Livres
625 582
Membres
732 633

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Sables d'Arawiya, Tome 1 : Chasseurs de flamme



Description ajoutée par Shiravee 2022-09-26T11:40:31+02:00

Résumé

Les gens vivaient parce qu'elle tuait.

Les gens mouraient parce qu'il vivait.

Zafira est la Chasseuse. Elle se déguise en homme lorsqu'elle brave la forêt maudite de l'Arz pour nourrir son peuple.

Nasir est quant à lui le prince de la Mort, assassinant ceux qui sont assez stupides pour défier son tyran de père, le sultan.

Si Zafira était démasquée et sa nature féminine exposée, tous ses actes seraient décriés. Il en va de même pour Nasir qui serait brutalement puni par son père si celui-ci découvrait la compassion dont fait preuve son fils.

Ils sont de véritables légendes dans le royaume d'Arawiya, mais aucun d'entre eux ne veut de cette gloire.

Alors que la menace d'une guerre grandit et que l'Arz étend son ombre de jour en jour, Zafira et Nasir sont envoyés chacun de leur côté récupérer un artefact perdu qui restaurerait la magie dans le royaume. Le fils du sultan est chargé d'une mission supplémentaire : éliminer la Chasseuse.

Mais au cours de leurs voyages respectifs, un autre mal terrifiant semble émerger et l'objet qu'ils recherchent pourrait s'avérer plus dangereux qu'ils ne l'imaginent.

Afficher en entier

Classement en biblio - 205 lecteurs

extrait

He was a mess of scars like the sky was a mess of stars.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Lu aussi

3/5

C'est une déception.

Chasseurs de Flamme est une saga que j'avais hâte de commencer. J'en entendais parler depuis un moment sur les réseaux sociaux, et le synopsie était très prometteur avec ce mélange de fantasy et de Moyen-Orient. J'étais persuadée que j'allais adoré mais j'ai finalement l'impression d'être passée à côté de ma lecture. Peut-être que mes attentes vis-à-vis de ce premier tome étaient beaucoup trop élevées. Mais je dois reconnaitre qu'il faut aussi voir les choses comme elles sont. Il y avait malheureusement beaucoup trop d’éléments qui n'ont pas réussi à rendre cette lecture plus appréciable. Même si dans le fond celle-ci reste satisfaisante, j'en attendais bien plus.

Je tiens quand même à le préciser : l'histoire avait absolument tout pour plaire. Malheureusement, Hafsah Faizal n'a pas du tout réussi à construire et développer son intrigue pour la rendre beaucoup plus mémorable. Au final, j'ai l'impression d'avoir lu quelque chose d'assez fade avec un potentiel inexploité. A mes yeux, le principal problème vient du fait que l'histoire ne parvient pas à trouver son rythme. Le début est particulièrement lent et pas forcément intéressant. On s'attarde beaucoup trop longtemps sur une introduction peut consistante sur la vie des personnages. Quand les choses commencent enfin à bouger, c'est pour finalement retomber sur des longueurs. Enfin, la dernière partie est une succession de scènes qui ne parviennent pas à trouver un semblant de sens à mes yeux. J'ai eu l'impression que, par manque de temps, les rebondissements s'enchainaient beaucoup trop vite. Je devais parfois revenir en arrière pour essayer de comprendre comment les personnages s'étaient retrouvés dans telle ou telle situation. L'ensemble manquait aussi d'originalité.

Mais ce n'est pas le seul problème.

Je n'ai pas réussi à comprendre pourquoi Hafsah Faizal avait besoin d'amener aussi rapidement la romance. Notre héroïne, Zafira, a absolument toutes les raisons pour détester Nasir. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais je m'attendais vraiment à ce qu'elle soit beaucoup plus virulente et acerbe avec lui. Pourtant, l'attirance entre les deux personnages s'installe assez rapidement. Autant vous dire que je n'ai clairement pas adhéré à ce rapprochement qui m'a paru un peu surréaliste et mal amené. Je ne peux pas dire que l'alchimie était inexistante, mais elle n'était clairement pas dingue. Du côté des personnages, je dois avouer que je n'ai pas forcément réussi à m'attacher à eux. J'attendais des personnages principaux beaucoup plus charismatiques au vue de leurs descriptions. J'aurais aimé les voir davantage à l’œuvre quant à leurs capacités.

Le dénouement de ce premier tome de Chasseurs de Flamme n'a pas forcément réussi à m'offrir une fin insoutenable. J'avais pour espoir que celle-ci me donne envie de continuer cette saga. Je pense quand même le faire, mais ce ne sera clairement pas une priorité. Le livre reste satisfaisant à lire, mais ne vous attendez pas à quelque chose d'exceptionnel.

Afficher en entier
Diamant

J'ai adoré ce livre !

Que ce soit l'univers, les personnages ou la plume de l'auteur, pour moi ce livre est un vrai chef-d'œuvre et je le recommande grandement !!!

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Lecture sympa mais dont j'attendais bien plus. Les réseaux sociaux ont tellement vanté et mis en avant cette histoire que je m'attendais à une pépite. Ainsi même si l'histoire est intéressante, l'univers riche et complexe, il me manque quelque chose, d'autant que le livre n'est pas sans défaut.

L'intrigue commence au bout de 200 pages. 200 pages d'exposition où l'on est censé s'attacher aux personnages mais qui n'ont pas su me convaincre. On s'attache bien plus a eux lorsque la bande se forme enfin.

Je recommande tout de même la lecture, ne serait ce que pour le folklore, qui change des histoires tres centrés sur les mythes occidentaux.

Gros point positif : Altaïr, dont l'humour et le caractère en font le personnage le plus attachant et touchant de toute l'équipe.

Dans le même style, et peut être un peu mieux je recommande chaudement La cité de Laiton, sortie il y a deux ans maintenant ou encore Rozenn.

Afficher en entier
Argent

Le livre, avant même de commencer le roman en lui même, s’ouvre sur une préface de l’auteur, poignante, où elle nous dévoile ses origines et son combat quotidien contre le racisme et le sexisme, contre ceux qui n’entendent pas qu’elle porte le voile par choix. Ce roman est le symbole de son combat, de sa voix qu’elle veut faire entendre, et de sa culture qu’elle veut faire comprendre.

Arawiya est un pays situé dans une Arabie fantastique, composé d’une mer intérieur entouré de 5 califats et d’un immense désert qui sépare 2 d’entre eux. Et bordant cette mer, l’Arz, une forêt sombre, impénétrable, d’où personne ne revient. Sauf Zafira. Habitante du califat de Demenhur, elle est censé rester sage, ne pas faire un pli, ne pas lever la tête, ne pas ci, ne pas ça. Surtout, elle n’est pas censé chasser, c’est réservé aux hommes, et surtout pas dans l’Arz qui tue ou rend fou.

Alors pour son peuple, ça n’est pas Zafira qui part chasser, mais une figure beaucoup plus mystérieuse, le Chasseur. Le Chasseur est aimé dans son village, parce qu’il permet d’avoir plus de viande, plus de peaux, qui manquent cruellement dans ce califat constamment enneigé depuis la disparition des Six Sœurs qui offraient la magie à Arawiya il y a près d’un siècle.

De retour d’une expédition dans l’Arz, Zafira rencontre une femme mystérieuse, auréolée de blanc et d’argent, qui semble voir à travers son déguisement comme si c’était un mauvais costume d’enfant. Cette femme lui confie une tâche, périlleuse, incertaine, mais si Zafira réussi, elle permettra à la magie de revenir sur les terre d’Arawiya : il faut traverser l’Arz, traverser la mer intérieur pour se rendre sur l’île de Sharr où les Six Sœurs ont été tuée et retrouver le Jawarat, le Bijou perdu, qui est un livre contenant la magie.

Chaque chapitre s’alterne en deux points de vue. L’autre protagoniste est Nasir, prince d’Arawiya, et hashashin au service de son père le sultan. Il tue les ennemis de son père afin que sa colère ne se retourne pas contre lui. Car il n’est secret pour personne que le sultan a changé. Artisan de la mort de son épouse, sultane avant lui, il dénigre Nasir dès qu’il peut. C’est donc un personnage aux sombres pensées que nous suivons un chapitre sur deux. Nasir n’obéit à son père que parce que celui-ci a trouvé sa faiblesse, le mollesse de son cœur compatissant, après avoir usé son corps jusqu’à ce qu’il ne s’émeuve plus des corrections. Car si Nasir manque à son devoir, c’est un être aimé, un être faible ou tout autre personne à laquelle Nasir aura malencontreusement montré un peu de compassion qui sera corrigé à sa place.

Il est donc pieds et poings lié ; et un peu plat quand il est seul. On ne lui découvre quelques couleurs que lors de ses interactions avec les autres, et notamment le général Altaïr, à peine plus âgé que lui, qui croque la vie à pleines dents, semble parfaitement au courant de ce que subit le Prince, et ne se réjouit jamais plus que lorsqu’il arrive à l’énerver.

Et Nasir doit également se rendre sur Sharr pour récupérer le Jawarat, sur ordre du sultan, qui lui indique également qu’il doit y tuer Altaïr, et le Chasseur envoyé par la Sorcière d’argent, et tous ceux qui se mettront en travers de son chemin pour prendre possession du précieux livre.

La première partie est assez longue, du moins, c’est comme ça que je l’ai ressentie, des choses se passent, mais de très petites choses à chaque fois. Les chapitres sont parfois très court, à peine une scène, dans laquelle il va se passer quelque chose d’intéressant, mais quand on arrive au prochain chapitre du protagoniste, c’est la suite directe et la scission est vraiment dommage, d’autant que le chapitre intermédiaire peut facilement être rattaché au chapitre précédent ou suivant. Bref, le découpage m’a parfois laissée perplexe et je n’avais parfois pas le temps de m’immerger dans une scène que le chapitre changeait déjà. Normalement, un rythme soutenu de changement de scène pourrait provoquer un sentiment d’urgence, ou de rapidité dans les actions, mais ce n’est pas ce qui semblait devoir ressortir de ces chapitres.

Dans cette première partie donc, il est fait mention d’un intérêt romantique de la part de Nasir envers une servante, qui a par ailleurs subit la colère du sultan en punition au prince, mais il la rejette depuis — probablement pour la protéger.

Du côté de Zafira s’est plus compliqué. Elle sait qu’elle ne peut pas s’attacher à un homme s’il ne sait pas qu’elle est le Chasseur. Il y en a un, Deen, qui sait, qui est son ami, et même qui la demande en mariage ! Mais Zafira refuse à cause de la quête qui l’incombe. Elle n’est pas certaine de ses sentiments, elle ne s’est jamais vraiment posé la question, son devoir était plus important, de plus elle ne sait pas si elle reviendra vivante, elle ne veut pas gâcher quelque chose avec lui. En ça, elle est bien construite. Elle ne tombe pas amoureuse à la première demande en mariage venue.

Spoiler(cliquez pour révéler)Non, je trouve que c’est pire. Deen, qui est venu sur Sharr aussi, rencontre un destin tragique ; Zafira est en deuil ; Nasir se sent coupable alors que ce n’est pas sa faute. Que Nasir commence à éprouver des sentiments pour elle, ça ne me dérange pas, il admire son courage, sa détermination, et surtout le fait qu’elle se fiche bien qu’il soit un prince et le traite comme s’il était une personne banale, sans le mettre sur un piédestal ; surtout après les différentes trahisons qu’il subit, le besoin de se raccrocher à quelque chose, à la seule personne en qui il arrive à faire confiance, même si elle se méfie d’elle, ça ne m’a pas choquée.

Spoiler(cliquez pour révéler)Mais Zafira, qui est en deuil… Disons qu’il y a quelque chose de décalé dans le fait qu’elle commence, elle aussi, bizarrement, à entrevoir autre chose qu’un prince orgueilleux en la personne de Nasir. Ça tombe trop bien, je dirais. Spoiler(cliquez pour révéler)Bien sûr, elle a quelques sentiments conflictuels du fait qu’elle vient de perdre Deen, mais elle pense que c’est Nasir qui est responsable du sort de son ami, alors je trouve qu’elle a mit trop vite sa colère de côté.

Peut-être que c’est une question de préférence, mais les tropes « ennemies to lovers » (« d’ennemis à amants ») sont plus réaliste quand ils passent par une phase intermédiaire « ennemies to friends to lovers » (« d’ennemis à amis à amants »), de mon point de vue. Les relations sentimentales sont plus vite expédiées que ce que j’apprécie.

Dans l’ensemble, c’est un très bon roman ; les thèmes de la misogynie, des violences physiques et psychologiques d’un parent sur un enfant et de leurs résultats, la manipulation et la trahison, sont abordés avec justesse et délicatesse. Le cadre est particulier, parce qu’il ne m’a pas semblé qu’on ait l’habitude de trouver de monde arabe fantastique, mais connaissant un tout petit peu la culture décrite, j’ai trouvé ça très beau.

J’ai apprécié trouver tous ces mots d’arabe au fil du roman, ils ne m’ont pas dérangée parce que j’ai trouvé qu’ils étaient tout à fait compréhensibles sans avoir à les traduire directement en bas de page, ou alors ils étaient dit juste après d’une façon différente. De plus, ils étaient inscrits en italique, ce qui fait comprendre que ce sont des mots étrangers. (Il y a un glossaire à la fin, mais comme j’ai lu en numérique, ça n’est pas simple à trouver)

Cependant, ils n’étaient pas les seuls mots en italique, et les autres mots en exergues auraient eu beaucoup plus d’impact si je n’avais pas pensé, en voyant la typographie, que c’était des mots en arabe et non des mots simplement mis en avant. Et il y a beaucoup (trop) de mots en exergue alors qu’on a déjà les mots en langue étrangère dans la même typographie. Bref, ça n’était parfois pas facile à lire.

Quoiqu’il en soit, je recommande la lecture de ce roman, qui pose des bases très intéressantes pour la suite. L’héroïne n’a pas froid aux yeux, elle essaie de balayer les limites qu’il y a à être une femme dans son monde, tout en tentant de comprendre quelles sont ses propres limites.

Afficher en entier
Argent

Que dire ? Que faire ? Quand une lecture tant attendue n’est pas à la hauteur ? Quand j’ai fait la demande de SP à de Saxus, j’étais impatiente, le résumé était très engageant !

J’avais eu connaissance d’avis élogieux, peu de reproches. Tous les feux étaient verts Trop d’attentes de ma part peut-être, ça n’a pas été une mauvaise lecture loin de là mais je me suis un peu sentie seule face à ma désillusion ! Tout le monde hurle au coup de cœur et moi je suis là avec mon 3 /5 !

La romance m’a laissée complètement indifférente … La faute à Nasir personnage principal que j’ai trouvé fade en comparaison à Altair ( ). Le potentiel de cette romance entre Zafira et Nasir était digne des meilleures Enemies to lovers mais la sauce ne prend pas. Cette rencontre promise en lisant le résumé débute trop tard, ça ne laisse pas le temps nécessaire pour rendre cette histoire d’amour crédible. Tout va trop vite … alors que tout a démarré trop tard.

Cela dit si j’omets l’aspect romantique du roman, cette lecture m’a fait voyager . Le champ lexical provenant de la langue arabe apporte énormément d’enrichissement à cette fantasy orientale ! Grâce à cette excursion dépaysante, entre Sahara, folklore et mythes l’autrice a su créer un univers exotique et immersif ! Je lirais la suite, je suis très intriguée par les protagonistes secondaires ainsi que les dernières pages du roman

Afficher en entier
Lu aussi

L’idée est bonne. La plume est poétique. Mais l’immersion est difficile du début jusqu’à la fin de ce roman. Il s’agit du premier ouvrage de l’autrice. Je suis certaine que la suite sera meilleur.

Afficher en entier
Bronze

Il s'agit pour moi d'une deception mais aussi un bon moment de lecture.

Compliqué hein?

J'ai adore l'univers très unique que l'auteur réussit à nous décrire. Je m'y suis plongé dedans sans souci et avec délice.

Zafira est un véritable coup de coeur. Son côté chasseuse est juste impressionnant. Elle est forte et en même temps peureuse. Elle a peur de pas être à la hauteur. De perdre ses soeurs et son meilleur ami. Peur d'affronter sa mère. Mais surtout peur que l'on découvre qu'elle soit une femme. Que tout ce qu'elle a pu accomplir soit éplucher et qu'on fasse d'elle un monstre.

Nasir est l'héritier de la couronne sans l'être. Son père n'a aucune considération pour lui. Il est une ombre qui vit au palais. Tout le monde le craint, car son père a fait de lui un des tueurs les plus prolifiques du royaume.

L'univers rempli de magie perdue, de magie interdites, de patriarcat est sublime.

Je n'ai pas réussi à comprendre pourquoi l'auteure avait besoin d'amener de la romance. Notre héroïne, Zafira, a absolument toutes les raisons pour détester Nasir. Pourtant, l'attirance entre les deux personnages s'installe assez rapidement. Je n'ai pas adhéré à ce rapprochement qui m'a paru un peu surréaliste et mal amené. L'attirance oui mais l'amour non. Je trouve cela un peu trop rapide et sur-réaliste.

Le rythme peut paraître un peu lent mais ça ne m'as pas dérange car cela permet selon moi de bien installé l'univers.

Voila pourquoi c'est une déception mais aussi une pépite.

Afficher en entier
Or

J'ai été conquise par cette fantasy orientale qui nous fait voyager et rêver. Un monde où les califats sont gouvernés par un sultan devenu cruel depuis la mort de sa femme, mi-humaine mi-immortelle. A tel point qu'il se se sert de son fils pour en faire un Assassin. Or, celui-ci a dû mal à se défaire d'une certaine compassion. Mais c'est Zafira que nous allons d'abord découvrir. Femme dans un qualifat où celles-ci n'ont aucune considération, car leur qualife considère que les légendaires Six Soeurs sont responsables de la ruine de tous les qualifats, de la disparution de la magie et de l'avancée d'une forêt dont personne ne ressort vivant ; exceptée Zafira, obligée de se déguiser en homme, pour chasser et nourrir son village. J'ai beaucoup aimé la complexité des personnages, leurs relations ambiguës, l'odyssée qu'ils vont être obligés d'entreprendre et les lourds secrets que chacun cache. Obligés de trouver un artefact puissant, nos deux personnages principaux vont être accompagnés d'autres personnages tout aussi intrigants. Il y a peut être quelques longueurs mais les rebondissements, les combats et les créatures maléfiques sont bien présents et à chaque détour un danger peut les surprendre. Nous allons de révélations en révélations sur les personnages, ce qui change régulièrement la donne et nous laisse sur un clifhanger qui promet une belle suite !

Afficher en entier
Argent

Je suis très mitigée. Autant j'ai eu un gros coup de cœur pour l'univers et le folklore de ce premier tome qui était vraiment bien amené avec un décor très dépaysant, le vocabulaire qui allait bien (j'aurais d'ailleurs préféré des notes en bas de page plutôt qu'un lexique) autant je n'ai pas du tout accroché à la plume de l'auteure.

C'est très subjectif, mais malheureusement ça m'a parfois fait un peu décrocher, d'autant que le rythme de ce livre est assez inégal.

Pour ce qui est de l'intrigue, certaines péripéties m'ont semblé un peu bancales, voire hasardeuses, un peu comme si l'auteure avait voulu faire du remplissage juste pour amener les personnage du point A à un point B, alors que d'autres étaient au contraire très bien, c'était un peu frustrant ...

Pareil pour les échanges entre les personnages qui manquaient parfois un peu de crédibilité et de cohérence.

J'ai tout de même passé un bon moment, mais principalement grâce à l'univers.

Afficher en entier
Argent

Le début de ma lecture a été très compliqué.

L'univers est très riche, pourtant, je ne parvenais pas à m'en faire un image claire dans ma tête.

Il aura fallu attendre que la quête commence pour que je plonge dedans !

Et à partir de là, j'ai réellement accroché.

L'ensemble reste complexe. Les personnages sont pleins de secrets et si certains ne peuvent mentir, ils peuvent aisément manipuler les mots à leur guise.

Ces personnages sont également complexes. Sombres pour ma plupart, avec des nuances qui apparaissent au fil du temps.

La fin laisse attendre une suite sombre également.

Je m'étais doutée des tous derniers mots, mais j'ai envie de savoir comment cela va évoluer.

Afficher en entier
Lu aussi

Cela doit faire des années que je lorgne sur ce titre en VO, si bien que l’annonce de sa traduction prochaine m’a comblée de joie. Je ne compte plus le nombre d’avis dithyrambiques que j’ai vu circuler sur les réseaux sociaux. J’ai eu l’occasion de le lire non seulement grâce à Netgalley et aux éditions De Saxus (que je remercie pour cette lecture), mais aussi en lecture commune, ce qui s’est révélée être une bonne expérience parce que connaître les avis d’autres lecteurs et lectrices au même moment s’est avéré judicieux … Je me sentais ainsi moins seule dans ma déception. Cela n’a pas été une mauvaise lecture mais malheureusement je dois dire qu’elle m’a laissée complètement indifférente. Cette absence d’implication et d’enthousiasme m’a énormément déçue parce que j’avais beaucoup d’attentes sur cette saga.

Le potentiel était énorme. Une héroïne chasseuse dont la renommée dépasse les frontières de son pays mais qui cache son identité parce que les droits des femmes ne sont pas respectés … Un prince héritier assassin traumatisé qui est obligé de tuer et n’éprouve pas de remord à ce sujet … Un univers riche, une mythologie intéressante, une intrigue qui repose sur un mystère autour de la disparition de la magie … Une romance ennemies-to-lovers … Hélas, le résultat s’est avéré nettement moins palpitant.

Le point fort du roman réside dans la richesse de l’univers. Pourtant, on en sait trop peu.

Il est vrai que les pages défilent toutes seules. Les chapitres sont courts, ce qui est bénéfique au rythme de l’histoire. On a l’impression d’avancer, alors même qu’il ne se passe pas toujours grand-chose. Si j’apprécie les rythmes lents en fantasy, je dois avouer que tout ce qui était raconté n’était pas forcément intéressant. Il y avait pas mal de répétitions sur les personnages et des phrases alambiquées qui ont fait que j’ai lu en diagonale certains passages. Les péripéties dans la deuxième partie de l’histoire m’ont semblée vide de sens. Comme si c’était des étapes obligées dans la quête, « aller une attaque par-ci », « hop une attaque par des hyènes mythiques » … Ce n’était pas ennuyant, mais ce n’était pas passionnant non plus.

Toutefois, il y a un problème de cohérence qui m’a nettement plus dérangée. C’est au niveau des relations entre les personnages. Durant la quête de Zafira, un groupe se forme avec des membres d’autres nations, notamment Altaïr, le général du sultan, et Nasir, le prince héritier. L’autrice essaie de nous faire comprendre qu’une certaine complicité et rapprochement a lieu entre les membres du groupe. Cependant, on a du mal à y croire. On a énormément de mal à comprendre le comportement et les sentiments de Zafira sur la question. Parce qu’il s’est passé un événement grave qui a ébranlé l’héroïne et qui est directement lié à Altaïr et à Nasir. On ne comprend pas l’affection qu’elle ressent pour Altaïr et encore moins l’amour qu’elle éprouve pour Nasir … En toute logique, Zafira devrait se montrer beaucoup plus virulente, glaciale et rancunière envers eux. Au lieu de ça, on a l’impression qu’elle fait l’impasse sur ce qu’ils ont fait. L’autrice en fait mention à plusieurs reprises mais ça n’a pas de sens avec ce qui se passe. La romance n’a aucune raison d’être, hormis l’attirance qu’ils ont l’un pour l’autre. Et une attirance physique, ce n’est pas de l’amour … A aucun moment, il n’y a suffisamment d’échanges importants entre eux pour justifier la naissance de tels sentiments. Cela parait surréaliste tant c’est mal amené. J’aurais préféré que la relation se construise plus lentement et que la romance se développe dans les autres tomes.

Par extansion, je ne me suis guère attachée aux personnages. Il arrive parfois certaines choses aux personnages secondaires mais on est tellement peu impliqué émotionnellement qu’on ne ressent rien. Au vu de tout ce que je lisais sur les deux protagonistes, je m’attendais à les aimer et au final, ils ne m’ont fait ni chaud, ni froid. Ce qui leur arrivait me laissait complètement de marbre … ce qui rend, vous en conviendrez, la lecture nettement moins appréciable.

A l’heure actuelle, j’ignore encore si je lirais la suite. Je suis déçue de moi-même d’être passée à côté de cette lecture que j’attendais avec tellement d’impatience. Je n’ai aucun doute qu’elle saura conquérir le cœur d’autres lecteurs et lectrices qui auront une lecture différente de la mienne avec des attentes différentes. Même si je suis frustrée, je souligne que cela n’a pas été une mauvaise lecture. Par conséquent, je vous invite fortement à vous forger votre propre avis et à vous lancer si vous êtes curieux/curieuse !

Afficher en entier
Argent

Aaah Chasseurs de flammes. S’il y en avait bien un dont j’attendais la traduction, c’est ce livre.

La fantasy orientale me plaît beaucoup et n’ayant pas l’habitude, je la trouve très dépaysante.

Ça partait vraiment bien : des personnages forts et tourmentés, une jeune femme qui, pour sauver son peuple, se grime en homme parce que si non, elle n’aurait pas le droit de faire ce qu’elle fait. Un prince assassin qui essaie de réprimer les élans de son cœur pour suivre ses ordres. Une quête pour rechercher un artéfact pour sauver le monde. Des créatures magiques, certaines horribles et monstrueuses, d’autres absolument féeriques. Un groupe qui peut pas se blairer mais dont chaque membre se retrouve à se battre aux côtés des autres.

J’ai adoré la plume aussi. Elle fait participer le lecteur, lui laissant comprendre par lui-même certaines choses sans lui donner tout, cuit dans le bec. Elle traduit bien les émotions de chacun et nous fait comprendre leurs motivations et leurs sentiments sans superflu.

Le folklore est très présent. J’ai été confrontée à tout un tas de créatures magiques, certaines que je connaissais, d’autres qui ont été découvertes.

Toute la première moitié du livre, j’ai été très plongée dans l’histoire. Mais la deuxième moitié, surtout la fin en fait, m’a laissée confuse. Tout allait trop vite a mon goût. Je ne comprenais plus trop les actions et les revirements ni même l’enjeu de la quête et le fonctionnement de la magie et il y avait beaucoup (trop) de révélations dont certaines m’ont semblé sorties du chapeau.

J’ai gardé une impression de précipitation qui me fait dire que je devrais relire certains passages quand la suite sortira. Parce que je lirai la suite, pour sûr !

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Les Sables d'Arawiya, Tome 1 : Chasseurs de flamme" est sorti 2022-10-04T12:02:42+02:00
background Layer 1 04 Octobre

Dates de sortie

Les Sables d'Arawiya, Tome 1 : Chasseurs de flamme

  • France : 2022-10-04 (Français)
  • USA : 2019-05-14 (English)

Activité récente

Eva598 le place en liste or
2022-11-24T23:13:01+01:00
Hazora le place en liste or
2022-11-24T00:56:01+01:00

Titres alternatifs

  • We hunt the flame (Sands of Arawiya #1) - Anglais
  • We Hunt the Flame (Sands of Arawiya #1) - Anglais

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 205
Commentaires 25
extraits 21
Evaluations 93
Note globale 8.1 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode