Livres
472 812
Membres
445 843

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lyanaa 2019-08-13T09:03:16+02:00

- Cette légende dont tu as parlé, avec la pluie, c’est quoi exactement ? demanda Mina.

- Les noces de la renarde ?

- Oui, insista Mina.

- Il s’agit d’une procession nocturne qui accompagne le mariage d’un renard dans le folklore japonais. Cela correspond aussi aux rares pluies d’été par temps dégagé. Ce n’est qu’une vieille légende de campagne, fit remarquer la miko.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2019-08-13T09:02:11+02:00

Malgré la révélation tant attendue, elle ne pouvait s’empêcher de ressasser les dernières paroles de la vieille femme. Les noces de la renarde. Elle sentait qu’il y avait quelque chose dans ces quelques mots, un sens caché qui lui échappait. Quelque chose d’important dont elle ne faisait qu’effleurer la surface.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2019-08-13T09:01:30+02:00

Le chant des oiseaux dans les arbres redoubla d’intensité et une pluie fine et miroitante se mit à tomber d’un ciel sans nuages.

- Je n’ai pas pris de parapluie, se lamenta Mina en regardant le ciel d’un bleu limpide qui pleurait pourtant des larmes fraîches.

- Ça ne va pas durer. C’est le kitsune no yomeiri, les noces de la renarde, dit Reika avec un sourire.

- Les noces de la renarde ? Qu’est-ce que c’est ? demanda Mina, intriguée.

- Une vieille légende qui dit que lorsqu’il pleut par beau temps, un kitsune se marie quelque part dans la montagne, répondit Natsume en fronçant les sourcils.

- C’est un présage, il faut prêter attention à ce qui nous entoure, renchérit la nourrice.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2019-08-13T08:59:40+02:00

Elle passa sur tous ces gens comme le vent frais sur les cimes montagneuses. Et elle le vit. Ou plutôt, elle le perçut. Il l’attendait patiemment, assis sur ses pattes arrière, sa queue touffue battant ses flancs, invisible aux yeux des humains. Le renard baissa le museau depuis l’autre côté de l’immense carrefour et se remit en marche. Il voulait qu’elle le suive.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2019-08-13T08:58:41+02:00

Tous les animaux des sous-bois vinrent se prosterner sur leur passage. Daims, renards, écureuils, blaireaux et lapins, Hikari repéra même la fourrure grise d’un loup à travers les troncs. L’instinct de la chasse résonna une seconde en elle, mais le tintement hypnotique des carillons effaça ce désir primal.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2019-08-13T08:57:16+02:00

Doucement sur le sentier que suivait la noce et dans le sillage de la prêtresse, l’hiver recula pour laisser place à un printemps radieux. L’air était doux et la forêt déployait sa canopée émeraude. Hikari perçut l’arrivée des tengus aux murmures de leurs rémiges dans le vent. Une demi-douzaine de figures aux nez busqués et aux cheveux de plumes soyeuses s’inclinèrent devant les futurs époux. Elle reconnut parmi eux les hommes-rapaces venus présenter leurs hommages la veille lors de du banquet. Elle capta le musc des tanukis, le chahut de leurs rires et de leurs jeux. Au fur et à mesure que la noce traçait sa route dans les profondeurs de la forêt, les petits dieux sortaient de leurs abris pour danser en rythme avec la mélodie portée par Chitose. Des ogres cyclopéens à la peau rouge ou bleue, pourvus de cornes, saluèrent la meneuse et les participantes. Des démons, des sylvains, des esprits errants et toute une faune d’êtres étranges, animaux ou vaguement humains s’égaillèrent dans la nuit, dans la lumière de la lune et des lampions de papier. Hikari faisait tinter ses clochettes, un large sourire s’étirant sur ses canines.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lyanaa 2019-08-13T08:55:11+02:00

Au détour d’une souche, Mina se prit les pieds dans un roncier. Elle retrouva de justesse son équilibre et, lorsqu’elle releva la tête, le renard la toisait, assis sur un rocher à quelques mètres d’elle. Sa queue battait l’air autour de lui. Son pelage, luisant d’humidité, brillait dans un rayon de lune. La lumière argentée dédoubla un instant la queue touffue. Pendant un instant, Mina aperçut plusieurs appendices, fouettant l’air en ondulant. Un sourire, elle en était sûre à présent, était accroché aux babines bordées de noir du yokaï. Il inclina sa tête pointue vers Mina, comme une invitation. La température chuta encore d’un cran, Mina se mit à grelotter. Elle tendit la main et le renard s’enfuit ventre à terre. Elle dut alors rassembler tout ce qui lui restait d’énergie et de volonté. Bandant ses muscles transis de froid, elle bondit et courut à sa poursuite. Les branches lui fouettaient le visage mais ses joues, déjà échauffées par la course, ne sentaient plus rien. Elle perdit le goupil de vue.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lost-library 2019-08-04T22:09:43+02:00

L’animal poussa un miaulement criard mais ne bougea pas d’un poil. Mina ne put retenir une grimace contrariée. Puis, alors qu’elle enfilait ses gants, elle regarda sa montre et fila vers la gare sans demander son reste.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lost-library 2019-08-04T22:08:43+02:00

La forêt prenait ses premières respirations de soleil. Des flancs de la montagne, encore chargée de l’humidité de la nuit, s’élevait un brouillard languide. Les écharpes de brume s’effilochaient au sommet des arbres sous les premières lueurs du jour. Assise sur un rocher, les pieds nus sur la mousse humide, Hikari admirait la vallée en contrebas. Un vent frais vint se perdre dans ses longs cheveux défaits. Elle était restée longtemps immobile à

attendre le matin et, comme pour la remercier de sa patience, un subtil arc-enciel se dessina. Elle huma l’air matinal. L’hiver approchait. Elle le sentait dans la rosée du matin qui cristallisait le long de ses bras et dans les ramures dorées des ginkos sauvages qui tranchaient au milieu des nuances de vert de la forêt. Elle remua les pieds pour les désengourdir de sa longue attente. Son kosode de soie, qu’elle portait négligemment retenu par une fine lanière de tissu, glissa le long de ses cuisses et dévoila ses jambes nues.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode