile de mystère plane sur lui et j’espère qu'il se lèvera dans les prochains tomes.

Mais, mon personnage préféré reste Falcio, le narrateur de ce premier tome. C'est un protagoniste qui possède un lourd passé et une histoire touchante, il est courageux, loyal, sensible et extrêmement humain. J'ai aussi beaucoup aimé Aline qui est une petite fille incroyable !

Le style de Sebastien de Castell est tout aussi agréable que dans l'Anti-Magicien. Il écrit de belles descriptions des paysages, des scènes de combat et des émotions. Ses dialogues sont bien rythmés et plein d'humour.

L'histoire en elle-même est bien rythmée. Il y a de l'action, du mystère, de l'humour... Et des révélations à la fin !

Bref, c'est un très bon roman de fantasy. L'univers est riche, le trio principal attachant et il y a de l'humour et de l'action. J'ai hâte de lire la suite !

Afficher en entier
Diamant

EXTRAORDINAIRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Sébastien De Castell est devenu l'un de mes auteurs préférés avec la série "l'anti-magicien". Il est aussi bon que Robin Hobb ou Terry Goodkind.

Ces personnages sont excellent, pleins d'humour, de courage mais avec leurs faiblesses et leur sensibilité mais aussi un poil sauvages. C'est fabuleux de lire ses romans.

Maintenant, quand est-ce que Bragelonne va traduire les 3 autres????

Très addictif, il m'a transporté !

Afficher en entier
Or

J'ai adoré ! Dès les premières pages, on est embarqué aux côtés des trois personnages principaux. Ce début de roman nous met directement dans l'ambiance ! Tout est présent : de l'action, de l'humour, des mystères et des révélations innattendues jusqu'à la dernière page etc. Franchement, je vais me répéter mais j'ai adoré ! Ce livre mérite vraiment de trouver son public ! Il aurait pu être un coup de cœur s'il n'y avait pas eu quelques petits points négatifs. L'un d'eux rappelait un cheveux tombé dans la soupe (= un certain personnage qui arrive d'on ne sait où) mais franchement, la qualité du récit nous fait très vite oublier cela. Je recommande car j'ai passé un très bon moment et suis déçue de constater (une fois encore venant de cet éditeur) que la suite n'est pas sortie. Heureusement, le tome 1 propose une vraie fin.

Afficher en entier
Lu aussi

Eh bien, c'est plutôt bon, je dois dire. Une plume agréable qui ne nous aide pas à décrocher de notre lecture, des personnages sympathiques et un univers original. Dès les premières pages, on est immédiatement plongé dedans. Et il faut reconnaître qu'il n'y a pas vraiment de longueur: ça se lit tout seul et nous entraîne dans une histoire un rien captivante.

Bien que je ne me sois pas attachée plus que ça à Falcio et ses amis, leur aventure m'a happée. Le trio fonctionne bien et ce certain humour entre eux est le bienvenu. Un peu déroutée au départ par les flash back que nous offre Falcio au fil du récit. Ils déboulent parfois au milieu de la trame principale et j'ai eu du mal à en tirer le rapport avec l'histoire première. Mais cela apporte aussi des réponses à nos questions sur le comment du pourquoi, et nous aide à connaître le passé pour mieux comprendre le présent.

Le point fort tient surtout sur les combats de capes et d'épées que nous décrit l'auteur. On sent qu'il s'y connait et ça rend les scènes crédibles et vivantes.

De plus, son personnage principale, à défaut d'être attachant, est intelligent. Il apporte un certain sens de l'honneur et de l'éthique qui le rende bien plus noble que le sang de ceux qu'il exècre: les ducs. Eux qui ont bafoué les vœux du feu Roi Paelis d'un monde de justice. C'est sans doute cette colère perpétuelle à leur égard qui font de lui un adversaire redoutable face au complot qui se trame.

L'intrigue est bien tenue, jusqu'aux derniers chapitres, le suspense maîtrisé par un auteur qui sait où il va. Personnellement, le petit Sherlock Holmes en moi a su décoder les astuces tentant de préserver la surprise finale. Mais quoi qu'il en soit, c'est bien fait et Sébastien de Castell arrive à surprendre.

Quelques regrets sur certains éléments abordés dont je n'ai pas vu l'aboutissement. Dommage. Peut-être dans la suite. Et également face à cette populace qui se complait trop à mon goût dans la crainte et l'asservissement (mon côté rebelle pardonnez-moi).

Hormis cela, c'est une lecture agréable que je ne regrette pas. C'est une belle découverte qui s'adresse à un public assez large, entre héroïc-fantasy et roman de capes et d'épées. J'ai passé un bon moment et aurais vraiment aimé voir la suite traduite pour savoir comment Falcio et sa bande évoluent. Peut-être un jour, qui sait.

Afficher en entier
Argent

Sébastien de Castell, auteur canadien aux multiples talents (il est aussi, entre autres choses, chorégraphe de combat), ne s'épanche pas outre-mesure sur les descriptions et réserve sa verve aux nombreux combats, souvent déséquilibrés, auxquels son héros et narrateur, Falcio Val Mond, sera confronté.

Falcio était, du temps de feu le roi Paelis, Premier Cantor des Manteaux de Gloire, sortes de magistrats itinérants chargés de porter et faire régner la loi royale dans tout le territoire. Toute sa vie il avait rêvé intégrer cette caste légendaire mais le voilà contraint désormais de parcourir un monde qui le méprise désormais car le roi est mort, déposé par ses ducs tyranniques qui cherchent à imposer un pouvoir féodal moins équitable. Réduit avec ses fidèles compagnons (Kest, le meilleur bretteur au monde dont le destin est d'affronter un jour le Saint des Lames, et Brasti, un archer enjoué et sans égal) à trouver du travail comme gardes du corps, il ne parvient pas à oublier les deux derniers serments fait à son souverain : ne pas résister au moment où les ducs viendraient l'exécuter et chercher ses charoïtes après sa mort, des objets précieux dont il n'a absolument aucune idée quant à leur forme ou apparence.

Ainsi donc, voilà Falcio, bretteur redoutable mais souffrant d'une rage intérieure perpétuelle, contre lui-même et contre ces nobles de pacotille qui ont mis à bas son idée d'un monde ordonné et équitable, arpentant les contrées qu'il a jadis protégées en tâchant de trouver de quoi se sustenter, protégeant les faibles même lorsqu'ils le dédaignent, essayant malgré tout de poursuivre son impossible quête tout en mettant au jour une conspiration visant à asseoir sur le trône vacant les personnes qu'il hait plus que tout : ces ducs imbus d'eux-mêmes qui écrasent sous un joug implacable une populace désespérée. Un héros fascinant malgré lui, se plaignant souvent (mais on n'a pas affaire au geignard façon Elric), conscient de ses forces et de ses faiblesses et sachant malicieusement jouer de celles-ci pour triompher d'adversaires physiquement ou intellectuellement supérieurs.

Bien qu'il use de certaines facilités pour préserver le suspense sur les tenants et aboutissants de ce complot, l'auteur réussit à chacun de ses courts chapitres à faire monter l'intérêt et, ce qui devait au départ n'être qu'une promenade de santé littéraire a fini par ressembler à un périple chatoyant, empli de sang et de larmes mais illuminé d'éclats de bravoure, d'honneur et de grandes valeurs morales scandés au rythme du cliquetis des lames qui s'entrechoquent. De Castell ne cache pas sa passion pour l'escrime et la met très vite en valeur : les termes techniques alternent avec les commentaires décalés sur les poncifs des combats à l'épée et confèrent un rythme singulier à la narration des duels. Ce n'est pas toujours très intelligible, mais ça ajoute un peu de sel.

Une bonne surprise donc, accessible à tous, à la fois très classique dans son approche et sortant des sentiers battus dans sa texture, conçu à la manière d'un bon feuilleton.

Afficher en entier
Or

Une très bonne lecture.

J'ai beaucoup aimé l'univers, notamment le traitement du passé sur les événements.

On suit les manteaux de la gloire, ancien ordre de combattants amenant la justice au nom du roi, déchu depuis que ce même roi s'est fait tuer par les nobles véreux ne supportant pas qu'on mette le nez dans leurs affaire. C'est dans cet univers que nos héros essayent de survivre.

Mon plus gros problème fut la difficulté à visualiser leurs manteaux. Peut être que leur côté étrange me rebute.

Afficher en entier
Bronze

C'est une lecture qui fleure bon l'aventure de cape et d'épée, et la fantasy fun sans prise de tête.

Certains éléments de l'intrigue se voient longtemps à l'avance, mais l'alternance entre les différentes chronologies fait que l'on garde quand même un certain suspens, l'histoire n'est pas plate et linéaire.

Les moments épiques sont émaillés de touches d'humour sympa, ça ne se prend pas trop au sérieux sans tomber non plus dans la loufoquerie.

Le gros point noir du récit, c'est que les héros se sortent systématiquement d'un mauvais pas grâce à des retournements de situations beaucoup trop miraculeux pour être crédibles. Si ça n'arrivait qu'une ou deux fois, il y aurait de quoi fermer les yeux, mais ça arrive vraiment à la fin de chaque péripétie, ça en devient répétitif et agaçant. Surtout que le rythme étant soutenu, les mésaventures s'enchaînent les unes après les autres, alors on a vraiment l'impression d'assister au miracle du grand « comme par hasard » toutes les dix pages.

Les combats sont très bien décrits, on les visualise très clairement. Le narrateur multiplie les descriptions et les explications sur les coups portés, les stratégies, mais cela n'alourdit pas l'action ni le rythme du combat.

Les personnages sont souvent stéréotypés et pas (encore ?) très creusés, mais sont rapidement attachants et agréables à suivre.

Bref, un bon divertissement, mais ses défauts ne me donnent pas envie d'en savoir plus.

Afficher en entier
Argent

J'avoue que l'alchimie de cette histoire a fortement fonctionné sur ma personne.

J'ai aimé ce côté Mousquetaires, les répliques (mention spéciale à Brasti), l'histoire, les combats (même si parfois tu voulais leur dire : Okai. Les mecs. Est ce que l'on peut se poser 5min ? On rengaine les épées. Falcio, tu te tais. Détendez vous. Prenez une tisane. Un cookie. Merci. Bonsoir).

Fatalement, le personnage de Kest a beaucoup fonctionné sur moi, également. Je veux qu'on lui fournisse mon adresse. Et que La Tailleuse m'adopte et devienne ma super grand mère !

Afficher en entier
Argent

Si vous cherchez une lecture à mi-chemin entre les romans de cape et d'épée d'Alexandre Dumas et de bons vieux récits fantasy comme on les aime par ici, alors Les Manteaux de Gloire de Sebastien de Castell a tout pour vous séduire !

Le récit est truffé d'idées sympathiques malgré quelques maladresses scénaristiques, il est rythmé (mais pas à outrance), et le style est quant à lui fluide et accrocheur. Seul bémol selon moi : la psychologie des personnages, minimaliste, et un manichéisme excessivement prononcé (même pour du fantasy, oui).

Je n'attends pas particulièrement le second tome de pied ferme, mais ce sera avec plaisir que je le lirai quand je le trouverai en librairie.

Afficher en entier
Pas apprécié

Après l'assassinat du Roi fomenté par les Ducs, les Manteaux de Gloire, sorte de magistrats itinérants chargés de faire appliquer les lois royales, par la force si nécessaire, et ainsi contrer la trop forte suprématie des Ducs, sont devenus des parias décriés par la quasi-majorité de la population du royaume Drestonia.

Le postulat de départ, à savoir un corps d'élite idéaliste qui veut défendre son honneur bafoué, n'a rien de très original et s'avère tout ce qu'il y a de plus basique.

L'histoire est narrée par Falcio Val'Mond, Premier Cantor de l'ordre, et alterne entre le passé, âge d'or de l'ordre, et le présent peu glorieux. Si c'est flash-back ne sont pas inintéressants, et nous permettent d’appréhender le passé des trois personnages principaux de l'histoire, ils sont toujours placés à des moments inopportuns du récit cassant de manière systématique la dynamique de l'histoire.

L'univers, qui se situe à cheval sur la fin de l'époque moyenâgeuse et le début de la Renaissance, n'est que peu développé, l'auteur se focalisant principalement sur les personnages et la toile de fond du récit, en l’occurrence la conspiration des Ducs désireux d’asseoir sur le trône un représentant qu'ils pourront manipuler à leur guise.

La magie est fort peu présente et s'apparente plus dans son ensemble aux travaux d'apothicaires qu'à une magie à proprement parler. Le point fort du récit se situant au niveau des combats orchestrés de fort belle manière, visuels mais par trop souvent coupés par les retours en arrière, et de ce fait le charme n'opère pas vraiment comme il devrait.

Le côté fantasy est dans cette histoire très ténu, et l'on est plus proche d'un roman de capes et d'épées de qualité somme toute plutôt moyenne. En effet, le développement de l'intrigue se révèle dans son ensemble un peu trop simple., l'auteur a de plus la fâcheuse manie de trop vouloir mettre en avant mais malheureusement la facilité à laquelle le trio se sort des situations critiques déséquilibre le récit qui perd facilement de sa crédibilité. Emploi de pirouettes qui nous prive également d'un côté épique que l'on aurait souhaité plus présent.

Malgré une galerie assez importante de personnages, l'auteur centre essentiellement sur la mise en valeur du protagoniste principal. De ce fait les personnages de premier plan qui l'accompagnent, et les personnages de second plan paraissent un peu fades ce qui enduit indubitablement un manque d'empathie à leurs égards du lecteur. De surcroît l'auteur à un peu trop insisté sur le sens des valeurs de son personnage principal qui malheureusement frise assez souvent le caricatural. Et les leçons de morale que veut transmettre l'auteur tombent souvent à plat par trop lourdaudes.

Le style de l'auteur s'avère à certains moments difficile à appréhender ce qui ajouté aux nombreux flash-back n'est pas sans influer sur la dynamique de lecture, ce qui s'avère préjudiciable au récit. Les échanges verbaux sont bien travaillés dans leur ensemble, mâtinés entre le trio d'une pointe d'humour qui apportent un peu de fraîcheur dans les moments plus dramatiques de l'histoire.

En résumé, un univers peu développé, des personnages pas assez travaillés, une trop grande facilité dans la conduite du récit,... l'auteur n'est pas parvenu à nous convaincre et à nous donner l'envie de poursuivre les aventures des Manteaux de Gloire.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode