Livres
381 073
Comms
1 332 900
Membres
266 130

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Pousse-Pierres



Description ajoutée par roselia11 2012-06-11T07:13:14+02:00

Résumé

En 2170, l humanité est coupée en deux. Les communautés spatiales imposent leur volonté aux terriens et aux conglomérats qui ont remplacés les états. Les terriens sont cantonnés à la surface d une planète dont les ressources s amenuisent. Maureen O Garret est une jeune « poussepierres », ces prospecteurs de l espace qui opèrent dans la Ceinture d Astéroïdes. Son vaisseau est détruit dans un accident dramatique et incompréhensible. Dans le même temps, les parents de Richard Trévise fuient la Terre en catastrophe sous le coup d une accusation d espionnage. Derrière ces événements, il y a un plan : celui des corporations terriennes qui ne supportent plus leur mise à l écart. Une guerre se prépare. Maureen et Richard, deux adolescents issus de mondes que tout sépare, vont croiser leurs destins et jouer un rôle décisif dans un conflit à l échelle du système solaire.

Afficher en entier

Classement en biblio - 12 lecteurs

Or
7 lecteurs
PAL
2 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Kharlyan 2016-03-29T21:49:08+02:00

— C’est quoi ton principal ? demanda Lorelei en détachant son regard de celui d’Aurélien.

— Pardon ?

— Ton choix principal. Tu sais, ce que tu veux faire.

— Mon métier ?

Aurélien lâcha une exclamation dégoûtée. Dinah expliqua que chaque Lagrangien organisait son existence en fonction d’un domaine d’activité privilégié, quitte à en changer au cours de sa vie.

— Moi, c’est le théâtre, expliqua Lorelei avec le geste d’un acteur déclamant une strophe. La danse aussi, enfin le spectacle.

— Il l’a sûrement deviné, dit Hypatia. D’ailleurs, on dirait que tu es sur une scène du matin au soir.

— Parce qu’elle s’arrête la nuit ? demanda Icare.

Ils rirent, y compris Richard. Lorelei leva les yeux :

— Pff. Ne les écoute pas. En fait, je suis quelqu’un de très raisonnable.

— Je n’en doute pas.

Il l’avait dit en souriant et fut ravi de la voir lui retourner la même expression.

Elle est vraiment très jolie.— Qu’est-ce que tu aimes, toi ?

— Je compose de la musique.

Il détailla son hobby en quelques phrases. Icare et Aurélien affichèrent des expressions dubitatives. Lorelei montra plus de curiosité :

— Pas mal comme idée.

— Oui, mais je ne sais pas si on peut en faire un… enfin, un principal.

— Ça dépendra de tes votes, dit Hypatia.

— Mes votes ?

Ils lui expliquèrent que les Lagrangiens évaluaient en permanence leurs activités. Il ne s’agissait pas d’un simple système de comptage de voix. L’opinion de certaines personnes était plus importante que d’autres, en fonction de leurs compétences dans le sujet. Un système informatique élaboré s’en occupait et c’était apparemment très sérieux.

— Et tout le monde dit réellement ce qu’il pense ?

— Bien sûr !

Il n’y avait pas de questionnaire ni de sondage. Les transponds prenaient en charge les avis. L’organisation économique associée semblait également assez compliquée. Richard essaya de résumer ce qu’il avait compris :

— Alors les votes, c’est comme de l’argent ?

— Ce n’est pas tout à fait de l’argent comme vous vous en servez sur la Terre, expliqua Hypatia. À un instant donné, tu disposes d’un crédit en fonction des derniers votes positifs que tu as reçus. Le crédit te permet d’acheter des biens et des services. Tu as d’ailleurs intérêt à l’utiliser vite, parce qu’il diminue avec le temps.

— Il diminue ?

Aurélien le regarda avec amusement :

— Taux d’intérêts négatifs. Pour que personne ne puisse trop accumuler. Il paraît que c’est ce que les Terriens qui arrivent ici ont le plus de mal à assimiler, ajouta-t-il.

Lorelei lui jeta un regard noir et Hypatia leva la main pour prévenir une reprise de leur dispute. Richard ignora la pique. Il était fasciné par le concept d’une société où il suffisait de se faire remarquer, et apprécier, pour vivre confortablement. Tout cela lui paraissait presque trop beau pour être vrai. Il y avait sûrement un truc.

— Est-ce que ça veut dire que personne n’est riche, ici ? Vous n’êtes pas des communistes, quand même ?

Aurélien éclata d’un rire moqueur.

— Mais non, dit Hypatia. Bon, certains ont plus de crédits que d’autres, mais cela ne dure pas. De toute façon, les services élémentaires sont gratuits. Tu peux manger et te loger même sans rien faire. Bien sûr, ce n’est jamais le cas.

— Ah bon, pourquoi ? demanda Richard.

C’était manifestement évident à leurs yeux.

— Mais ce serait atroce, s’exclama Lorelei. Tu te rends compte ? Vivre sans intéresser personne d’autre ? Moi j’en deviendrais malade.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Kharlyan 2016-03-29T21:44:07+02:00
Or

Roman SF classé Jeunesse mais pas trop jeune tout de même : Les Lagrangiens ont des mœurs très particulières.

Ce que je retiens surtout de ce livre, c'est cette analyse du monde actuel en ayant poussé 3 idéologies à l’extrême : La Terre représente le pouvoir des industries et des corporations, La station de Lagrange est plutôt orientée vers le partage et l'Open Source et enfin, les Spacieux vivent quasi en autarcie.

Chaque société a ses avantages et ses défauts. A vous de faire votre vision du futur dans lequel vous voulez vivre...

Afficher en entier

Date de sortie

Les Pousse-Pierres

  • France : 2014-05-27 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 12
Commentaires 1
Extraits 1
Evaluations 4
Note globale 8.25 / 10

Évaluations