Livres
481 987
Membres
468 367

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Le pirate tatoué donna son accord en déposant sur la table une bourse de pièces pleine à craquer. Morik prit alors conscience que les conversations s’étaient subitement interrompues et que les regards étaient tous braqués sur les deux canailles et lui.

— Tu aimes bien être remarqué, Morik, non ? dit le Requin, qui désigna ensuite la bourse. Bon, elle est à toi, et dix autres suivront, j’imagine. (Il bondit soudain de sa chaise, qu’il envoya glisser plus loin.) Qu’en dites-vous, les gars ? Qui donnerait une pièce d’or, ou même dix, pour la tête de Deudermont, de l’Esprit follet de la mer ?

Une immense acclamation s’éleva dans ce trou à rats, suivie de nombreuses injures destinées à Deudermont et son équipage tueur de pirates.

Morik les entendit à peine, tant son attention était monopolisée par la bourse d’or. Deudermont était venu voir Wulfgar. Les bandits ici présents, et probablement encore une centaine d’autres, laisseraient quelques pièces supplémentaires. Deudermont connaissait bien Wulfgar et lui faisait confiance. Mille pièces d’or. Dix mille ? Morik et Wulfgar pouvaient facilement joindre Deudermont. L’esprit cupide du petit voleur se mit à envisager les possibilités.

Afficher en entier

Ce fut une nuit agitée de rêves passionnés qui la laissèrent enchevêtrée dans ses couvertures. Malgré cela, elle s’éveilla de meilleure humeur le lendemain matin, d’autant plus quand, en entrant dans la pièce principale de la maison, elle entendit sa mère discuter avec Mme Gardener, une voisine parmi les plus fouineuses – cette petite gnome était pourvue d’un nez crochu à faire pâlir un vautour – à qui elle racontait joyeusement sa promenade dans le jardin du château.

Afficher en entier

La réponse à ces questions – si toutefois il existe une réponse plus élaborée que la simple nature du mal – se trouve peut-être en observant le comportement des autres races. Parmi les races bienveillantes, seuls les humains « fêtent » les exécutions et tortures de leurs prisonniers. Les sociétés halfelines ne se livrent jamais à de telles choses – on a même entendu parler de prisonniers halfelins morts d’avoir trop mangé. Pas davantage que les nains, si agressive que soit cette race. Les nains s’occupent de leurs prisonniers avec soin et efficacité, sans en faire un spectacle et sans permettre au public d’y assister. Ainsi, un meurtrier sera chez eux tué d’un unique coup sur la nuque. Je n’ai jamais vu d’elfe parmi les spectateurs du Carnaval du Prisonnier, à l’exception de deux individus, tombés par hasard sur cette place, qu’ils quittèrent aussitôt, clairement écœurés. Quant aux gnomes, il me semble qu’ils ne procèdent à aucune exécution mais condamnent leurs ennemis capturés à des peines d’emprisonnement à vie dans des cellules spécialement conçues à cet usage.

Afficher en entier

Quant à Wulfgar, il regardait droit devant lui, sans ciller, tandis que seul le fait de songer au pauvre Morik l’empêchait de rire devant l’affreux et vieux visage de Jharkheld. Cet homme se croyait-il vraiment capable de lui infliger de pires sévices que ceux que lui avait fait subir Errtu ? Jharkheld était-il en mesure de faire apparaître Catti-Brie sur l’estrade, pour ensuite la violer et la démembrer sous ses yeux, comme Errtu l’avait fait tant de fois ? Pouvait-il créer un Bruenor imaginaire, lui mordre la tête et se servir du restant du crâne du nain comme d’un bol de ragoût de cervelle ? Pouvait-il le faire davantage souffrir physiquement qu’un démon qui avait pratiqué cet art durant des millénaires ? Et enfin, Jharkheld était-il capable de faire éternellement revenir Wulfgar des portes de la mort afin de tout recommencer ?

Afficher en entier

La douleur, trop intense, l’avait libéré de sa prison du moment mais, hélas pour lui, cette évasion ne l’avait conduit que vers un autre lieu de détention, un endroit plus noir encore, de très loin, et où il subissait des tortures qui dépassaient tout ce que les mortels pouvaient lui infliger. Des succubes, nus, tentants et affreusement superbes, voletaient autour de lui, tandis que l’immense glabrezu aux bras équipés de pinces le harcelait sans cesse, arrachant des parties de son corps l’une après l’autre, tout cela sous le rire démoniaque et permanent d’Errtu le conquérant ; Errtu, le grand balor qui haïssait Drizzt Do’Urden plus que tout autre mortel et déversait continuellement cette rage sur Wulfgar.

Afficher en entier

Le magicien releva la tête, son visage hagard soudain saisi d’une révélation. Il venait de se souvenir des deux hommes attablés au Coutelas avant l’arrivée de Wulfgar et Morik, ces deux individus qui avaient hélé un garçon, lequel avait ensuite été trouver Wulfgar et Morik… ce marin crasseux et son compagnon exotique et tatoué. Il se rappela ensuite la Dame bondissante, voguant toutes voiles dehors et s’éloignant de Luskan. Wulfgar et Morik avaient-ils échangé le fantastique marteau de guerre du barbare contre le poison destiné à tuer Deudermont ?

Afficher en entier

Méralda ne trouva rien à répondre à cela mais elle dut fournir un violent effort pour empêcher sa fureur de se lire sur son visage. Elle pensa alors à sa mère et se remémora une conversation surprise entre son père et une amie de la famille, pour qui Biaste ne passerait sans doute pas l’hiver s’ils ne lui trouvaient pas un meilleur abri et un prêtre ou guérisseur compétent pour la soigner.

Afficher en entier

S’il avait été en mesure de visionner une zone plus étendue, peut-être Robillard aurait-il vu deux silhouettes se glisser dans une ruelle parallèle à celle dans laquelle Deudermont venait de s’engager. Le Requin et Tia-nicknick se précipitèrent et coupèrent par une allée qui débouchait sur la rue Demi-Lune, juste à côté du Coutelas. Ils s’engouffrèrent sans plus attendre dans l’auberge, convaincus que c’était à cet endroit que se rendait leur cible. Ils s’installèrent à la table du coin, à droite de la porte, après en avoir chassé deux clients grâce à quelques grognements chargés de menaces. Une fois assis, ils commandèrent des boissons à Delly Curtie, puis leurs sourires suffisants s’élargirent quand le capitaine Deudermont franchit le seuil de la porte et se dirigea vers le bar.

Afficher en entier

Quel est le meilleur système ? Il existe de nombreux arguments à ce sujet, le plus souvent fondés sur la prospérité, le droit divin ou le simple destin. Concernant les drows, c’est une question essentiellement religieuse ; ils échafaudent leur société en fonction des désirs de la chaotique Reine Araignée et ne font évoluer les rangs de chacun au sein de cette société – à défaut de faire évoluer la société elle-même – qu’en déclenchant des conflits. Les gnomes des profondeurs, quant à eux, rendent hommage et respectent les anciens, dont ils acceptent la sagesse issue de si longues vies. Le chef de la colonie humaine de Dix-Cités est généralement le personnage le plus apprécié, tandis que les barbares choisissent leurs meneurs d’après leurs seules prouesses physiques. Chez les nains, la souveraineté est affaire de lignée. Bruenor est devenu roi parce que son père l’avait été avant lui, et le père de son père encore avant, et le père du père de son père encore plus tôt.

Afficher en entier

La nuit était fraîche mais pas froide. Méralda quitta la route et se dirigea vers les champs plongés dans le noir, un peu plus haut sur le flanc de la montagne. Elle espérait y retrouver Jaka, à l’attendre comme convenu, mais l’endroit était désert. Seule dans l’obscurité, elle avait la sensation d’être le seul être vivant en ce monde. Désireuse d’oublier cette soirée, le seigneur Féringal et sa maudite sœur, elle ôta sa robe, ne supportant plus d’être vêtue de tant de luxe. Elle avait dîné chez les nobles et, en dehors de la nourriture et peut-être de cette boisson revigorante, elle n’avait pas été impressionnée. Loin de là.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode