Livres
547 494
Membres
584 664

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« Elle parler votre langue beaucoup mieux que moi. Elle parvenir même à maîtriser ce que vous appelez conjugaison et que je nommer sadisme envers les étrangers ! »

[Les mondes d’Ewilan, L’œil d’Otolep, p 131]

Afficher en entier

« Un voleur ignorant passe par la porte, un voleur confirmé passe par la fenêtre, un voleur astucieux passe par la cheminée. Un marchombre passe.»

Afficher en entier

Elle passa la main sur son front, s’obligeant à respirer avec lenteur pour chasser le cauchemar qui pulsait encore dans chacune des fibres de son corps. Elle se leva sans bruit.

— Que t’arrive-t-il ? murmura Salim près d’elle.

— Un mauvais rêve. Je vais marcher un peu. Pour oublier…

— Je viens.

Ce n’était pas une question ni même une proposition. Aussi silencieux l’un que l’autre, ils s’éloignèrent du tas de cendres qui rougeoyait toujours. Ils n’avaient pas fait trois pas que la voix d’Edwin s’éleva. Parfaitement éveillée.

— Ne dépassez pas la limite des arbres.

Puis celle d’Ellana. Gouailleuse.

— Ni les autres.

Salim n’eut pas le temps de trouver une réplique.

— Les limites exister pour être dépassées !

— Et si vous fichiez la paix à ces jeunes gens ?

Chiam et Erylis ! Son cauchemar eût-il été moins prégnant, Ewilan aurait éclaté de rire.

Afficher en entier

[ Page130 ]

L'imagination est une dimension. L'amour en est une autre. Tellement plus grande.

Afficher en entier

« Fluidité et harmonie. Un marchombre ne recule jamais devant un adversaire, il entre dans son cercle, lui vole son centre, devient maître de sa force et de son équilibre. Un marchombre est eau devant feu, feu devant froid, vent devant le fort, fort devant le faible. »

[Les mondes d’Ewilan, L’œil d’Otolep, p 12]

« Le ridicule tue moins que la prétention. Et il fait rire. »

[Les mondes d’Ewilan, L’œil d’Otolep, p 63]

Afficher en entier

Les rayons du soleil auréolent deux corps, fondus dans un seul et immense bonheur.

Peau noire, peau blanche, éclat de passion.

Souffle magique.

Qui les emporte.

Edwin et Ellana s’éloignèrent, émus au-delà des larmes. Au-delà des mots.

Ewilan et Salim s’aiment.

Afficher en entier

- Je te présente Riburn Alqin, cracha-t-elle d’une voix cinglante de mépris. L’homme qui te fait face a toujours rêvé de devenir un marchombre mais, malgré ses efforts incessants, il n’a jamais réussi à être autre chose qu’un navet fétide. Il est maladroit, lent et dramatiquement stupide. Ah, j’oubliais, il siège au conseil de la guilde. Le portrait te paraît fidèle Riburn ? Je n’ai pas mentionné ton odeur, ton ignorance totale de l’art amoureux qui te conduit à préférer les chèvres aux femmes, ta mesquinerie, ta couardise et la multitude de travers qui font de toi l’être le plus vil de tout Gwendalavir… J’aurais craint de te flatter.

Riburn Alquin avait blêmi tout au long de la tirade d'Ellana. [...] Il dégageait une impression de calme autorité mais lorsque la marchombre eut achevé son massacre verbale, il tremblait de colère.

- Espèce de succube inique, balbutia-t-il. Tu seras moins volubile lorsque notre sentence tombera. Demain tu seras morte tandis que je chevaucherai encore les vents.

Ellana, qui n'avait pas daigné se lever pour l'invectiver, éclata de rire.

- Arrête, Riburn, je t'en prie ! Les seuls vents que tu connaisses sont ceux produits par tes intestins putrides. Laisse la poésie aux marchombres et contente-toi d'être méprisable.

Afficher en entier

— Je vous présenter ma compagne Erylis. Mon peuple désigner elle pour être ambassadrice à mes côtés.

—Chiam m’a beaucoup parlé de vous, déclara la Faëlle. Je suis ravie de faire enfin votre connaissance.

Il n’y avait pas la moindre trace d’accent dans sa voix joliment flûtée, ce qui causa une nouvelle surprise à Ewilan. Chiam s’en aperçut et sourit largement.

— Erylis parler votre langue beaucoup mieux que moi, expliqua-t-il. Elle parvenir même à maîtriser ce que vous appeler conjugaison et que je nommer sadisme envers les étrangers.

Afficher en entier

Ils ne se séparèrent que pour voir la main d'Edwin caresser brièvement la joue d'Ellana.

- Je redoutais que tu ne sois là, murmura le maître d'armes avec une douceur inhabituelle.

Afficher en entier

« Lorsque tu entres dans un lieu inconnu, tu es la cible de tous les regards. Ceux-ci se détournent ensuite quelques secondes avant de revenir sur toi pour ne plus te lâcher. Ces secondes durant lesquelles tu es invisible sont les secondes du marchombre. Elles sont ton temps, ton monde, ta liberté. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode