Livres
467 071
Membres
431 892

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Or

Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un tome deux que j'avais juste hâte de dévorer, à savoir celui des Mystères de Larispem ou la formidable saga signée Lucie Pierrat-Pajot. En tout cas, je ne suis pour l'instant absolument pas déçue de cette trilogie : le premier tome m'avait tout bonnement passionnée ; je l'avais trouvé pour ma part déjà très explosif et tout ce qu'il y a de plus prometteur, annonçant quelque chose de tout simplement é-norme pour la suite et je ne m'y suis résolument pas trompée. En effet, j'ai pour ainsi dire a-do-ré ce second tome, encore plus que le premier. Je l'avais pressenti que Les Jeux du siècle serait encore mieux que son prédécesseur, je le sentais, j'en étais convaincue et mon instinct, mon flair pour dénicher et prévoir les petites pépites littéraires, ne m'a nullement fait faux bond, bien au contraire ! Je suis si heureuse d'avoir pu continuer cette fabuleuse série livresque et je remercie pour cela les éditions Gallimard Jeunesse. Merci du fond du cœur pour ce somptueux envoi qui m'a résolument charmée et que j'ai savouré avec une authentique délectation !

Pour commencer, l'une des qualités indéniables de ce livre, c'est qu'il se lit littéralement comme un rien, c'est-à-dire qu'une fois que vous l'avez ouvert, il en devient à proprement parler impossible à lâcher avant de l'avoir terminé. Les Jeux du siècle est en effet assurément addictif. Ses pages se tournent toutes seules et les différents rebondissements du récit s'imbriquent parfaitement les uns avec les autres, tout s'enchaîne sans anicroche, ce qui rend la lecture de ce livre extrêmement fluide et haletante. Qui plus est, l'univers délicieusement steampunk crée par l'autrice est à mon sens aussi fascinant que terrifiant, tout ce qu'il y a de plus approfondi, creusé et passionnant. On sent véritablement à chaque ligne que l'on lit l'implication directe et entière de Lucie Pierrat-Pajot pour donner à son intrigue et au monde alternatif au nôtre dans lequel évoluent les personnages une réelle consistance et crédibilité.

Un autre point fort juste flagrant de cette incontournable série livresque, ce sont ses divers protagonistes, que je trouve une fois encore tout à fait surprenants, épatants et que l'on prend un authentique plaisir à suivre dans les méandres de cette cité-état modernisée qui recèle bien des coins sombres. Et justement, même si l'on s'inquiète constamment du sort de ses habitants et autres individus qui y déambulent, on ne peut pas s'empêcher de vouloir accompagner ces personnages d'encre et de papier jusqu'au bout. Le désir impérieux de braver tous les dangers qui pavent leur chemin à leur côté se fait in fine le plus fort ! Pour ma part, je ressentais avant ma lecture de ce tome deux une vibrante excitation et une impatience à peine contenue à l'idée de retrouver ma farouche et magnifique Carmine, mon adorable et tout aussi superbe Liberté ainsi que mon choupinounours adoré Nathanaël et ce que je pressentais et espérais de toutes mes forces s'est produit : les trois réunis forment ensemble un trio du tonnerre que j'aime tout bonnement d'amour. Voilà, ça, c'est dit. Ce qui m'a aussi agréablement surprise pour ce qui est du traitement accordé aux personnages dans ce tome deux, c'est le fait que l'autrice ait décidé de laisser transparaître la vulnérabilité, même une part infime, et la culpabilité que chacun d'entre eux a pu ou peut encore éprouver. On perçoit la fébrilité et le chagrin qui rongent la plupart des figures emblématiques de ce récit comme si on lisait dans un livre ouvert et ce choix de mise à nue de leurs cœurs, de leurs sentiments, de faire montre entre eux et envers nous lecteurs d'une sensibilité et d'une honnêteté désarmante (et également bien souvent tranchante comme un couteau), permet à mon sens de les rendre plus proches de nous, plus humains et palpables. Cela en rend l'empathie que l'on ressent à leur égard d'autant plus intense et sincère. Et ça vaut notamment en ce qui concerne les antagonistes de l'intrigue qui sont selon moi indéniablement charismatiques et extrêmement attirants. Ce qui est grandement appréciable avec eux, c'est que Lucie Pierrat-Pajot a évité de se précipiter dans le piège traditionnel du manichéisme trop facile et évident. Les nombreux (mais pas trop non plus pour éviter de se perdre, rassurez-vous) personnages sont ainsi en réalité tout en nuances et on a envie alors d'épouser autant les ambitions et projets des uns que ceux des autres. Tout est in fine uniquement question de fierté et d'acquérir du pouvoir, toujours plus de pouvoir, afin d'avoir main basse sur la ville et la population et ne plus jamais se sentir en situation de faiblesse et de rabaissement de soi. A vrai dire, ceux que l'on prend pour les grands méchants loups de l'histoire sont, d'une part, tout ce qu'il y a de plus intéressants et creusés psychologiquement parlant ainsi qu'au niveau de leur background, de leur histoire personnelle ; on comprend en effet, et d'autant mieux dans ce tome deux, la démarche qu'ils suivent, comment ils en ont arrivés là. Ils font certes toujours autant froid dans le dos, et, pour être tout à fait franche, je dirais même plus qu'avant ; néanmoins, cela ne nous empêche pas de vouloir compatir à leur pitoyable, en terme de perte d'humanité et de dignité morale, sort. D'autre part, ils sont loin d'être les seuls à représenter une véritable menace pour Larispem et l'état de paix et de progrès relatif de la dite cité-état et de son idéologie égalitaire. La situation dans Les Jeux du siècle est effectivement beaucoup plus compliquée qu'il n'y paraît car, une fois encore, les personnages et leurs agissements, leur façon de penser, ne sont pas ni tout blancs ni tout noirs mais plutôt d'une teinte de gris aussi affirmée et frappante que celle du crayon de Donatien Mary qui a donné naissance aux remarquables illustrations qui ouvre majestueusement chaque chapitre et qui donnent d'autant plus vie au récit. Encore un indubitable et imparable atout dans la manche de ce livre que je me permets à juste titre de souligner en passant. Pour en revenir à mon propos originel, je dirais que la plume de Lucie Pierrat-Pajot a brillé ici par son intelligence brillante et redoutable car l'intrigue de ce tome deux nous réserve en effet bien des surprises et encore, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Que ce soit au niveau de l'avancement de l'intrigue ou du développement des personnages, tout s'accélère, les tenants et aboutissants de la saga se précisent et le tout nous promet un ultime dénouement tout simplement détonant et époustouflant, mark my words.

Avant de clore cette chronique, je souhaiterais juste consacrer un paragraphe à part à celle qui à mes yeux a vécu le plus impressionnant des glow up (terme anglophone qui désigne une incroyable transformation physique et/ou psychologique, ce qui est le cas ici pour la seconde catégorie), à savoir Liberté. Dans le tome un Le sang jamais n'oublie, elle était déjà ma petite chouchoute, mon personnage favori entre tous, mais là, elle m'en a franchement bouché un coin tant elle est parvenue à me faire passer par une pléthore, notez la magnificence du mot employé, et ce n'est pas à la légère, d'émotions si complexes et électrisantes que j'en suis ressortie véritablement toute retournée. Je trouve que Lucie Pierrat-Pajot a réussi à faire vivre à cette héroïne qu'on n'apprécie pas suffisamment à sa juste valeur, et la principale concernée est elle-même la première à commettre cette impardonnable bévue, une évolution absolument in-cro-yable. Très sincèrement, les mots me manquent pour décrire l'ahurissante métamorphose de Liberté qui, au fil des pages et des épreuves des fameux Jeux du siècle, qui se trouvent être résolument à la hauteur de l'engouement qu'ils suscitent, passe d'une nature assurément prudente et réservée à déterminée à une autre sous le signe d'une détermination, d'un culot et d'une insoumission frondeuse et on ne peut plus contagieuse. En clair, Liberté porte plus que jamais bien son prénom au vu de son attitude flamboyante et extrêmement courageuse tendue vers un souffle nouveau, un besoin viscéral d'assumer son identité et de ne plus jamais se laisser manipuler, ni marcher sur les pieds. Il me tarde avant toute chose de savoir ce qu'il va advenir d'elle dans le troisième et dernier tome. Une chose est sûre, elle a tout mon soutien et mon approbation et je serai toujours de son côté, il n'y a pas à en douter !

Pour conclure, je dirai simplement que Les Jeux du siècle m'a pour ainsi dire littéralement laissée sur les fesses. Je ne vois pas très bien ce que je pourrais ajouter à tout ce que j'ai déblatéré de positif dans cette chronique, à part de foncer sans hésiter sur cette saga steampunk, thriller politique et fantastique (oui, tout ça à la fois) qui en vaut sacrément le détour. Pour ma part, je suis bien heureuse d'avoir le troisième opus, L'élixir ultime, en ma possession afin de pouvoir le dévorer séance tenante ! Même si cela signifiera que j'aurai alors terminé la saga et je ne suis absolument pas prête à faire mes adieux à Larispem, croyez-moi !

Afficher en entier
Argent

L'histoire est meilleure que le premier tome. Les personnages sont plus développés, leurs caractères sont plus affirmésSpoiler(cliquez pour révéler) dès qu'on les voit se rejoindre, chose que j'attendais. Mais les rebondissements restent toujours un peu trop prévisibles, un peu moins que dans le premier tome. Il y a eu des améliorations mais ils manquent toujours un petit quelque chose qui me fait hésiter à acheter la suite. Par exemple, j'ai remarqué que l'auteur avait tendance à adopter un style trop rapide ce qui fait qu'à certains moments, on n'a pas le temps de vraiment sentir la peur, l'angoisse, la joie ou la tristesse. J'aimerai pouvoir plus me plonger dans l'histoire. Je suis peut-être exigeante mais avec le temps, après plusieurs années de lectures, je pense que c'est normal. On a plus d'attentes.

Afficher en entier
Or

Certains passage sont difficile à comprendre mais l'enchantement est au rendez-vous. Le scénario est incroyable. Je le conseil a partir de 11 ans, non qu'il y ait des chose choquante mais plutôt faute de compréhension.

Afficher en entier
Argent

Plus d'action dans ce deuxième tome, j'ai suivi avec plaisir les aventures de nos héros. Il se passe pas mal de choses dans ce tome et j'ai vraiment été prise dans l'histoire ! J'ai juste été un peu déçue quand Spoiler(cliquez pour révéler)Nathanael a expliqué a Liberté qu'elle était une sœur de sang, j'ai trouvé qu'elle le prenait un peu trop bien, c'était trop facile. Et l'apparition de sa mère n'a pas servi a grand chose ! J'ai hâte de savoir comment va finir l'histoire !

Afficher en entier
Bronze

Un deuxième tome à la hauteur du premier. J'aurais aimé qu'il soit plus long mais il se passe déjà tellement de choses ... On en apprend plus sur les personnages, des liens se créent, d'autres se défont et on suit les personnages pas à pas en se demandant quelle sera leur prochaine action, toujours sur le qui-vive ! J'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteure nous tient en haleine, l'histoire étant non seulement bien pensée mais aussi bien écrite. Bref, tout ça pour dire que je me plonge dès maintenant dans le 3è et dernier (snif) tome de cette saga !

Afficher en entier
Or

Ce deuxième tome est vraiment à la hauteur du premier !

L'uchronie est vraiment super bien mise en place. L'univers steampunk est juste génial. J'adore vraiment le langue qu'à inventé l'auteure.

Les personnages sont attachants et le roman très addictif ! Par contre, c'est quoi ce cliffhanger à la fin !!!!!!! J'ai trop envie de lire le tome 3 maintenant !

Afficher en entier
Diamant

J'ai un véritable coup de cœur pour ce second tome. Je n'ai pas été capable de le lâcher un coup commencé. Excellent scénario. Avec de l'action, de l'émotion, des batailles, des défis, des mystères. Et une fin comme on les aime qui nous laisse sur une faim pas possible. Quand, quand, quand sort le prochain opus ????

Afficher en entier
Bronze

Un deuxième tome plein d'actions avec les jeux du siècle mais je trouve que le tout manque de quelque chose. Les Frères de Sang restent trop dans l'ombre à mon goût malgré les attaques ici et là. Je ne sais pas quoi attendre du prochain tome.

Afficher en entier
Or

De retour à Larispem, avec nos trois protagonistes Carmine, Liberté et Nathanaël, qui vont devoir former une équipe pour participer malgré eux aux jeux du siècle. Ils sont en concurrence avec d'autres équipes, qui n'ont pas le même sens de l'honneur et de la loyauté qu'eux. De plus, Liberté et Nathanaël doivent cacher "leur héritage" génétique tout en tentant de décoder le livre de Louis d'Ombreville.

Seulement voilà, les dissensions sont partout.

Au sein de la "confrérie" des Frères de sang, la comtesse Vérité influence à tout va pour manipuler les Héritiers mais aussi s'emparer de Larispem.

Tandis que le Taureau qui dirige la cité de Paris se fissure. Fiori jalouse la présidente et met tout en oeuvre pour mettre les Louchébems au centre du pouvoir politique. La Présidente, Michelle Lancien, essaie de gérer les attentats, les tricheries, les relations internationales et les manipulations politiques. Elle révèle également un peu de son passé.

Un deuxième tome remplit d'actions et de révélations. De plus, la fin est telle, qu'il me tarde l'arrivée du prochain tome!

Afficher en entier
Argent

J'ai eu un peu de mal à me replonger dans cette histoire car j'ai lu le tome un il y assez longtemps mais j'ai beaucoup aimé cette suite. Les personnages évoluent bien, il y a de l'action et j'ai trouvé les manipulations politiques passionnantes. Il me tarde maintenant de lire la suite !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode