Livres
462 272
Membres
419 438

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2011-11-24T15:46:15+01:00

Alors il comprit l'impossible.

Dans le rempart transparent, véritable miroir d'eaux vives, venait de jaillir la silhouette d'un corp prisonnier des glacves. Position de foetus. Bousche ouverte sur un cri de silence. Les fines nappes d'eaux incessantes passaient sur cette image et torsadaient la vision du corps bleui et perclus de belssures.

Malgré sa stupeur, malgré le froidqui était en train de les tuer tous les deux, le commissaire comprit aussitôt qu'ils ne contemplaient ici que le reflet de la vérité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-21T16:46:27+01:00

Le premier nous a répondu que la notion de mal était une valeur bourgeoise, qu’il fallait revisiter tout ça sous un angle social et plutôt marxiste. Nous avons laissé tomber avec lui. Le deuxième nous a parlé de frontière et de transgression. Mais il a ajouté que la frontière était en nous... que notre conscience ne cessait de négocier avec un censeur supérieur et... Enfin, on n’a rien compris. Le troisième nous a branchés sur l’absolu et la quête de l’impossible... Il nous a parlé d’expérience mystique, qui pouvait se réaliser dans le bien comme dans le mal, en tant qu’aspiration. Alors... Je... Enfin, on s’en sort pas vraiment, lieutenant..

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-21T16:46:18+01:00

— C’est tout ce que vous pouvez nous dire ? Aucun indice ? Aucune orientation ne se dessine, d’après votre rapport ? — Rien, malheureusement. Le corps a été complètement rincé avant d’être encastré dans la falaise. Ce cadavre ne peut rien nous apprendre sur le lieu du crime. Encore moins sur l’identité du tueur. Tout juste pouvons-nous supposer qu’il s’agit d’un homme fort, et habile. C’est tout. — C’est peu, bougonna Niémans

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-21T16:46:11+01:00

« ... Nous constatons également de nombreux hématomes, œdèmes, fractures. Rien que sur le torse, nous avons pu constater dix-huit hématomes. Quatre côtes sont brisées. Les deux clavicules réduites en miettes. Trois doigts de la main gauche, deux de la droite, sont broyés. Les parties génitales sont violacées à force de coups. « L’arme utilisée est sans doute une barre de fer, ou de plomb, d’une épaisseur d’environ sept centimètres. Il faut bien sûr discerner les blessures causées ensuite par le transport du corps et son « encastrement » dans la roche, mais les œdèmes ne réagissent pas de la même manière, post mortem... 

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-21T16:46:03+01:00

Le Beur partit à reculons et récupéra son Glock 21 au passage. Karim démarra en trombe et s’arrêta quelques kilomètres plus loin, dans un sous-bois, pour laisser le calme revenir dans ses veines et réfléchir. La profanation s’était donc déroulée avant deux heures du matin. Les pilleurs étaient deux et conduisaient – peut-être – une bagnole de l’Est. Il regarda sa montre : il avait juste le temps de consigner tout ça par écrit. L’enquête allait pouvoir démarrer sérieusement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-02T18:30:14+01:00

Personne ne peut comprendre un flic. Encore moins le juger. Nous évoluons dans un monde brutal, incohérent, fermé. Vous êtes en dehors, et vous ne pouvez plus le comprendre. Vous êtes en dedans, et vous perdez toute objectivité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-02T18:30:14+01:00

Chaque crime est un noyau atomique et les éléments récurrents ses électrons, oscillant autour de lui et dessinant une vérité subliminale.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-02T18:30:14+01:00

Lorsque des éléments, des détails, même anodins, reviennent régulièrement dans une enquête, il faut toujours les retenir, parce qu'ils dissimulent à coup sûr une signification profonde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-02T18:30:14+01:00

Le crime se reflète toujours sur les esprits des témoins et des proches. Il faut les considérer comme des miroirs ; le meurtrier se cache dans un des angles morts.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lelette1610 2017-08-25T22:21:39+02:00

A travers les arbres, le tueur lui jetait de brefs regards. Le policier ne se cachait pas : l'homme devait savoir que le commissaire Pierre Niémans allait lui faire la peau. Soudain le hooligan enjamba le talus et disparut.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode