Livres
371 320
Comms
1 288 532
Membres
251 055

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Je voulais croire qu’un jour prochain, il se braquerait, pour changer, contre l’accessoire pointu d’un être mythique annonciateur d’arcs-en-ciel et pas d’une pluie de sang. Le monde égyptien manquait cruellement de licornes."

Source: Facebook de l'auteur

Afficher en entier

source facebook de l'auteur.

"Son souffle, pareil à un murmure caressant, s’infiltra sous ma peau, s’y figea après avoir agité chacune de mes cellules. Cette douceur dans son attitude, ce calme tempéré comme un paysage printanier, contrastait avec son physique massif qui évoquait la rugosité. Le loup était réellement un arbre à lui tout seul. Pas uniquement le tronc solide dont on appréciait la tangibilité et l’histoire que chaque crevasse racontait ; il incarnait aussi la finesse des branches, souples malgré leur apparence fragile, et la légèreté lyrique des feuilles odorantes qui embaumaient notre esprit d’émotions variées. J’aimais que certaines volent vers moi quand la tempête faisait rage, pour les saisir, m’en imprégner avant qu’elles ne se perdent dans le lointain."

Afficher en entier

"Kyle m’offrait ce que j’avais toujours désiré quand je vivais à Seattle, et je compris que je n’avais pas tant cherché à être vue pour moi-même qu’à prouver que je n’avais pas besoin des vampires pour exister. J’avais, sans le savoir, attendu les loups toute ma vie, pour devenir une note essentielle du chant de meute."

Source: Facebook de l'auteur.

Afficher en entier

source facebook de j.arden:

"Kyle joignit les mains et fit craquer ses doigts. Il ne s’échauffait pas, il me démontrait son assurance en jouant la carte de la nonchalance suprême. Ça avait été plus drôle quand c’était Anton qui en avait fait les frais, surtout que je me sentais plus comme un flamant rose en plastique, que le loup ne perdrait jamais de vue, que comme un nain de jardin pouvant compter sur un affaissement de terrain salvateur."

Sacrée Anya, elle est en forme en début de tome .

Afficher en entier

— Elle avait les pupilles dilatées. Son odeur était sucrée. J’en ai déduit que je lui plaisais.

Je me figeai, décontenancée par ce listing purement sensoriel qui me rassura. Définitivement, Kyle n’était pas et ne serait jamais un séducteur. Son analyse du désir était trop empirique et « respectueuse » pour lui permettre de se la jouer Casanova.

— Tu n’as pas dû fréquenter beaucoup d’humaines pour ne te fier qu’à des indicateurs lupins. Sourire, battre des cils, rire bêtement, fixer la bouche de l’autre, c’est comme ça que les hommes normaux se font une idée de la chose.

Kyle se leva brusquement, des ombres sur le visage.

— Les hommes normaux se font souvent rembarrer parce qu’ils prennent leurs rêves pour des réalités. Un loup ne se trompe jamais.

OK, cow-boy, la vache repart dans son enclos, inutile de sortir le lasso.

Afficher en entier

"À se demander comment Hulk s'y prenait pour sauver son pantalon."

Eh oui, Anya se pose toujours des questions existentielles dans les pires moments.

Source: Facebook de l'auteur

Afficher en entier

- Est ce que tu te souviens des messages que je t'ai demandé de transmettre à San Francisco?

Helloooooooooo, je suis un chat, pas un poisson rouge.

Afficher en entier

- Allons bon, ça ne regarde toujours pas par ici, là-haut… C’est sans doute le moment ou jamais de spoiler un peu. Que les choses soient claires, si l’un d’entre vous trahit mon secret, je me servirais de son corps comme d’une piñata XXL.

(Page Facebook de J.Arden)

Afficher en entier

"On aurait eu un gros problème si le mal à l’état pur m’avait collé un sourire de hyène sur la figure."

Source: Facebook de l'auteur.

Afficher en entier

Tout le monde est un peu chat quand il y a des câlins à la clef. Il n'y a pas de quoi s'en faire des nœud au poil.

Afficher en entier