Livres
469 864
Membres
437 787

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Russkoffs



Description ajoutée par maxiime 2010-07-21T18:58:33+02:00

Résumé

Le petit Rital de la rue Sainte-Anne a grandi. Septembre 1939 : il vient d'avoir seize ans. Une année mémorable. Les six qui suivent sont pas mal non plus. Pour lui et pour beaucoup d'autres.

Afficher en entier

Classement en biblio - 49 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par serdj 2018-07-26T20:00:59+02:00

Nuit sur le Quarante-trois. Les presses dorment, les grosses machines aussi, les fours aussi. Dans un coin ronflent les petites machines aux boules de gomme. Des dizaines de rangées de dizaines de boules de gomme blanches bien alignées, chaque boule de gomme éclairée d'en dessous par la petite lampe de la machine. De temps en temps, une fille se lève, traîne ses semelles de bois jusqu'aux chiottes ou va plonger son quart émaillé dans le seau d'eau tiédasse. Seules, les babas font les douze heures de nuit. Et aussi les manœuvres, bien sûr, pour leur transporter la ferraille. L'Abteilung est un cube de nuit, un gros cube noir découpé dans la nuit et le silence. Dans un coin de cette nuit, les petites lumières devant les boules blanches. Et les machines qui ronflent doucement. Et les têtes rondes courbées dessus. On dirait des mères devant leur machine à coudre, des mères pauvresses profitant de ce que le gosse dort, et justement il ne dort pas, le gosse, et du fond de son lit il regarde sa mère qui coud dans la nuit, cent, deux cents mères qui cousent.

Et voilà qu'une fille lance un appel de gorge, un appel tendre et modulé jailli de sa gorge dans la nuit. L'appel monte dans la nuit, fait son chemin dans la nuit, tout seul, éperdu de passion contenue, rauque, violent, quémandeur. Et c'est si beau que le poil te dresse sur le dos.

Une autre voix sort de la nuit, s'élance et monte tout droit dans la nuit, cherche la première, la poursuit, la rejoint, l'enlace, ne la lâche plus. Elle est limpide et caressante, celle-là, elle est coquette, elle défie l'appel poignant de tigresse en rut, l'agace, le mord, se dérobe, revient, prend toute la place tandis que l'autre s'efface et la soutient, et toi tu écoutes, tu n'es qu'écoute, tu laisses tomber le chariot que tu poussais, tu écoutes.

Et, l'une après l'autre, paresseusement, les voilà toutes qui s'étirent et rejoignent le duo, y prennent sagement leur place, ou bien se lancent sur un coup de tête, comme en transes, et bousculent tout, et il faut bien que ça suive. Les placides et les échevelées, toutes chantent, et chantent, et chantent. La nuit de cambouis s'illumine, somptueuse et barbare comme un tapis d'Orient. Le Meister est sorti de sa cage, les Vorarbeiter restent plantés là, le chiffon ou l'outil au bout du bras, les deux Werkschutz de ronde s'appuient à un poteau, et sur les joues de ces Allemands coulent de grosses larmes de bonheur. Et sur les miennes, donc!

Ce sont des paysannes qui chantent, des filles qui n'ont plus rien à elles, plus rien que la joie fugace de faire ensemble quelque chose de très beau.

Quoi qu'il arrive, j'aurai connu ça, moi.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par serdj 2018-07-26T20:07:17+02:00
Or

Un livre très beau, très grave, beau comme l'amour de François et de Maria, la russe, tous deux prisonniers des allemands, grave comme cette putain de guerre que Cavanna sait si bien décrire de l'intérieur.

François et Maria seront séparés, jamais il ne la retrouvera, bien qu'il l'ai cherchée tout sa vie. Avec les Russkoffs, livre injustement méconnu, il signe l'un de plus beaux récit d'amour sur fond de guerre qui aient jamais été écrits.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vladilena 2012-08-13T17:18:51+02:00
Or

La plume de Cavanna est toujours aussi fluide, agréable à lire, avec un discours à la fois très oral dans sa forme, et parfois très grave, poétique, visuel dans sa teneur. Cavanna raconte, avec le langage de tous les jours, comme s'il était face à nous, son vécu en cette année 1939, le STO, les horreurs de la guerre. On a parfois l'impression d'être dans la tête de l'auteur tellement son discours donne une impression d'instantané, de cheminement mental sous forme de présent narratif. Cavanna, une plume que j'adore, un auteur trop peu connu, un personnage exceptionnel. A découvrir.

Afficher en entier

Date de sortie

Les Russkoffs

  • France : 2018-01-08 - Poche (Français)

Activité récente

serdj l'ajoute dans sa biblio or
2018-07-26T20:02:05+02:00
Xiaoyu l'ajoute dans sa biblio or
2018-03-01T19:42:02+01:00
Lison50 l'ajoute dans sa biblio or
2017-09-27T15:44:23+02:00
MathS6 l'ajoute dans sa biblio or
2016-03-25T19:53:20+01:00

Les chiffres

Lecteurs 49
Commentaires 2
Extraits 2
Evaluations 7
Note globale 8.71 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode