Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Par Tentative4 le 17-05-2015 Editer
Les petites reines
-Je ne comprends pas pourquoi vous vous entêtez à revendiquer ce nom de Boudins ! s'offusque Maman. C'est un mot horrible.
-On le rendra beau, tu vas voir. Ou au pire, on le rendra puissant.
Par InesDev le 21-02 Editer
Les petites reines
"- Tu as de très jolis yeux, déclare le Soleil en poussant mes mèches sur le côté. J'avais pas remarqué, à cause de tes cheveux qui sont toujours devant.
D'accord. D'accord. Il m'a dit que j'avais de très jolis yeux, d'accord. Ma vie ne sera donc, à partir de maintenant, qu'une longue suite de déceptions. J'en conclus:
- Il faudrait que j'achète une barette alors.
- Ce serait un bon investissement, approuve le Soleil.
- Mais si j'ai plus les cheveux qui cachent mon visage, on verra tout le temps que je rougis.
- Ah, c'est pour ça que tu le fais?
- En partie. Et en partie parce que, bon ben, je suis moche comme un cul.
- Arrête avec ça. D'abord, il y a des très beaux culs, et deuxièmement, il y a tes yeux... tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire, j'ai vu tous les Soleil y venir se Mireille.
- Euh, pardon?"
(p.252)
Par InesDev le 21-02 Editer
Les petites reines
[spoiler][/spoiler]"- Mais Mireille, on était censé gate-crasher, demain!
- C'était l'idée, oui.
- Mais là, si on est invitées... on ne peut pas gate-crasher!
- Ben... non.
- Alors comment on fait?
- On fait face à l'imprévu. On se laisse inviter. Et une fois dans la place, on mène notre plan à exécution.
- Quel plan? J'y comprends plus rien. C'est toujours le même plan?
- Oui. Trois Boudins, trois étapes: humilier Klaus Von Strudel, arracher la médaille du général Sassin, et, pour Astrid, rencontrer Indochine.
Astrid, pensive:
- Vu comme ça... il paraît con, ce plan.
Le Soleil hoche la tête. Hakima aussi. Moi, non. Même si, c'est vrai, il paraît un peu con, ce plan, vu comme ça, après toutes ces journées d'efforts."
(p.235)
Par InesDev le 21-02 Editer
Les petites reines
"- Allô, Mireille, c'est Maman. Je viens de lire le journal. Vous avez été frappés par la foudre, hier?!
- Ah oui, j'ai oublié de te le dire dans mon texto du matin.
- Mais, rassure-moi, vous n'avez rien eu?
- Si, on est des mutantes maintenant. Notre QI a bondi de 100 points chacune, et on peut se téléporter d'un bout à l'autre de la galaxie.
- [Soupir.] Mireille, la police est passée ce matin. Ils ont pris notre déposition concernant Malo. Et...ils ont dit que tu leur avais parlé?
- Mmhhhoui, on a vu des policiers ce matin.
- Apparemment, tu leur as raconté qu'il y a quelques années, tu avais volé à Malo un cadeau offert par sa mère avant qu'elle meure, un album photo ou je ne sais quoi, et que tu l'avais brûlé?
- Ah oui, quel acte ignoble. Méchante Mireille.
- Mireille, tu as menti à la police?
- Il fallait bien qu'ils croient que Malo avait ses raisons de m'en vouloir, tu vois. Sinon, ils risquaient d'être vraiment durs avec lui.
- Tu es beaucoup trop gentil avec ce petit con.
- Oui. Parce que j'ai compris que c'était à mon avantage."
(p.225)
Par InesDev le 21-02 Editer
Les petites reines
" Allô Mireille, c'est Maman. On vous a vus à la télé. Réponds à mes textos plus d'une fois par jour, s'il te plaît. J'espère que tu n'as pas bu de Sancerre? Rappelle-moi.

Mamounette chérie, je n'ai bu aucun sincère. Gros bisous, et mes vœux les plus Sancerre.

Coucou Mireille. Ta mère est furieuse mais tu me fais bien rire! Philippe. "
(p.202)
Par InesDev le 21-02 Editer
Les petites reines
" Oui, les vrais gens qui existent semblent tous nous aimer. Il y a un tel gouffre entre les mots sur Internet et ceux des gens qu'on rencontre! Et c'est bizarre, cette popularité. Je n'ai pas l'habitude qu'on me demande comment je vais. C'est peut-être ça que ça fait d'être beau; j'ai toujours remarqué que les gens beaux attiraient les sourires et les «ça va?». On n'aime pas voir des gens beaux aller mal. Les moches, eux, évidemment qu'ils vont mal, ils sont moches.
Mais là, enfin, on a gagné le droit qu'on nous demande comment ça va, et qu'on nous sourie."
(p.197)
Par InesDev le 21-02 Editer
Les petites reines
"- J'ai un point de côté, annonce Astrid.
- La ferme, Astrid, sérieux, non, pas ça, pas si tôt!...
- Mais toi, la ferme! C'est pas ma faute si j'ai un point de côté! réplique-t-elle faiblement.
- Respire. Un point de côté, c'est quand tes muscles ne sont pas assez oxygénés et produisent de l'acide lactique. Respire et ça ira mieux.
- Ben je suis contente que tu m'apprennes tout ça, moi qui m'amusais à faire du vélo en apnée depuis deux heures."
(p.119)
Par InesDev le 21-02 Editer
Les petites reines
"Nous apprenons donc à faire du boudin végétarien, de la sauce à la moutarde et de la sauce aux oignons, tout en esquivant de temps à autre la menace d'un couteau ou d'une cuillère en bois. Les cuistots, qui commencent à arriver pour le premier service du soir, sont bientôt mis à contribution:
- Tenez, Jen-Pierre, essayer un peu ce boudin végétarien... qu'est-ce que vous en dites?
- Ça manque de viande!
- Oui, mais à part ça?
- À part ça, c'est très bon."
(p.91)
Par viedefun le 11-06-2016 Editer
Les petites reines
« Cœur battant et le visage enflammé, je me réfugie dans les toilettes ou Hakima et Astrid, plantées devant une gigantesque glace qui va du sol au plafond, se mirent avec hébétude.
-Oh, c’est…Commencé-je – mais, aussitôt, je perds mes mots.
Qui sont-elles ? Devant nous, dans l’immense miroir étincelant, nous toisent trois jeunes filles inconnues. Mais qui sont-elles ?
Une blonde vaporeuse, aux courbes généreuses, vêtue d’une élégante robe bustier jaune d’œuf qui s’harmonise à merveille avec son teint de rose. Astrid ? Astrid, c’est bien toi ?
Une petite brune mutine dont la robe à col bateau, parme, moirée, ondoie telle une anémone à chaque mouvement. Hakima ? Hakima, c’est toi ?
Et cette jeune fille fière, aux cheveux retenues par des barrettes diamantées, enrubannée dans sa robe bleue tendre plissée comme une toge, qui allonge ses jambes à l’infini et souligne sa jolie taille….c’est…Moi ?....
MAIS NON, JE DECONNE !
On ressemble exactement à ce qu’on est : trois boudins habillés de robes de bal synthétiques et maquillées comme des voitures volées. Astrid et moi ressemblons, en plus dodues, à Javotte et Anastasie dans la version Disney de Cendrillon. Hakima a l’air d’un pruneau en robe de jambon fumé ».
Par viedefun le 11-06-2016 Editer
Les petites reines
« Tu sais ce qu’on a appris en histoire-géo, Mamounette ? Après la Seconde Guerre Mondiale, on a tondu toutes les françaises qui avaient couché avec des allemands. Alors tu imagines, à quelques années près…Elle m’a dévisagée, on aurait juré qu’elle se repassait mentalement ce que je venais de dire sans y croire. Ca m’a fait un peu peur mais j’ai quand même ajouté, pour rire :
-Couic, ta touffe !
Splaf la baffe.
-Monte dans ta chambre. Je ne veux plus te voir ».
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.