Livres
528 423
Membres
548 490

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Le visage de Drizzt, de compatissant, se fit intrigué. Son ami venait-il de le mettre en garde contre une relation trop profonde avec Catti-Brie ? Voilà qui ne laissait pas de le surprendre, jusqu’à le faire reculer légèrement dans son siège tandis qu’il rendait à Bruenor un regard scrutateur. Fallait-il qu’il ait fini par s’avouer les sentiments que lui inspirait la jeune femme pour que le père de celle-ci veuille les bloquer avec toute la force et l’obstination naines ? Ou bien se pouvait-il que son compagnon ait raison, que le drow ait eu des rêves insensés ?

Afficher en entier

Nous mourons tous, à chaque instant. Telle est la vérité infrangible de notre existence, une vérité qui peut nous paralyser de crainte ou au contraire nous stimuler, nous donner la hâte, le désir d’explorer, de connaître, l’espoir – ou plutôt la volonté indomptable ! – de faire de chaque action un moment mémorable. Une vérité qui nous rend plus vivants, sous le soleil et les étoiles, par beau temps ou sous la tempête, qui change chacun de nos pas en danse joyeuse, par les jardins fleuris ou les neiges profondes.

Afficher en entier

Un mouvement de l’autre côté – un éclair noir volant – attira l’attention des bandits qui tournèrent la tête vers la nouvelle arrivante. Il s’agissait d’un énorme fauve tout noir, long de trois bons mètres, aux épaules musclées, massives comme un torse humain.

— C’est la bête du drow ? demanda un des deux lascars.

— On dit qu’elle s’appelle Guenhwyvar, précisa Gemme. (Le dernier brigand reculait, sans quitter des yeux le monstre. Il se heurta au chariot, le contourna, se retrouva devant les chevaux très énervés, écumants.) Alors vous avez décidé de venir directement me rejoindre ! conclut la femme avec un mépris criant. Vous n’avez pas compris que le drow vous laissait fuir exprès ?

— Mais non, il était pris ailleurs !

Gemme secoua la tête. Après tout, elle n’était pas si étonnée de cette fin piteuse. Voilà ce qu’il arrivait quand on s’associait avec de tels abrutis !

Guenhwyvar rugit, sauta au milieu du campement, atterrissant entre les deux bandits restés ensemble. Gemme eut la sagesse de ne pas même tenter de résister au puissant fauve, elle leva les mains. Elle s’apprêtait à conseiller à ses complices de l’imiter quand elle entendit l’un d’eux s’effondrer. Il s’était évanoui.

L’autre n’avait même pas vu la panthère bondir. Il fonçait à travers la brèche dans les rochers et les broussailles, dans l’idée de laisser ses « amis » se battre tandis que lui s’enfuirait, comme plus tôt sur la route.

Il se fraya un chemin, plissant les yeux contre les branchages qui le giflaient, et crut à un moment remarquer une silhouette sombre sur le côté – avec des yeux violets intenses qui le scrutaient –, juste avant que la garde d’un cimeterre se lève et le frappe au visage, le jetant à terre.

Afficher en entier

Wulfgar avançait, le vent glacé rugissant sur sa droite. Le barbare se campait contre la pression gelée sur son épaule et sa tête. Il se trouvait en haut d’un col ; il n’appréciait guère cette position à découvert, mais le passage balayé par le vent était la voie la moins encombrée de neige, et de loin. Un ennemi aurait pu le voir à près de un kilomètre de distance, car il formait un unique point noir dans un océan de blancheur… d’un autre côté, l’adversaire aurait dû être capable de voler pour l’approcher, et disposer d’une étonnante puissance pour tenir dans les bourrasques !

Afficher en entier

Le rugissement de Guenhwyvar parut à Drizzt le son le plus réconfortant qu’il ait entendu depuis bien longtemps. Il perça du regard les draperies aveuglantes d’étoffe blanche qui lui frappaient le visage, vit l’énorme panthère noire debout sur une pierre saillante, les oreilles rabattues en arrière, le museau givré de neige glacée.

Il glissa – tomba – sur une trajectoire diagonale lui permettant de garder plus ou moins le vent dans le dos, et rejoignit Guenhwyvar.

Afficher en entier

Drizzt ne pouvait qu’essayer de deviner quelle direction choisirait l’ogre pour porter son coup dévastateur. S’il se trompait, il connaîtrait sa fin ! Dans la fraction de seconde qu’il avait pour se décider, tout se fit clair ; d’instinct, l’excellent guerrier analysa le style de combat du monstre. Sans conteste, il avait attaqué chaque fois par un coup diagonal de gauche à droite.

Le drow se déporta donc sur la gauche ; les anneaux magiques à ses chevilles accélérèrent encore son mouvement.

Afficher en entier

Catti-Brie et Bruenor restèrent sur la piste des ogres, en avançant prudemment, et répondirent aux signes de Drizzt qui eut alors la surprise de constater que le halfelin n’était plus avec eux : il courait vers la gauche, faisait lui aussi le tour de la bâtisse, mais de l’autre côté. Sa progression dans la neige était assez pénible, mais il atteignit finalement une zone où la roche avait été balayée par le vent. De là, baissé, il put se déplacer vivement vers l’arrière, d’ombre en ombre.

Afficher en entier

Sheila n’avait pas de mal à imaginer qu’on préfère ses intérêts à la loyauté envers un groupe quelconque ; elle ne pouvait sûrement pas attendre davantage de fidélité de la part de sa bande de brigands ! Elle ne conservait la cohésion de son équipage que par la peur et les promesses de gain, chacun sachant que son intérêt personnel était de demeurer sous sa férule… et aussi que, s’il voulait s’enfuir, il devrait affronter la fureur du chef pirate impitoyable et de ses proches lieutenants !

Afficher en entier

De grands tunnels se branchaient sur la voie principale, dont beaucoup escaladaient le mont en chemins tortueux, et d’autres, à niveau, formaient d’énormes cavités semées de gros rocs. L’elfe, qui avait l’habitude de la vie à la surface, y voyait d’innombrables images ! D’animaux, d’armes, d’amants enlacés, de vastes forêts… de tout ce que l’esprit pouvait concevoir. Le’lorinel était une créature des bois, de la lune, qui n’avait jamais auparavant mis le pied sous terre. Pour la toute première fois, il lui était donné de se faire une idée de ce que connaissaient les nains, les halfelins, les gnomes, enfin toutes les espèces ayant choisi le monde souterrain au lieu des étendues à ciel ouvert.

Afficher en entier

L’un approcha rapidement de Le’lorinel, un long couteau à la lame ébréchée en main. Ses intentions étaient bien moins sinistres qu’elles en avaient l’air : il passa derrière la chaise de l’elfe et trancha les cordes à ses poignets. Un autre sortit de l’ombre au fond de la salle, apportant ses vêtements ainsi que le reste de ses affaires, à l’exception des armes et de l’anneau enchanté. Les gardes paraissaient vraiment déçus ; leur proie pour l’instant épargnée détourna le regard de leurs grimaces désappointées.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode