Livres
540 814
Membres
571 705

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:19:30+01:00

Anne Carrière, p. 202

« Il se presse contre mon corps et tache mon pull de mille gouttes de sang brun. Il me lèche les joues et le cou. Il se couche sur moi et me sourit, si près de mon visage que je vois seulement ses yeux étinceler.

Il se love contre mon oreille, et alors je peux l'entendre ronronner. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:17:56+01:00

Anne Carrière, p. 189

« L'Ogre la fascine. Elle en veut plus. Elle grimace. De honte. De désir. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:17:11+01:00

Anne Carrière, p. 123

« Essouflé, Jung lance : “Eine ?

— Oui.

— Où sont les murs ?

— Comment ça ?

— Il doit bien y avoir des murs autour du monde. Il s'arrête où ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:15:24+01:00

Anne Carrière, p. 87

« — [...] J'ai trouvé cette femme à l'intérieur de l'une des maisons que nous avons inspectées.

— Et ?

— Et je l'ai trouvée enfermée dans la cave.

— Comment ça, dans la cave ?

— Il y avait des enfants avec elle. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:12:53+01:00

Anne Carrière, p. 81

« Il y a quelque chose dans l'armoire. Quelque chose qui bouge.

Aleph nous a conté cent fois l'histoire du croque-mitaine, il nous a dit qu'il pouvait se tapir dans n'importe quel recoin sombre. Et voilà qu'il se tient en face de moi. Il est courbé et pâle. Il porte les mêmes vêtements que moi. Et lorsque je me déplie, il se redresse lui aussi. Il m'imite, reproduit chaque geste que j'exécute devant lui, avec lenteur et méfiance. Je m'approche pour le renifler mais il n'a pas d'odeur. Il me respire lui aussi avec précautions.

Je penche la tête à droite, puis à gauche... et je comprends enfin que ce croque-mitaine, c'est moi. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:08:45+01:00

Anne Carrière, p. 76

« Si la faim me tenaille, si ma gorge est sèche, alors j'attends encore, qu'il n'y ait plus le moindre bruit dehors. Sinon les humains me tueront. Ils me dépèceront et je ne pourrai plus voir Maman. Je me cache et j'attends jusqu'à ce que les humains ne représentent plus de danger. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:04:56+01:00

Anne Carrière, p. 34

« Aleph dit que les humains sont nés de bactéries, qu'ils sont les enfants d'enfants d'enfants de microbes, et que c'est pour cette raison qu'ils ne tombent jamais vraiment malades. Il assure que le gouvernement — qui est un peu comme le Papa des humains — doit parfois créer des maladies, des grippes terribles, pour abaisser une population trop nombreuse, et inventer ce qu'on appelle des médicaments pour enrayer les fièvres lorsqu'elles est redevenue acceptable. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:02:02+01:00

Anne Carrière, p. 22

« — Vous savez pour quelle raison le grand méchant loup ne pourra jamais vous dévorer, les enfants ?

— Nous l'ignorons, Aleph.

— Parce que c'est vous, le grand méchant loup. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-07T16:00:54+01:00

Anne Carrière, p. 20

« Quand les nuits seront à nous, nous apprendrons à ne plus avoir honte. Aleph nous offrira des lames effilées et nous pourrons couper la viande des femmes et briser les os des enfants. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode