Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
723 680
Membres
1 049 466

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par catf 2024-04-29T13:34:47+02:00

Pas d'inquiétude, je n'ai jamais mangé de cadavre humain putréfié et pourtant, j'en connais le goût. Tout s'explique, en matière de physiologie humaine. D'une part, les odeurs de putréfaction se mélangent à la salive et permettent une certaine gustation tandis que les centres de l'odorat et du goût possèdent des interconnexions qui font ce que l'on sent, on peut aussi le goûter. Et c'est le cas des odeurs de putréfaction.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Clelilie 2024-04-21T16:31:33+02:00

Il ne faut pas en vouloir aux policiers, car il n'existe pas de directive ministérielle qui ordonne l'examen systématique de tous les corps décédés de mort violente. On pourrait s'étonner du fait que le ministère de la Justice n'est pas à la pointe en ce qui concerne la recherche de meurtres qui passeraient plus facilement inaperçus sans l'intervention d'un médecin légiste. [...] La logique de ce ministère n'est pas une logique de justice, mais une logique financière, à tel point que je me suis entendu dire, alors que je venais d'expliquer que nous pourrions découvrir pas mal de meurtres qui, autrement, passeraient inaperçus, ce qui, dans un état de droit, n'est guère favorable : "Mais, Monsieur Boxho, nos prisons sont pleines !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chipou62 2024-04-11T17:49:33+02:00

Lucette est décédée de mort naturelle, à l’âge de 58 ans, « une belle mort », me dit-on, ce qui me fait toujours rigoler, car je ne pense pas qu’il y ait de belle mort. Le médecin a constaté le décès et a complété le certificat. La famille fait venir les pompes funèbres qui préparent le corps, le lavent, l’habillent et le déposent dans un cercueil, lui-même déposé sur une table de présentation dans la maison de Lucette. Les visites débutent le jour même et Jeannine, sa voisine et amie depuis toujours, depuis l’école primaire, vient rendre un dernier hommage à son amie défunte. Alors que Jeannine est face au cercueil, tout à coup, Lucette se relève et dit « Oh, Jeannine, c’est gentil d’être passé me voir ! ». Jeannine s’effondre, foudroyée par une crise cardiaque.

Lucette a fait une longue crise de catalepsie qui est passée pour une mort véritable, tant auprès du médecin traitant que des employés des pompes funèbres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ThrillerAddict 2024-03-27T06:54:43+01:00

Il existe des experts pour tout : spécialistes en fibres synthétiques, en fibres animales, en fibres végétales, en ampoules de phares de voiture, en peinture de voiture, en roulage, en incendie, en informatique, en balistique, en traces de pas, en trace de poudre, en trace de terre, en toxicologie, en empreintes digitales,[...] J'ai même rencontré un expert en parapluies.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ThrillerAddict 2024-03-23T22:08:28+01:00

La médecine légale n'est pas un métier triste, comme vous le constaterez à la lecture de ces récits, tous vécus. Le respect que l'on doit au défunt est le même que celui que l'on doit au vivant [...] c'est de la mort que nous nous amusons, voire de ses circonstances, mais jamais du mort lui même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Momoy22 2024-03-22T19:05:28+01:00

Je me demande bien quelle surprise on me réserve ce jour-là dans l'exercice d'un métier qui ne cesse jamais de me suprendre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Daerinn 2022-12-05T10:19:45+01:00

Cet homme a dû se croire immortel et a fait preuve d'une force de caractère peu commune, bien décidé pourtant qu'il était à en finir avec la vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Daerinn 2022-12-05T10:19:43+01:00

Ou cet intervenant qui n'a rien trouvé de mieux, sur une scène de crime par arme à feu, que de ramasser toutes les douilles avec ses grosses mains pleines de doigts.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Daerinn 2022-12-05T10:17:57+01:00

Les rigidités commencent après deux heures post-mortem par les mâchoires puis d'étendent progressivement à l'ensemble du corps en douze heures avant de disparaître au bout de vingt-quatre à trente-six heures post-mortem.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Daerinn 2022-11-30T17:58:02+01:00

- Le corps de qui? demande la jeune policière qui est toute nouvelle et qui, de plus, n'est pas du village.

- Ben, le corps de Christian, le gars qui a disparu il y a vingt-cinq ans."

Afficher en entier