Livres
466 976
Membres
431 676

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Petits Yeux étoilés



Description ajoutée par thebest03 2017-06-04T21:26:09+02:00

Résumé

Notre société de consommation aime étiqueter, tracer et catégoriser tous ses produits. Si vous voulez y trouver votre place, il vous faudra entrer sagement dans une des cases qu'elle vous aura réservée. Inutile d'essayer d'en changer en cours de route, la colle utilisée est bien trop forte.

Moi Simon Renaud, jeune handicapé de 18 ans, n'ai pas pu échapper à cette règle dès ma naissance :

" 3.720 kg, Origine France, Viande génétiquement modifiée, AOC Syndrome de Williams & Beuren, élevé en Institut medico-educatif et nourri pendant 18 ans par alimentation entérale hypercalorique. "

Or, je compte bien par le récit extraordinaire de mon histoire, faire voler en éclats chacune de vos certitudes. Jamais plus vous ne verrez le handicap de la même manière. Il se pourrait bien d’ailleurs que celui-ci vous offre l’extraordinaire opportunité de dépasser vous aussi vos propres difficultés et peut-être même de changer radicalement votre vision de la vie.

Alors certes, je suis un être différent, mais pas exactement comme vous pouvez le penser et surtout bien plus encore que vous ne l'imaginez...

" Vous dites que je suis différent, or moi je pense que vous êtes tous les mêmes " Simon Renaud

Afficher en entier

Classement en biblio - 27 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Vivi_Black 2018-03-27T22:39:48+02:00

Je rigole souvent, d’ailleurs, quand les gens me complimentent sur mes jolis yeux, car ils ne savent évidemment pas qu’ils sont aussi la signature d’un handicap plus lourd.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Par le biais du site simplement, j'ai eu la demande de l'auteur de découvrir ce livre, écrit avec une partie du vécu de l'auteur et un peu plus. tout cela est bien expliqué avant la lecture du récit. Je remercie Bruno Madeleine pour cette lecture.

Simon a 18 ans, écrit ses pensées dans de petits carnets depuis très longtemps. Son handicap dû au syndrome de William et Beuren ne lui facilite pas la vie. Il va à l'école dite normale, avec des lycéens afin de continuer sa scolarité dans un contexte "normal". La normalité, un mot qui contente ceux qui en ont besoin, pourtant si tout le monde est pareil, nous nous ennuierons non ? Rentrer dans le moule, faire comme tout le monde, c'est tout ce que Simon ne fait pas et n'a pas vraiment envie de faire. Il a une vision du monde qui me plaît. Pour un enfant qui a un handicap, il a une réflexion très profonde que certains n'ont pas.

Il y a de nombreuses difficultés a surmonter autant pour Simon que pour sa famille. Il a un léger retard sur certaines choses, comme l'apprentissage de la marche par exemple qui a mis beaucoup plus de temps. Il n'a pas non plus été propre à l'âge que la plupart des enfants peuvent avoir et alors ? Il apprend à son rythme avec les données qu'il a et il se débrouille plutôt bien. Bien entendu comme pour chaque enfant il y a des hauts et des bas, mais ce syndrome fait en sorte que Simon (et tous les enfants qui l'ont) garde une certaine joie de vivre. Les petits yeux étoilés sont un "garant" de ce syndrome. c'est beau, c'est même surement magnifique à regarder et c'est grâce à cela qu'un médecin peut savoir s'il y a un manque ou non dans les chromosomes.

La rencontre de Simon avec Juliette, lycéenne dans la même classe va lui permettre de parler de ce qu'il est, du pourquoi il n'est pas comme les autres. Cette différence les lies d'une forte amitié. L'un comme l'autre, ils vont échanger, grâce aux petits carnets de Simon, mais aussi de ce qu'ils ressentent. Comprendre ce qui est différent est un premier pas pour un avenir "commun", pour s'apprécier, pour mieux "voir" l'autre.

L'humour est très présent, pour dédramatiser le récit qui ne doit pas être drôle à vivre au jour le jour. Il faut avoir une sacrée dose de courage dans ces cas. Par chance, Simon n'a pas un "handicap" très important, je dirais même que les "abrutis" sont beaucoup plus handicapés que lui, mais passons. Il existe une multitude de soucis d'ordre génétique bien plus lourd que ce que nous découvrons ici. Je ne connaissais pas du tout cette maladie et encore moins le notube. Une fois ma lecture terminée, je suis allée voir afin d'en savoir un peu plus à ce sujet. Rien n'est simple, rien n'est difficile, il faut juste remonter les manches et prendre une bonne bouffée d'air. C'est le cas de la famille de Simon dont je n'ai pas encore parler. Ses parents sont présents, tout comme son grand frère. Ils sont tous à l'écoute de Simon et se battent pour lui, même si ce dernier y arrive très bien. En contrepartie de cet humour, il y a aussi les mauvais côtés, tel que la méchanceté gratuite. Il faut entrer dans le moule, sauf que je suis une adepte du j'menfoutismejefaiscequejeveux ! Je ne ferais pas un cours sur notre société, cela ne sert à rien.

Ce qui m'a quelque peu gêné c'est le fait que Simon raconte sa vie à sa naissance dans ses petits carnets. Voire même avant, dans le ventre de sa maman où il se serait amusé avec ses gênes. D'accord c'est plutôt "drôle" à lire mais j'avoue que ce passage ainsi que d'autres m'ont fait tiquer. C'est une manière de voir de l'auteur d'écrire de cette façon et ainsi d'apporter les éléments importants. Par contre ce sont des passages qui montrent l'ampleur de l'esprit de Simon. Un autre point que je n'aime pas, le vouvoiement dans le texte. Je ne suis pas du tout adepte de cette technique d’entrainer le lecteur. L'utiliser avec parcimonie, je ne suis pas contre, mais autant je ne peux pas. (tout comme le tutoiement dans un texte) Cela me fait reculer et non entrer dans l'histoire.

C'est un récit qui apporte des explications sur un type de handicap, avec ses contraintes, ses habitudes, ses façons d'être. Suivre Simon est un vrai plaisir des yeux, surtout avec sa joie de vivre. L'épilogue donne une belle leçon de vie (comme une bonne partie du livre que j'aie tu volontairement). Beaucoup de sentiments bons ou non, de bagarres pour obtenir un droit durement gagné. Une histoire qui fait réfléchir sur notre société et la place de chacun, car on a tous le droit d'être là. Le handicap n'est pas forcément celui que l'on croit.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-petits-yeux-etoiles-bruno-madelaine-a158383234

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SophieSonge 2019-01-09T17:25:45+01:00
Or

Ce sont des vieux carnets retrouvés qui replongent Simon Renaud dans son histoire et sa maladie. Sous sa plume, on accompagne son parcours et son combat avec ses proches, autour de son handicap...

Simon Renaud est le héros de ce roman qui nous invite à accueillir la différence avec confiance et bienveillance. Le ton qui est donné est tout sauf apitoyant. On apprécie cette tonique franchise et cet humour mordant qui caractérise Simon.

Il nous émeut, nous fait sourire avec l'art de dédramatiser les situations difficiles. On aime sa relation aux autres, à la vie. L'écriture est fluide, sensible, cathartique. Il y a quelque chose d'indescriptible, de fort, d'humain qui se dégage du récit et qui nous pousse à être meilleur. C'est une aventure formatrice et addictive.

Aux côtés de Simon et de ses proches, on mesure la tendresse, l'amour qui les lient. Simon nous surprend par sa lucidité rare, son aplomb, sa profondeur. On s'attache beaucoup à lui, au cours de notre lecture. On prend du recul avec la réalité de son quotidien, les épreuves qu'il traverse. Simon nous prouve qu'il est autre chose qu'un syndrome et que rien ne l'empêchera de ressentir, de jouer, d'éprouver, d'aimer.

Ce roman est pur comme le cœur et ouvre notre regard sur ce qui nous est étranger et fait peur. Un récit puissant à faire tourner !

Afficher en entier
Lu aussi

En lisant le résumé, vous aurez sûrement compris qu’une bonne dose d’humour se glisse dans ce roman. Pas de larmes de crocodile ou d’apitoiement dans ce récit, mais des mots justes et une franchise à toute épreuve !

Bruno Madelaine nous entraine dans une tranche de vie assez brève, mais bien remplie : celle de Simon, 18 ans, qui entre en classe de seconde. Entre rencontres, premier émoi et évolution dans sa vie quotidienne, son Syndrome de Williams & Beuren garde une place centrale, mais pas que ! En effet, ce handicap a parfois tendance à s’effacer au profit de l’homme qu’il devient… Simon décolle l’étiquette, et c’est certainement le très gros point fort de ce récit.

L’alternance entre passages de la vie de tous les jours et lecture de ses petits carnets - sortes de journaux intimes - permet de garder un bon rythme de lecture. C’est également un excellent moyen de comprendre intimement ce handicap. Dommage pour les dialogues, qui m’ont paru peu naturels dans leur formulation.

La narration étant centrée autour de la personne de Simon, son entourage, que l’on sent très présent et aimant, reste du coup un peu dans l’ombre. J’aurais aimé en apprendre encore plus sur eux et leurs émotions, cela dit, le choix de l’auteur de se concentrer sur Simon sert totalement l'histoire.

La plume de Bruno Madelaine se lit facilement et tranquillement. Comme je vous l’ai confié plus haut, sa franchise m’a réellement plu. Les petits yeux étoilés est un beau témoignage, à la fois simple et touchant.

Read more at http://ma-boite-de-pandore.e-monsite.com/pages/chroniques/letterature/les-petits-yeux-etoiles.html#RKsfGFum7pKLeQ6W.99

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jelieaulit 2018-10-31T04:26:18+01:00
Diamant

un très beau témoignage qu'il faut absolument avoir lu dans sa vie

Afficher en entier
Commentaire ajouté par poupine 2018-08-03T04:05:51+02:00
Diamant

Une très belle histoire touchante émouvante que tous le monde devrait lire

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Claire-18 2018-07-20T16:33:33+02:00
Lu aussi

Découvrez Simon Renaud, atteint du syndrome William-Beurens. Le syndrome de Williams ou syndrome de Williams-Beuren est une maladie génétique rare caractérisée par une anomalie du développement qui associe malformation cardiaque (sténose aortique supravalvulaire -SASV- le plus souvent) dans 75 % des cas, retard psychomoteur, dysmorphie du visage évocatrice et profil cognitif et comportemental spécifique (Oui, j'ai fais des recherches après le roman, et alors ? On me juge pas svp xD). Bref, un enfant avec une maladie plutôt grave, puisqu'elle ne se guérie pas (pas dans son cas). D'entrée, on nous présente un roman plutôt "noir".

Pourtant, Simon parvient à nous faire rire, grâce à ses réactions, à ses petits commentaires et ses explications sur sa maladie. Et tout cela via le personnage de Juliette, sa meilleure amie. Nous devenons, au fil de notre lecture, Juliette. Une sorte de confident, toujours présent quand Simon a besoin de nous. Alors rapidement, on s'attache à ce petit bonhomme, à ce qu'il a vécu. On pleure avec lui, on grimace en imaginant ses douleurs, on rit quand il est heureux. Quelque part, il devient réel. J'ai adoré passer du temps avec Simon, qui vit avec nous grâce à la superbe plume de son auteur. Sa vie m'a touchée, émue et j'avoue que je ne connaissais pas cette maladie. Mais à présent, j'aimerai presque en savoir plus.

En fait, comme le roman est relativement court, en parlant sans spoilers me semblent complexe. Je dirais juste que l'auteur a su écrire un roman dans lequel on ne s'apitoie pas sur le sort du malade. Il explique tout avec simplicité, humour et auto-dérision. A aucun moment je n'ai vu Simon baisser les bras ou arrêter de croire en quelque chose parce que ça n'allait pas dans son sens. Il reste courageux et garde la tête haute malgré tout. Pourtant, c'est un être humain. On n'essaye pas d'en faire un surhomme, ni même quelqu'un de fragile. Il l'est, parce qu'il est comme nous. Et c'est ça, le plus agréable. C'est qu'on le voit comme un être humain et non comme quelqu'un de malade. Bien sûr, il a des soucis que d'autres n'ont pas, mais c'est le cas avec tout le monde !

L'auteur a su toucher nos coeurs de lecteurs à travers ce personnage et c'est ça le plus important. La fin m'a émue également, parce qu'elle est simple et il y a toujours cette petite touche d'humour qui nous permet de nous plonger encore mieux dans l'histoire de Simon. C'est un roman à découvrir d'urgence, pour tout ceux qui aime lire, quel que soit votre style. C'est un roman qui mérite d'être mis en avant parce qu'il est bien écrit et que les messages qu'il fait passé son bien transmis.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ge39 2018-07-19T09:48:09+02:00
Or

"Vous dites que je suis différent, or moi je pense que vous êtes tous les mêmes". Simon Renaud

Un récit touchant qui nous fait entrer dans le monde de Simon Renaud, un garçon atteint du syndrome de William-Beuren.

A travers ses souvenirs, ses carnets de notes, nous découvrons son quotidien, entouré de sa famille et Juliette avec qui il lie une profonde amitié et à qui il se confie.

Simon a un regard sur sa maladie, sur lui-même mais aussi sur les autres, qui donne une belle leçon de combativité et de prise de conscience sur le handicap en général.

Le syndrome de William-Beuren (que d'ailleurs je ne connaissais pas), est abordé de façon humoristique, et aussi avec une certaine spiritualité, sans être excessif.

Le handicap n'est pas un sujet facile à traiter mais l'auteur a su mettre en évidence la positivité de ce vécu, en nous faisant connaître également toutes les difficultés rencontrées pour gérer ce handicap, aussi bien du côté de l'enfant que celui des parents.

Simon est entouré de beaucoup d'amour, qui contribue certainement à une ouverture d'esprit plus accomplie, permettant l'autodérision.

Les petits yeux étoilés est un beau message sur l'amour et l'amitié, mais aussi sur le courage et la tolérance, qui porte un autre regard sur le handicap.

Merci à Bruno Madelaine de m'avoir proposé son roman via le site Simplement.

Afficher en entier
Or

CHRONIQUE DE NADINE :

Titre : LES PETITS YEUX ÉTOILÉS

Auteur : Bruno Madelaine

Parution : 07/06/2017 – Les Éditions du Net

149 pages.

Une demande de service de presse comme je les aime. Une incroyable soirée de lecture qui est passée aussi vite qu’un éclair dans le ciel.

Un thème qui me touche en tout point, je suis moi-même handicapée de ma main droite, et de plus j’exerce le merveilleux métier d’auxiliaire de vie scolaire (AVS). Je ne pouvais donc pas passer à côté de ce fabuleux roman !

Simon Renaud est né avec le syndrome de Williams Beuren, c'est à dire qu'il a une malformation cardiaque et un retard mental plus ou moins important, c'est selon les cas ! Simon est hypersocial et présente une hypersensibilité aux bruits et à la musique, il a l’oreille absolue.

Simon suit une scolarité en classe Ulis et en inclusion en 2nde C, où il fait la connaissance de Juliette.

En croisant simplement son regard quelques secondes, il sait déjà tout d’elle et il n’a aucun doute, Juliette sera sa meilleure amie, sa confidente et il peut tout lui dire sans qu’elle le juge !!!

Simon voit dans les yeux de ceux qui l’entourent, une porte pour accéder à leurs émotions, leurs pensées ! Peu lui importe leurs âges, noms et prénoms… Simon ne se fie qu’aux yeux, aux regards.

Une amitié sans limite va naître entre eux ! Simon va se livrer, s’ouvrir, s’épanouir et se confesser en lisant à Juliette, ses souvenirs, ses ressentis qu’il a noté sur des carnets depuis le moment où il a été conçu !

Ou est-ce plutôt Juliette qui va s’épanouir au contact de Simon ? Toutes ces épreuves que sa famille, son entourage a enduré, de la découverte de ce syndrome, aux hospitalisations, aux doutes, aux examens à répétition, les hauts, les bas, enfin tout ce que cela implique d’avoir à élever un enfant handicapé !!!

Un roman d’une sensibilité hors du commun, un peu comme Simon...

Une écriture additive, réaliste, simple et remplie d’un humour, d’autodérision qui prouve l’intelligence de Simon et qui va vous mettre plein d’étoiles dans les yeux et vous faire comprendre que le plus heureux, c'est Simon qui répand la joie de vivre, l’amour autour de lui !

Mon cœur s’est gonflé de bonheur, de joie, d’amour, de rire pendant cette lecture. Un pur et sincère moment de lecture.

Résumé :

Notre société de consommation aime étiqueter, tracer et catégoriser tous ses produits. Si vous voulez y trouver votre place, il vous faudra entrer sagement dans une des cases qu'elle vous aura réservée. Inutile d'essayer d'en changer en cours de route, la colle utilisée est bien trop forte.

Moi Simon Renaud, jeune handicapé de 18 ans, n'ai pas pu échapper à cette règle dès ma naissance : « 3.720 kg, Origine France, Viande génétiquement modifiée, Aoc Syndrome de Williams & Beuren, élevé en Institut medico-educatif et nourri pendant 18 ans par alimentation entérale hypercalorique. »

Or, je compte bien par le récit extraordinaire de mon histoire, faire voler en éclats chacune de vos certitudes. Jamais plus vous ne verrez le handicap de la même manière. Il se pourrait bien d'ailleurs que celui-ci vous offre l'extraordinaire opportunité de dépasser vous aussi vos propres difficultés et peut-être même de changer radicalement votre vision de la vie. Alors certes, je suis un être différent, mais pas exactement comme vous pouvez le penser et surtout bien plus encore que vous ne l'imaginez. . . « Vous dites que je suis différent, or moi je pense que vous êtes tous les mêmes. » Simon Renaud.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hamallow 2018-01-30T14:42:15+01:00
Or

Ma Chronique: Je ne sais pas vraiment comment commencer cette chronique, il est d’ailleurs rare que j’écrive mon avis après ma lecture, je me laisse toujours un moment de réflexion, pour repenser à l’histoire en globale, ce qu’avec le recule je m’aperçois, ce que j’ai pu rater en me focalisant trop sur telle ou telle chose. Mais ici je dirais que le fait que le sujet me touche particulièrement m’a incité à écrire à chaud.

NON JE NE SUIS PAS HANDICAPÉE FIN…

…JE CROIS, FAUT QUE JE DEMANDE À PAPA

Ah milles excuses, il me dit que je suis bien handicapée. Trêve de plaisanterie, ce sujet n’est pas du tout taboue pour moi ou inconnu, j’ai grandi avec un père handicapé et j’avoue que pour moi ça a toujours été un sujet de rigolade, il a toujours accepté sa condition. J’admets qu’étant enfant de prime abord c’est pas très drôle, mais heureusement qu’il dédramatisait !

De ce fait lorsqu’on m’a proposé de lire ce livre, j’ai hésité, car je ne vois pas l’handicape comme beaucoup. Beaucoup sont gonflés au stéréotype, à la gêne, au regard en coin et tout un tas de débilité. Je ne rigole pas de tous les handicapés hein , loin de là, mais comment dire, je ne considère pas les personnes ayant un handicape, quel qu’il soit inférieur ou en incapacité à vivre sans moi!

DIEU MERCI

Ce livre n’est pas déprimant, j’ai tellement ri en le lisant. Bruno Madelaine aborde le sujet avec brio!!! Et je dois dire que c’est le meilleur moyen de faire changer l’esprit tordu des gens. Simon est atteint de AOC Syndrome de Williams & Beuren*, élevé en Institut medico-educatif et nourri pendant 18 ans par alimentation entérale hypercalorique. Rien que ça !

* Le syndrome de Williams ou syndrome de Williams-Beuren est une maladie génétique rare caractérisée par une anomalie du développement qui associe malformation cardiaque (sténose aortique supravalvulaire -SASV- le plus souvent) dans 75 % des cas, retard psychomoteur, dysmorphie du visage évocatrice et profil cognitif et comportemental spécifique.

Simon est une personne fantastique, il reflète tellement bien le quotidien tortueux et compliqué des enfants dans sa condition, faisant ressortir la vérité sur notre système français et sur son incapacité à traiter l’handicape comme une priorité;

* L’école est très dure à intégrer

* La prise en charge des opérations et la médication est très chere

* Le matériel d’équipement pour la maison…j’en parle même pas

* La considération de leur potentiel et de leur dons et tout simplement zappé

* On nous apprends pas à respecter et comprendre l’autre

Je plaide coupable, car ce livre me permet de passer mon petit coup de gueule !

J’aimerais revenir sur l’ambiance du livre, loin du pathos et de l’apitoiement, Simon traverse ses épreuves avec humour et intelligence. Dans le récit il a certes 18 ans, mais son comportement et sa prise de conscience et bien plus mature que son âge.

Je distingue deux types de parents lorsque son enfant devient en incapacité de certaines choses ou est touché par la maladie. Il y a les parents battant et les parents qui sont abattus. Par chance Simon est de ceux qui voit sa famille se solidifier face à de tel événements. Cela n’a rien de facile on en conviendra, mais ils ont appris en même temps que leur enfant, qu’il ne faut pas plus handicapé son enfant qu’il ne l’est déjà. Je les ai trouvés très attentif et très réactif face à l’handicape de Simon.

Je tiens également à approfondir un point qui est très bien présenté dans le livre; la capacité des personnes handicapés. On a trop souvent tendance à réduire les personnes handicapés comme des êtres incapables et immatures. Or cela est faux! Reprenant Simon, il est d’une nullité pour les maths, c’est à peine s’il sait bien compter, en contre partie il a l’oreille absolue, une sensibilité hors norme, une capacité impressionnante pour faire appel à ses souvenirs. Certes on repère l’handicape, mais il serait également profitable à la personne de savoir qu’elle est douée pour quelque chose, qu’elle n’est pas totalement hors circuit.

Une très belle découverte, un livre qui devrait être partagé à de nombreuse personne.

https://teatimewabook.wordpress.com/2017/12/29/handicape-mais-pas-que/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AlexianeTh 2017-10-15T14:35:03+02:00
Or

Je remercie chaleureusement Bruno Madelaine pour ce service-presse.

« Bruno Madelaine a publié son premier roman, « La vie d’après » aux Éditions du Net, à l’âge de 37 ans. Grâce à un style simple, emprunt d’humour parfois noir, il est capable d’aborder des sujets graves avec légèreté. Il accorde une attention particulière à ses personnages tantôt truculents, souvent attachants. La spiritualité Bouddhiste, qu’il étudie et pratique depuis près de 20 ans, constitue le fil conducteur de son existence et transparaît dans ses écrits. Ainsi il affectionne tout particulièrement l’exploration des thèmes comme l’Amour, l’amitié, la compassion, la réincarnation, la mort, la vieillesse, la différence, le handicap... »

Ici, Bruno Madelaine nous propose son second roman Les petits yeux étoilés, basé sur une histoire vraie. Un témoignage émouvant, pigmenté de notes d’humour permettant d’alléger le récit ; en outre, un humour capable de relativiser, utile pour que nous « prenions la vie du bon côté » malgré toutes les bévues et autres déceptions. Le tout servi par une excellente qualité d’écriture de l’auteur.

Simon n’est pas comme les autres – quoique « comme les autres » soit une tournure bien présomptueuse, ce qui est d’ailleurs soulevé dans ce livre – Non, Simon est atteint d’un syndrome rare, celui de Williams Beuren. Depuis sa naissance, si ce n’est avant, ce syndrome a fait de lui un être à part, dans notre société, un handicapé.

Pourtant, nous découvrons au travers de sa narration – puisque le parti pris étant qu’il est le narrateur – un tout autre aspect de cette vie étiquetée comme plus difficile. Certes, c’est le cas, mais sa capacité à relativiser, par le biais de quelques piques sarcastiques ou de parodie bon enfant, nous font nous interroger sur le fondement de telles étiquettes. Ces épreuves-là ont fait de Simon Renaud quelqu’un de foncièrement bon, entier et sage malgré ses dix-huit années et les « retards mentaux » écopés avant sa dixième année. Nous découvrons toutes ses facettes de sa personnalité ainsi que sa capacité à interpréter les situations du bon œil sur le ton de la confidence, d’un moment de partage, tantôt auprès de sa meilleure amie, Juliette, à laquelle il lit ses petits carnets (journaux romancés de son enfance), tantôt en interagissant avec sa famille qui tient une place omniprésente, cruciale, dans son récit.

Ces personnages-là pèsent dans la balance de l’humanité, son ambivalence. Si l’on peut se révolter de certains comportements honteux, critiquables et intolérants, l’Humain a aussi ce paradoxe dans « son noyau commun » : celui de l’amour, de la solidarité, de la compréhension. Le monde n’est pas parfait – du moins, ceux qui le composent – et il faut de « tout pour le constituer. » La richesse vient des autres, la sagesse de notre capacité à la recevoir et à y répondre. Ces notions-là sont appuyées en partie par le Boudhisme, qui compose entre autre la vie de l’auteur, sans entrer non plus dans l’apologie de cette religion, ni ses préceptes.

Aussi, il ne faut pas s’attendre à un livre moralisateur, écrit dans l’optique de nous taper sur les doigts à toutes les pages. Certes, certains faits sont pointés du doigt : la surdité du corps médical à l’inquiétude d’une mère persuadée d’un problème avant même que son enfant ne soit né ou encore son manque d’efficacité, de réactivité ou de prise de risques pour permettre à des familles de se reconstruire et de mener une vie plus sereine. Donner l’opportunité à des enfants liés à des handicaps de bénéficier de toute l’attention dont ils ont besoin. Il y est fait état aussi du manque de sensibilisation des parents à leurs progénitures atteins d’aucun syndrome, d’aucune maladie, conduisant parfois à l’intolérance des futures générations.

Il est difficile de s’étaler davantage sur l’histoire au risque de souiller tout le plaisir de découvrir et suivre le combat de Simon et des siens. Un combat emplit d’espoir, d’émotions, de sollicitude, d’humour, d’amitié et d’amour. On peut être surpris d’une petite larmichette pointant le bout de sa bulle au coin des yeux, suivit la page suivant ou le temps d’une réplique d’un sourire amusé.

Ce livre n’est pas uniquement une ode à Simon, handicapé luttant contre la vie et les dictats de la société. C’est aussi un hommage à tous ces parents aimants, courageux. A ces amis compréhensifs, dévoués et concernés. Aux frères et sœurs capables de remuer ciel et terre pour apporter à leur cadet (ou ainé) un peu de paix, un peu d’espoir.

C’est une ode à la vie avant la différence.

Les petits yeux étoilés est un livre à conseiller pour sensibiliser les plus jeunes ou les moins jeunes, pour faire partager une vision autre capable d’ouvrir l’esprit, de voir au-delà des apparences et des stéréotypes.

Ce n’est pas parce que nous interprétons, appréhendons le monde autrement que nous ne partageons pas le même ciel.

http://surlesailesdunlivre.forumactif.com/t1609-les-petits-yeux-etoiles-de-bruno-madelaine

Afficher en entier

Date de sortie

Les Petits Yeux étoilés

  • France : 2017-06-07 - Poche (Français)

Activité récente

ge39 le place en liste or
2018-07-19T09:44:52+02:00

Les chiffres

Lecteurs 27
Commentaires 17
Extraits 11
Evaluations 17
Note globale 9 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode