Livres
482 012
Membres
468 392

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Depuis sa tour magique, Malchor les regarda partir. Il aurait aimé les accompagner, parcourir la route de l’aventure comme il l’avait si souvent fait au cours de sa jeunesse, suivant le bon chemin malgré les obstacles. Il savait que Harkle avait bien jugé la valeur de ces deux-là et qu’il avait eu raison de lui demander de les aider.

Le magicien s’adossa contre la porte de la tour. Hélas, le temps des aventures, celui passé à mener la croisade de la justice, était loin derrière lui désormais.

Malchor retrouva tout de même le sourire en songeant aux événements du jour. Si le drow et son ami barbare étaient une sorte de présage, alors il avait transmis le flambeau à des mains compétentes.

Afficher en entier

Lors de ma traversée vers le sud à bord de l’Esprit follet de la mer, le capitaine Deudermont m’a enseigné une meilleure façon de me comporter, il m’a fait prendre conscience, sans jamais prononcer un seul mot sur le sujet, qu’exiger d’un autre qu’il gagne votre respect est un acte arrogant en lui-même, puisqu’il vous met en valeur et implique que, par sa simple nature, votre respect vaut la peine d’être gagné.

Afficher en entier

— Son nom est Scintillante, déclara Malchor. Elle a été forgée par les elfes d’une époque lointaine.

— Scintillante, reprit en écho le drow.

Une lueur bleue illumina instantanément la lame. Drizzt ressentit un afflux soudain dans l’arme et prit conscience de son tranchant, soudain affûté. Il la fit tournoyer à plusieurs reprises, laissant une traînée de lumière bleutée à chaque geste. Comme elle fendait l’air avec facilité ! Comme elle trancherait aisément un ennemi ! Drizzt la glissa avec déférence dans son fourreau vide.

— Elle a été forgée par la magie des pouvoirs que tous les elfes de la surface chérissent, expliqua Malchor. Et par celle des étoiles, de la lune et des mystères de leurs âmes. Tu la mérites, Drizzt Do’Urden, et elle te servira bien.

Le drow fut incapable de répondre à un tel hommage mais Wulfgar, touché par l’honneur consenti par Malchor à son ami si souvent dénigré, parla pour lui.

— Veuillez accepter nos remerciements, Malchor Harpell, dit-il en ravalant l’impertinence qui avait marqué ses derniers actes.

Puis il s’inclina.

— N’oublie jamais ceci, Wulfgar, fils de Beornegar, lui répondit le magicien. L’orgueil peut être un outil efficace comme il peut te fermer les yeux et t’empêcher de voir les vérités qui t’entourent. Partez, maintenant, et reposez-vous. Je vous réveillerai tôt et vous raccompagnerai jusqu’à votre route.

Afficher en entier

Les bouches d’égout en fer alignées le long du Cercle des Bandits semblaient plus conçues pour bloquer les immondices sous terre que pour évacuer les ruissellements soudains lors des rares mais violents orages qui s’abattaient parfois sur la ville. Les compagnons choisirent une grille située dans la ruelle à l’arrière de l’auberge, hors de vue du passage principal mais suffisamment proche du bâtiment de la guilde pour leur permettre de s’orienter en sous-sol sans trop de problèmes.

Afficher en entier

Drizzt le quitta sans un mot de plus.

Il trouva les deux chambres, face à face au bout du couloir. Il avait l’intention de rejoindre directement Wulfgar et Bruenor et de se reposer un peu, espérant ainsi sortir dans les rues quand la nuit serait totalement tombée et Entreri vraisemblablement dans les parages. Cependant, il découvrit Catti-Brie, sur le seuil de la porte de sa chambre, qui apparemment l’attendait. Elle l’invita d’un geste à entrer et referma la porte derrière lui.

Afficher en entier

Il attendit que celui-ci soit parti pour regagner à pas furtifs le dernier étage. Les gardes postés devant l’ultime porte ne firent pas le moindre geste pour l’arrêter, bien qu’Entreri n’ait aucun souvenir d’eux datant de son ancien passage au sein de la guilde. Prudent, Amas avait sans doute fait passer le mot concernant le rang d’Entreri parmi les voleurs, lui accordant ainsi tous les privilèges dont il avait autrefois bénéficié.

Pas de tergiversation.

Afficher en entier

Le poteau suivant comportait les mêmes indications, tout comme un autre un peu plus loin. Quand ils eurent dépassé le cinquième, ils transpiraient tant que leurs vêtements étaient trempés et leurs yeux les piquaient. Quant à la ville, elle n’était plus en vue, perdue quelque part dans la chaleur poussiéreuse des hautes dunes. Ce voyage n’était pas rendu plus agréable par les montures. Les chameaux avaient mauvais caractère, qu’aggravait encore le fait qu’ils soient guidés par des cavaliers inexpérimentés. Celui de Wulfgar, en particulier, tenait ce dernier en piètre estime et, à l’image de ses congénères, préférait choisir son propre chemin. Le barbare devait sans cesse contraindre l’animal en le pressant de ses mains et jambes puissantes. À deux reprises, le dromadaire tourna la tête en arrière et envoya un crachat au visage de Wulfgar.

Afficher en entier

Il essayait encore de digérer la nouvelle concernant ses amis. À cet instant, il ne s’inquiétait pas de savoir dans quelle mesure leurs morts pourraient affecter son propre avenir – ou plutôt son manque d’avenir. Il ne pensait qu’à leur disparition. D’abord Bruenor à Castelmithral, puis Drizzt et Wulfgar, et peut-être aussi Catti-Brie. En comparaison, les menaces du Pacha Amas semblaient bien creuses. Quelles tortures pourrait-il lui faire endurer qui le fassent plus souffrir que la perte de ses amis ?

Afficher en entier

Wulfgar voulut parler mais ses mots ne purent franchir sa gorge serrée. Contrairement à Drizzt, le barbare n’avait jamais imaginé un seul instant que Bruenor puisse être encore en vie. Voir son mentor disparu, ce nain qui était devenu un père pour lui, ainsi ressuscité devant lui, était simplement trop inouï pour qu’il l’assimile. Il agrippa Bruenor par les épaules alors que celui-ci allait s’exprimer, le souleva de terre et l’étreignit de toute sa force d’ours.

Le nain dut se tortiller plusieurs secondes avant de pouvoir se libérer quelque peu et de nouveau respirer.

Afficher en entier

Pinochet avisa le vaisseau le plus volumineux et évalua sa position par rapport à leur cible. La catapulte pourrait tirer deux fois, peut-être trois, avant que leur proie se colle au bâtiment qui les bloquait dans le passage. Le propre vaisseau de Pinochet se trouvait encore à plusieurs minutes du feu de l’action et le pirate s’interrogeait sur l’étendue des pertes que Deudermont infligerait à ses alliés avant qu’il soit en mesure de les aider.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode