Livres
470 056
Membres
438 126

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par pusul 2018-10-07T09:23:03+02:00

Elle était morguenne, et elle aimait les femmes. Pour chacune de ces deux raisons, elle pouvaient être condamnée à mort de plein de façons différentes dans plus de la moitié de l'Empire. Et clouée au pilori, exorcisée ou marquée au fer rouge dans pas mal d'autres coins.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Choupaille 2017-06-28T23:07:41+02:00

Le dos cuisant, le souffle court, Maëve se remit debout avec peine. Le deuxième homme la surprit dans cet état. Il lui saisit la gorge de sa main griffue et commença à l'étrangler. Maëve lui agrippa le poignet, mais, au lieu de tirer loin d'elle, elle fit appel à son don. Le sel s'élança telle une matière vivante sur le bras du brigand, remonta le long de son épaule, plaqua un masque blanc sur son visage, lui entra dans les sinus, entre les lèvres, l'empêchant de respirer. Son corps s'amollit puis s'effondra. La jeune femme hoqueta et massa sa nuque endolorie, où les doigts du brigand avaient imprimé une marque bleue. Le troisième bandit, celui qui boitait, arriva sur ces entrefaites. Il marqua un arrêt à la vue de ses camarades morts, l'un d'eux étouffé par un masque blanc surnaturel. Maëve grimaça.

- Je suis une morguenne, lança-t-elle comme un va-tout. Une sorcière des Havres. Si tu ne veux pas finir mort à mes pieds, je te conseille de détaler et d'oublier que tu m'as vue. Si tu me trahis, je le saurai.

Le brigand déglutit. Malgré son maquillage, Maëve devina qu'il était jeune, plus que ses amis morts sans doute. Impressionné, aussi. Les sorcières étaient mal considérées hors des Havres, leurs pouvoirs craints et méconnus. Si elle se montrait convaincante, le garçon goberait ses bobards. Il valait mieux, car elle ne tiendrait pas un combat de plus.

Elle s'était mordue la joue pendant que l'autre l'étranglait. Quelques gouttes rouges maculèrent la commissure de ses lèvres. Sans quitter son adversaire des yeux, Maëve s'essuya d'un revers de la main, puis lui adressa un rictus démoniaque. Avec un cri étranglé, le garçon se sauva loin d'elle.

Alors, seulement, Maëve laissa la douleur la submerger.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode