Livres
472 903
Membres
446 192

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:58:19+01:00

Nos visiteurs prenaient congé, je restais seul, je m’évadais de ce banal cimetière, j’allais rejoindre la vie, la folie dans les livres. Il me suffisait d’en ouvrir un pour y redécouvrir cette pensée inhumaine, inquiète, dont les pompes et les ténèbres passaient mon entendement, qui sautait d’une idée à l’autre, si vite que je lâchais prise, cent fois par page, et la laissais filer, étourdi, perdu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:58:10+01:00

J’avais deux raisons de respecter mon instituteur : il me voulait du bien, il avait l’haleine forte. Les grandes personnes doivent être laides, ridées, incommodes ; quand elles me prenaient dans leurs bras, il ne me déplaisait pas d’avoir un léger dégoût à surmonter : c’était la preuve que la vertu n’était pas facile.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:57:59+01:00

à propos de son grand père: je fus sa merveille parce qu'il souhaitait finir sa vie en vieillard émerveillé... je le combiais de ma seule présence... il m'admirait c'était manifeste

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:57:49+01:00

Je leur reflétais l’unité de la famille et ses antiques contradictions ; ils usaient de ma divine enfance pour devenir ce qu’ils étaient. Je vécus dans le malaise : au moment où leurs cérémonies me persuadaient que rien n’existe sans raison et que chacun, du plus grand au plus petit, a sa place marquée dans l’Univers, ma raison d’être, à moi, se dérobait, je découvrais tout à coup que je comptais pour du beurre et j’avais honte de ma présence insolite dans ce monde en ordre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:57:39+01:00

"Terroriste, je ne visais que leur être : je le constituerais par le langage ; rhétoricien, je n'aimais que les mots : je dresserais des cathédrales de parole sous l’œil bleu du mot ciel. Je bâtirais pour des millénaires. Quand je prenais un livre, j'avais beau l'ouvrir et le fermer vingt fois, je voyais bien qu'il ne s'altérait pas. Glissant sur cette substance incorruptible ; le texte, mon regard n'était qu'un minuscule accident de surface, il ne dérangerait rien, n'usait pas. Moi, par contre, passif, éphémère, j'étais un moustique ébloui, traversé par les feux d'un phare ; je quittais le bureau, j'éteignais : invisible dans les ténèbres, le livre étincelait toujours, pour lui seul. Je donnerais à mes ouvrages la violence de ces jets de lumière corrosifs, et, plus tard, dans les bibliothèques en ruine , ils survivraient à l'homme."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:57:30+01:00

J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:57:20+01:00

"J'avais trouvé ma religion, rien ne me parut plus important qu'un livre. La bibliothèque, j'y voyais un temple."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:57:07+01:00

"Je n'ai jamais gratté la terre ni quêté des nids, je n'ai pas herborisé ni lancé des pierres aux oiseaux. Mais les livres ont été mes oiseaux et mes nids, mes bêtes domestiques, mon étable et ma campagne."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:56:58+01:00

J' étais un enfant , ce monstre qu' ils fabriquaient avec leurs regrets .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:56:33+01:00

Mais les livres ont été mes oiseaux et mes nids, mes bêtes domestiques, mon étable et ma campagne; la bibliothèque, c’était le monde pris dans un miroir; elle en avait l’épaisseur infinie, la variété, l’imprévisibilité.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode