Livres
475 744
Membres
453 778

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Neuf Dragons



Description ajoutée par x-Key 2011-04-13T18:24:18+02:00

Résumé

Au commissariat de police de Los Angeles, ce genre d’appel anonyme ne surprend personne ? et surtout pas Harry Bosch : dépêché depuis peu sur une affaire de meurtre dans le quartier chinois, il soupçonne des activités de racket des triades locales. En raccrochant, Bosch est convaincu d’avoir vu juste. Reste à le prouver… Le principal suspect s’obstine dans son silence, et l’inspecteur Chu, son coéquipier détaché de l’Unité des Crimes Asiatiques, ne lui semble pas franchement digne de confiance.

Préoccupé par l’enquête, Bosch n’a pas trouvé le temps de lire le message vidéo envoyé par sa fille la veille au soir. Elle a 13 ans et vit justement à Hong Kong, avec sa mère. L’écran du portable s’allume sur une vision d’horreur absolue. L’appel anonyme et le message de sa fille se télescopent soudain : le pire cauchemar de sa vie vient de commencer.

Afficher en entier

Classement en biblio - 190 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par lamiss59283 2012-02-22T11:15:42+01:00

De l'autre côté de l'allée, Harry Bosch jeta un coup d'œil dans le box de son coéquipier et le regarda remettre droit ses piles de feuilles, ôter ses dossiers du milieu de son bureau et, pour finir, ranger dans un tiroir la tasse à café qu'il venait de rincer – son rituel quotidien. Puis il consulta sa montre et s'aperçut qu'il n'était que quatre heures moins vingt. Il eut alors l'impression que, jour après jour, ce rituel, Ignacio Ferras l'entamait une minute ou deux plus tôt que la veille. On n'était que mardi – le long weekend de Labor Day venant à peine de s'achever, la semaine serait courte – et déjà il manœuvrait pour partir avant l'heure. C'était immanquablement un appel de chez lui qui déclenchait son petit numéro. Une femme l'y attendait avec un bambin qui marchait à peine et des jumeaux tout neufs. Elle surveillait la pendule tel le marchand de bonbons les petits gros dans sa boutique. Elle avait besoin de repos et de son mari à la maison pour le goûter. D'habitude, même de l'autre côté de l'allée, même avec les cloisons antibruit d'un mètre vingt qui séparaient les postes de travail de la nouvelle salle des inspecteurs, Bosch entendait les deux bouts de la conversation. Elle commençait toujours comme ceci : « Quand est-ce que tu rentres ? »

Tout enfin rangé dans son box, Ferras regarda Bosch et lança :

─ Je vais filer, Harry. Avant les embouteillages. J'attends des tas d'appels, mais ils ont mon numéro de portable. J'ai pas besoin de rester là à poireauter.

Et de se frotter l'épaule en parlant. Ça aussi, ça faisait partie de son numéro. C'était sa manière à lui de lui rappeler, mais sans le lui dire, qu'il avait pris une balle dans le corps quelques années auparavant et que partir plus tôt, il en avait gagné le droit.

Bosch se contenta de hocher la tête. Le problème n'était pas vraiment de savoir si son coéquipier quittait tôt le boulot ou ce qu'il avait ou n'avait pas gagné. C'était d'être sûr de son attachement à la mission que représente tout travail d'élucidation d'un homicide et si cet attachement existerait encore lorsque enfin ils recevraient le prochain appel. Ferras avait subi neuf mois de soins et de rééducation avant de pouvoir reprendre son service. Mais l'année qui avait suivi cette reprise l'avait vu travailler avec une répugnance qui mettait Bosch à bout de patience. Ferras ne montrait plus aucune ardeur au travail et Bosch en avait assez de l'attendre.

Tout comme il en avait assez d'attendre un nouveau meurtre. Cela faisait quatre semaines qu'ils n'avaient plus d'affaires et la fin de l'été était déjà plus qu'avancée. Aussi sûrement que les vents de Santa Ana descendent des cols des montagnes, il savait qu'un meurtre allait se produire.

Ferras se leva et ferma son bureau à clé. Il ôtait sa veste du dos de son fauteuil lorsque Bosch vit Larry Gandle sortir de son bureau à l'autre bout de la salle des inspecteurs et se diriger vers eux. En sa qualité de plus ancien dans la maison, Bosch avait eu le droit de choisir son box lorsque la brigade des Vols et Homicides avait commencé à quitter un Parker Center bien décrépi pour rejoindre le nouveau Police Administration Building. La plupart des inspecteurs de classe 3 avaient choisi les box dont les fenêtres donnaient sur City Hall. Bosch, lui, avait pris le parti opposé. Il avait cédé la vue à son coéquipier et opté pour le box d'où l'on pouvait observer ce qui se passait dans la salle des inspecteurs. Et là, en voyant approcher le lieutenant, il sut d'instinct que son coéquipier n'allait pas rentrer chez lui en avance.

Dans sa main Gandle tenait un morceau de papier arraché à un carnet et marchait avec un petit sautillement de plus que d'habitude. Pour Bosch, cela voulait dire que l'attente avait pris fin. L'appel était arrivé. Et avec lui le nouveau meurtre. Il commença à se lever.

─ Bosch et Ferras, lança Gandle en arrivant près d'eux, c'est votre tour. J'ai besoin que vous vous attaquiez à une affaire pour le South Bureau.

Bosch vit les épaules de son coéquipier s'affaisser. Il n'en tint pas compte et prit le bout de papier. Puis lut l'adresse qu'on y avait inscrite. South Normandie. Il connaissait.

─ C'est une boutique de vins et spiritueux, reprit Gandle. Un homme à terre derrière le comptoir et la patrouille tient un témoin. C'est tout ce que j'ai. Vous voulez y aller ?

─ Pas de problème, répondit Bosch avant que son coéquipier puisse se plaindre.

Mais ça ne marcha pas.

─ Lieutenant, dit Ferras en se tournant pour montrer la tête de sanglier empaillée au-dessus de la porte de la salle, c'est la brigade spéciale Homicides ici. Pourquoi faudrait-il qu'on prenne une affaire de vol dans une boutique de vins et spiritueux ? Vous savez bien que ce sera un membre de gang et que les mecs du South Bureau pourront boucler le dossier... en tout cas mettre un nom sur le tireur... avant minuit.

Il n'avait pas tort. La brigade spéciale Homicides avait pour tâche d'élucider les affaires complexes. Unité d'élite, elle traquait les dossiers difficiles avec l'adresse sans faille du sanglier qui cherche la truffe dans la boue. Et une histoire de hold-up dans une boutique de vins et spiritueux n'entrait pas vraiment dans ses compétences.

Gandle, dont la calvitie naissante et l'air sévère faisaient de lui le parfait administrateur, écarta les mains en un geste d'absolu manque de sympathie.

─ Je l'ai dit à tout le monde à la réunion de travail la semaine dernière. Cette semaine, on est de renfort pour le South Bureau. Avec tous les autres en formation homicides, ils sont en effectif minimum jusqu'au 14. Ils ont décroché trois affaires pendant le week-end et une ce matin. Bref, ils sont débordés. C'est votre tour et ce vol, c'est pour vous. Point final. D'autres questions ? La patrouille vous attend en bas avec le témoin.

─ C'est bon, patron, dit Bosch, mettant ainsi fin à la conversation.

─ Bien, vous me tenez au courant.

Et Gandle regagna son bureau. Bosch ôta sa veste du dos de son fauteuil, l'enfila et ouvrit le tiroir du milieu de son bureau. Il sortit son carnet de notes en cuir de sa poche revolver et y mit une recharge neuve à la place de l'ancienne. Tout nouveau meurtre avait droit à un bloc neuf. Sa routine à lui. Il regarda l'écusson d'inspecteur gaufré dans le rabat du carnet et remit ce dernier dans sa poche revolver. De fait, la nature de l'affaire le laissait indifférent. Tout ce qu'il voulait, c'était une affaire. C'était comme le reste. À ne plus pratiquer, on perd son mordant. Et ça, il n'en était pas question.

Les mains sur les hanches, Ferras regarda la pendule au-dessus des panneaux d'affichage.

─ Merde, dit-il. Chaque fois !

─ Comment ça, « chaque fois » ? lança Bosch. Ça fait un mois qu'on n'a plus d'affaires.

─ Oui, ben, je commençais à m'y habituer, moi.

─ Oui, ben, si tu ne veux plus travailler aux Homicides, t'as toujours les vols de bagnoles. C'est du neuf heures-cinq heures.

─ Tu parles !

─ Alors allons-y.

Bosch s'engagea dans l'allée et se dirigea vers la porte. Ferras le suivit en sortant son portable pour pouvoir appeler sa femme et lui annoncer la mauvaise nouvelle. En quittant la salle des inspecteurs, les deux hommes tendirent le bras et tapotèrent le sanglier sur le museau pour se souhaiter bonne chance.

2

Bosch n'eut pas besoin de faire la leçon à Ferras en gagnant South L.A. Conduire en silence en tenait lieu. Son jeune coéquipier donnait l'impression de se ratatiner sous la pression de ce qui n'était pas dit et finit par se confier :

─ Ça me rend fou, dit-il.

─ Qu'est-ce qui te rend fou ?

─ Les jumeaux. Ça fait trop de boulot, trop de pleurs. Effet domino garanti. Y en a un qui se réveille, ça fait démarrer l'autre. Et après, c'est l'aîné qui se réveille. Y a plus moyen de dormir et ma femme...

─ Quoi ?

─ Je ne sais pas, elle devient folle. Elle n'arrête pas de m'appeler pour me demander quand je vais rentrer. Alors je rentre et c'est mon tour, je m'occupe des gamins sans arrêt. Le boulot, les enfants, le boulot, les enfants, le boulot, les enfants tous les jours.

─ T'as pensé à une nounou ?

─ On n'a pas les moyens. Pas comme ça marche maintenant. Et on n'a même plus d'heures sup.

Bosch ne savait que dire. Sa fille, Madeline, avait maintenant treize ans et un mois et se trouvait à presque seize mille kilomètres de là. Et il ne s'était jamais impliqué directement dans son éducation. Il ne la voyait que quatre fois par an – deux fois à Hong Kong et deux fois à L.A. –, et ça s'arrêtait là. Quel conseil pouvait-il légitimement donner à un père à plein temps qui, lui, avait trois enfants, dont des jumeaux ?

─ Écoute, je ne sais pas quoi te dire. Tu sais que je te couvre. Je ferai ce que je pourrai quand ce sera possible. Mais...

─ Je sais, Harry. Et j'apprécie. C'est juste la première année avec les jumeaux, tu vois ? Ça sera nettement plus facile quand ils seront un peu plus grands.

─ Oui, mais ce que j'essaie de te dire, c'est qu'il y a peut-être plus que les jumeaux. C'est peut-être toi, Ignacio.

─ Moi ? Qu'est-ce que tu racontes ?

─ Qu'il s'agit de toi. Que tu as peut-être repris trop tôt... Tu y as pensé ?

Ferras rougit et ne répondit pas.

─ Hé, des fois ça arrive, dit Bosch. On prend une balle et on se dit que la foudre pourrait frapper deux fois.

─ Écoute, Harry, je sais pas quel genre de conneries tu me sers, mais je me trouve bien comme ça. Pas de problèmes. Il s'agit seulement d'un manque de sommeil et du fait que je suis tout le temps crevé et incapable de rattraper les trucs parce que ma femme me pèle le cul dès que j'arrive à la maison, d'accord ?

─ Comme tu veux, mec.

─ C'est ça même, mec. C'est comme je veux. Crois-moi, ce qu'elle me balance me suffit. J'ai pas besoin que tu t'y mettes, toi aussi.

Bosch acquiesça d'un signe de tête et l'on en resta là. Il savait quand lâcher le morceau.

L'adresse que leur avait donnée Gandle se trouvait dans le soixante-dixième pâté de maisons de South Normandie Avenue. Soit à quelques rues à peine du tristement célèbre croisement des avenues Florence et Normandie, où quelques unes des plus horribles images des émeutes de 1992 avaient été prises par les hélicos des chaînes de télé et diffusées dans le monde entier. Il semblait bien que pour beaucoup ce soit l'image de Los Angeles qui leur restait.

Mais Bosch se rendit vite compte qu'il connaissait le coin et la boutique où ils devaient se rendre à cause d'une autre émeute et pour une raison différente.

Un périmètre de sécurité avait déjà été mis en place autour du magasin Fortune Liquors. Un petit nombre de badauds s'était rassemblé, mais dans ce quartier un meurtre n'avait rien d'extraordinaire. On avait déjà vu... et bien des fois. Bosch rangea la berline au milieu de trois voitures de patrouille. Puis il alla chercher sa mallette dans le coffre, ferma ce dernier et se dirigea vers le ruban jaune.

Ferras et lui donnèrent leurs noms et numéros d'écusson à l'officier chargé de noter les allées et venues, et ils passèrent sous le ruban. Alors qu'il s'approchait de la porte du magasin, Bosch glissa la main dans la poche droite de sa veste et en ressortit une pochette d'allumettes. Vieille et fatiguée, cette pochette. Sur le rabat on pouvait lire « Fortune Liquors », avec l'adresse du petit bâtiment jaune qu'ils avaient devant eux. Il ouvrit la pochette d'un coup de pouce. Il n'y manquait qu'une allumette et la devise agrémentant chaque rabat de pochette était, pour celle-ci :

Heureux celui qui sait trouver refuge en lui-même.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Versipellis 2019-11-14T10:05:31+01:00
Lu aussi

Le roman met un peu de temps à se mettre en place mais m'a ensuite tenue en haleine jusqu'à la dernière page. Le scénario est très satisfaisant. Je relirai un nouveau livre de cet auteur avec plaisir !

Seul bémol, j'aurais aimé un peu plus d'insistance sur la psychologie par moments.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anne-Elisabeth 2019-11-14T01:31:06+01:00
Or

Sous forme de livre audio : c'est la première fois que j'ai affaire à cette forme de lecture.

J'ai une mémoire plutôt visuelle qu'auditive. Mais c'est malgré tout une façon intéressante de "lire" un livre, en écoutant quelqu'un d'autre le lire à haute voix. Pour l'histoire elle-même, il y deux histoires en même temps : un meurtre à L.A. et le kidnapping de la fille de l'inspecteur Bosch à Hong Kong. Les deux sont liés. L'inspecteur s'est impliqué dans la recherche du meurtrier qu'il finit par trouver. Il arrivera à retrouver, in extrémis, sa fille, mais son ex-femme, qui essaie de l'aider dans ses recherches, y perd la vie. A recommander absolument. Mais attention aux âmes sensibles.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Gryfondor 2019-11-13T09:54:16+01:00
Bronze

Michael Connelly nous propose une nouvelle aventure de son héros le plus utilisé mais aussi le plus célèbre, à savoir l’inspecteur Harry Bosch de la Brigade des vols et homicides de la police de Los Angeles.

Le roman se déroule en deux temps : tout d’abord aux Etats-Unis où tout commence par la découverte du cadavre d’un commerçant, immigré chinois, John Li, puis par la suite en République Populaire de Chine, et plus précisément à Hong Kong où vivent Eléanor Wish et Madeline, respectivement l’ex-femme et la fille de Bosch, et où semble-t-il cette affaire prend son origine.

Comme d’habitude tout démarre très vite et l’auteur nous plonge au cœur même de cette histoire avec une grande habileté. Entre réflexion et action, Harry Bosch va devoir s’employer non seulement pour retrouver sa fille désormais aux mains d’une triade, mais également pour résoudre cette affaire d’homicide.

Notre héros est sur la brèche et va devoir faire preuve de sang-froid, sa vie comme celles de ses proches étant en danger.

Ce n’est sans doute pas la meilleure des aventures de la série des Harry Bosch, mais un fois de plus la magie opère et pour ma part cette lecture fut très agréable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mathy97 2019-09-02T09:31:07+02:00
Argent

Une super enquête policière avec beaucoup de suspense et de mystère du début à la fin. J'adore le personnage de Harry Bosch qui est profond et recherché. Et l'auteur a une plume envoûtante qui nous donne toujours envie de tourner la page pour savoir la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aurline 2019-05-22T14:50:45+02:00
Or

j ai eu un peu de mal a rentré dans l histoire et puis tout s enchaine avec le départ de Harry pour Honk Kong comme d hab Michael Connely m a embarqué un très bon roman

Afficher en entier
Commentaire ajouté par charlottem 2017-07-31T04:58:50+02:00
Or

Bon roman policier, un Harry Bosch peut-être un peu moins prenant que les autres. Une partie de l'histoire se passe à Hong Kong, je ne sais pas si cela à jouer un rôle dans mon sentiment. Le roman se lit quand même très bien.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ozz1983 2017-02-07T22:09:47+01:00
Bronze

Probablement mon préférer de Michael Connelly. Il y a énormément d'action. À la fin de la lecture j'était presque bout de souffle tellement que ça bouge. J'ai vraiment apprécier.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Whale 2016-11-29T12:21:58+01:00
Bronze

Le récit commence par le meurtre d'un épicier chinois. Ce qui semble être une affaire banale se transforme alors en une affaire plus complexe, ayant un lien avec les triades.

L'inspecteur Harry Bosch découvre derrière ce meurtre une histoire de racket ayant commencé il y a des années déjà.

Rien d'anormal pour cette petite famille chinoise qui voit cela comme un prélèvement d'impôt. Harry trouve cette histoire étrange et doit en plus faire équipe avec un flic venu pour traduire et l'aider dans son enquête. Cela ne le réjouit pas vraiment car il fait très peu confiance dans les autres. Surtout durant cette enquête où il découvrira avec horreur que sa fille de 13 ans s'est fait kidnapper à Hong Kong. Délaissant tout, Harry partira sur-le-champ retrouver sa fille avec l'aide de son ex-femme et d'un homme ayant un lien étroit avec celle-ci. Ce laissant emporter par ses émotions, Harry tombera à côté d'évidences qui aurait pu changer bien des choses et éviter bien des morts.

Le rythme de ce récit pulse au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire. Beaucoup d'action et de rebondissement. Cependant, bien que j'aie apprécié la lecture, j'ai trouvé l'histoire prévisible, peu original, et un peu tiré par les cheveux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Perfecta 2015-10-09T07:46:46+02:00
Or

Encore un bon Connelly où l'auteur développe (enfin ?) la relation entre Bosch et sa fille .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2015-02-20T14:27:07+01:00
Lu aussi

Bosch, papa gâteau, qui l'eût cru ! Un pur roman d'actions dopé à l'adrénaline et au jet lag. Une nouvelle fois, Bosch explose toutes les limites mais avec le soutien de son chef. Si ceux qui le cherchent ne viennent pas à Harry Bosch, alors Harry Bosch vient à ceux qui le cherchent, et ça dépote !

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2011/08/harry-bosch-crache-le-feu.html

Afficher en entier

Dates de sortie

Les Neuf Dragons

  • France : 2011-05-05 (Français)
  • France : 2012-02-09 - Poche (Français)

Activité récente

MonaCl le place en liste or
2018-08-31T17:45:05+02:00
Fine-1 l'ajoute dans sa biblio or
2018-07-28T16:50:46+02:00

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 190
Commentaires 22
Extraits 21
Evaluations 31
Note globale 7.42 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode