Livres
523 865
Membres
541 796

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les promeneuses sur le bord du chemin



Description ajoutée par Gkone 2016-06-24T21:30:54+02:00

Résumé

« La construction est savante, [...] les dialogues au couteau, les rebondissements spectaculaires, et l'auteur prend un plaisir gourmand à jouer des conventions du genre. Tout commence dans une brume opaque dont émergent peu à peu les fils d'une tragique machination. [...] Pierre Pelot confie volontiers que c'est souvent la chute d'une histoire qui lui vient en premier et lui donne envie de la raconter. Celle de ces Promeneuses sur le bord du chemin est redoutable et parfaitement inattendue. » Michel Abescat, Télérama

Un thriller magistral sur la vengeance et la douleur de la perte, à la chute renversante.

« L'écrivain Adrien Norte n'a pas la conscience tranquille. »

Adrien Norte, est un célèbre auteur de best-sellers, une star de l’édition. Blair, un détective privé de bien piètre envergure, sombre et amer. Une rencontre hautement improbable.

Mais voilà, quelques jours plus tôt, Blair a reçu des lettres de menace à l’encontre d’Adrien Norte, et l’a donc mis au courant de l’affaire. Pourtant, pour rien au monde il n’aurait souhaité se rapprocher d’un homme aussi superficiel.

Norte semble en savoir bien plus qu’il n’en dit et dissimuler un sombre épisode de son passé. Mais qui sait quoi, exactement ? Et qui est l’auteur de ces lettres inquiétantes ?

Un jeu subtil et cruel se met en place entre les deux hommes, qui convoque des souvenirs douloureux et lointains, de ceux qu’il vaut mieux laisser enfouis...

Un récit tout en finesse et faux-semblants, une redoutable intrigue.

« Proche d'un dialogue de théâtre par la tension et l'économie de détails, le dernier Pelot étonnera encore. » Frédérique Roussel, Libération.

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2012-01-01T19:29:35+01:00

Au premier coup de sonnette il sursauta.

Il était effondré dans un fauteuil crapaud aux accoudoirs de cruir râpé et aux coutures défaites. La bouteille coincée entre ses cuisses, le verre aux trois quarts plein dans la main droite. Sa grande taille et surtout cette position qui le tassait en une volumineuse et compacte masse faisaient paraître le fauteuil anormalement petit et étroit.

Au deuxième coup de sonnette, et au troisième qui suivit presque instantanément, il ne broncha pas d'un poil. Pas un frisson.

Le soleil à présent commençait de descendre vers le soir et frôlait la cime des arbres en ligne, là-bas, à deux ou trois cents mètres, peut-être moins, à l'ouest du grand jardin. Les ombres s'étaient considérablement allongées à la surface du gazon brûlé par ce qui semblait être désormais une éternelle canicule. La lumière avait quelque chose de lourd, une pesanteur, une consistance de brume dense, cuivrée, se glissant inéluctablement par les baies coulissantes. A l'intérieur, les ombres enchevêtrées en un treillis hirsute occupaient une bonne moitié de l'espace.

Quelqu'un appela, dehors, de quelque part. Probablement depuis la porte d'entrée, de l'autre côté de la maison. Hého !

Blair bougea faiblement le poignet et regarda les éclats de lumière dorée jouer dans le verre à la surface du J & B.

- Oui, souffla-t-il. Oui, oui...

Il se redressa légèrement et porta le verre à ses lèvres. Les humectant sans boire.

Hého ! répéta la voix plus proche, montée cette fois du jardin.

Un court instant plus tard l'ombre entra dans la pièce et s'ajouta à celles qui s'y entrelaçaient depuis un moment déjà.

Dans son fauteuil il ne tourna même pas la tête.

L'ombre de l'arrivant s'était arrêtée à un pas, sur sa gauche, comme une sorte de bête prudente, plate et rampante. A l'autre bout de l'ombre se tenait le jeune homme, maigre et long, pantalon trop large et T-shirt tombant sur une poitrine creuse, son blouson de gabardine totalement démodé sur le bras. Et cette façon qu'il avait de tenir le vêtement avait elle-même quelque chose de démodé.

- Oh... fit-il d'une voix basse.

Le regard accroché à la corde.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Date de sortie

Les promeneuses sur le bord du chemin

  • France : 2016-07-08 (Français)

Activité récente

Les chiffres

lecteurs 2
Commentaires 0
Extraits 1
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode