Livres
458 531
Membres
412 125

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Chapitre 3 :

«…

— Eh bien… dans mon souvenir, nous avions pourtant parlé de chasser uniquement de animaux, s’esclaffa Édric qui avait reconnu Finette. Est-ce que je me trompe, maître d’armes ?

Arthus se contenta pour toute réponse d’un léger sourire ironique.

— Détale vite ! Conseilla Édric à Finette. Je ne sais pas combien de temps je pourrai retenir le bras hardi de mon homme de confiance, plaisanta le jeune seigneur.

Avec satisfaction, il venait de constater l’absence de dépouille accrochée à la selle de Willibert.

— Il manque singulièrement d’humour lorsqu’il rentre bredouille, ajouta-t-il.

Finette regarda une dernière fois les trois hommes, puis rebroussa lentement chemin en marchant à reculons, tant elle hésitait à tourner le dos à celui qui avait failli l’envoyer dans l’autre monde.

— Tu as raison d’être prudente. Continue ainsi, se moqua Édric. Avec lui, tout peut arriver.

Une fois Finette suffisamment éloignée, il s’adressa à son ami.

— Cette femme est jolie, pourquoi voulais-tu la transpercer ?

— Tu m’as vu ? Dit-il mortifié.

— Non, mais j’ai tout entendu. Tu as braillé si fort que les oiseaux ont cessé de chanter.

Willibert fut dépité de voir deux lièvres et trois faisans pendre mollement à la selle d’Édric.

— Ne me dis pas que tu as encore gagné ?

— Alors, je me tais.

...»

Afficher en entier

Chapitre 1 :

«…Depuis peu, il avait même été officiellement mis dan la confidence de leur inclination amoureuse. Même si cette révélation n’en avait pas été vraiment une, puisqu’il le entendait chaque nuit faire l’amour. Depuis, il protégeait ce secret comme s’il en était le sien.

— Ne sois pas jaloux, Willi, ton heure de gloire sonnera prochainement, le consola Édric.

Qu’as-tu envisagé pour nous torturer, cette fois-ci ? Lui demanda Arthus.

— Pendant que tu me laveras, Willy chantera pour me distraire.

— Encore ? Se lamenta ce dernier.

— Tu n’as pas le choix. J’ai emporté la traque, donc je décide.

...»

Afficher en entier

— Tu tiens mon cœur au creux de tes mains, soupira Édric dans un tendre aveu.

— Je le garde comme un précieux trésor.

— Mmm… je suis si bien, ronronna Édric au comble du bonheur.

— Même si se réconcilier est merveilleux, ne me ferme plus jamais ta porte. Cela fait trop mal de se sentir rejeté.

Afficher en entier

Édric se souvenait encore trop précisément des cris de son petit frère, aussi n’avait-il pas envie de subir des hurlements ressemblant à ceux d’un chat écorché vif. Même s’il était ravi que Guillaume prouve sa pleine forme, il laissait bien volontiers ses braillements à ses parents.

— Fais le nécessaire pour qu’elle soit bien installée, mais suffisamment loin de moi, décida-t-il aussitôt.

Afficher en entier

Son amant était magnifique. Des années de bataille et d’entraînement avaient sculpté un corps d’acier. Le regarder ôter ses habits les uns après les autres attisa instantanément son désir et une lueur de convoitise brûla dans ses yeux quand le dernier tomba au sol. Arthus était une véritable tentation. Comme pour rendre hommage à sa beauté, le vit d’Édric se dressa.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode