Livres
477 650
Membres
458 510

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Je crois que quelques clarifications s’imposent. Ce n’est pas ton loup qui est mon âme sœur. C’est toi, pauvre idiote, cracha-t-il.

Je me retins d’applaudir la déclaration d’amour la plus ratée que j’ai jamais entendue. Le concept d’âmes sœurs était décidément d’un romantisme à toute épreuve…

Afficher en entier

— Non ! hurlai-je. Pas la baignoire ! J’ai peur de Brutus et Médor, et du petit serpent de Kir.

— Le serpent de Kir ?

Pour lui expliquer ce dont je parlais, c’était plus rigolo de jouer aux devinettes que de lui dire le mot, je fis onduler mon index devant son visage et le tendis d’un coup sec.

— Oh, se contenta-t-il de dire en faisant une tête si bizarre que j’explosai de rire.

Aidan commença à me faire des chatouilles, et je continuai de ricaner sans pouvoir m’arrêter. Quand il eut fini, j’étais toute nue, et je commençai à trouver ce jeu très plaisant. J’entrepris de le déshabiller aussi, mais il captura mes poignets et remonta le drap sur moi pour bloquer mes bras en dessous, jusqu’à ce que je renonce à lui faire des guili-guili coquins.

Vraiment, il n’était pas drôle, mais qu’est-ce qu’il avait de beaux yeux et une belle bouche, et et… bah, tout était beau chez lui. J’avais envie de le toucher partout, mais je me rappelai une bonne femme, petite et vieille, qui, je crus me souvenir, lui avait pincé les fesses. Et soudain, tout me revint en mémoire comme un boomerang qui me fit voir trente-six chandelles très salaces.

— Oh oh, j’essaie de ne pas t’imaginer en train de coucher avec Eileen, c’est très très dur. Oh non, j’y pense, là. Oh et Kir, tu l’as déjà vu nu ? l’interrogeai-je pour continuer sur le chemin du tout le monde à poil.

— Non, et j’espère bien que je n’en aurai jamais l’occasion.

— Tu as tort, c’est quelque chose !

Afficher en entier

Je bouillonnais. Un loup qui faisait l’autruche, c’était pire qu’un vampire qui s’accrochait au sable en y plantant ses canines.

Afficher en entier

"Il en ressort que si certains humains ont l’alcool joyeux ou triste, de mon côté, j’avais l’hémoglobine euphorique et dépressive à la fois. C’était apparemment ce qui arrivait aux vampires dotés de canines suffisamment chanceuses pour percer la bonne veine. J’entends par là une qui a des millénaires d’existence et le potentiel conjugué des baguettes magiques de Ron Weasley et Voldemort."

-> extrait sur le facebook de l'auteur https://www.facebook.com/ArdenJulie

Afficher en entier

" Je pestai intérieurement contre ce fichu bracelet qui avait un véritable don pour se manifester dans les pires moments. Ok, il avait quelque chose à dire, mais c'était trop demandé qu'il attende que j'aie zigouillé mes deux visiteurs ?

Mauvais timing ou mauvais karma, au choix. Comme j'aurais aimé disposer d'un répondeur divin...

Ici Anya, je ne suis pas disponible pour le moment, trop occupée à planter quelques vampires pour leur tirer les vers du nez. Pour prendre rendez-vous, tapez 1. Pour les menaces de mort, tapez 2. Pour les flashs infos divins, tapez 3. Pour Aidan, tape 4 et va te faire foutre, espèce de connard moralisateur !

Bipppppppp. "

Afficher en entier

- Anya, calme toi, il n'a pas essayer de tuer Kyle. Il la juste défié.

- Défié? En se faisait les griffes sur lui? Il ne pouvait pas lui proposer de faire la course?

Afficher en entier

J’avais, certes, l’apparence d’un requin avec les talents d’une anguille électrique, néanmoins je ne pouvais m’empêcher de me sentir comme un petit Nemo perdu dans l’océan.

Afficher en entier

j'ai poster le livre sur calaméo

Afficher en entier

— Je n’ai pas à juger la manière dont Victor agit, et tu ferais mieux de t’en abstenir également.

— Conseil dûment noté.

Je fus extrêmement fière de moi, cela m’avait demandé un effort titanesque pour ne pas lui dire où il pouvait se mettre ce conseil.

Âge de raison, me voilà !

Afficher en entier

Je déglutis mais me retins de rougir. Le mot revêtait une teinte très sexuelle qui ne m’échappa pas et me mit mal à l’aise, car il y avait toujours dans les paroles d’Aidan une invitation à peine voilée pour de futurs divertissements qui me laissaient rarement de marbre. Souvent, je me rassurais en me disant que la torche de la Statue de la Liberté aurait probablement atterri dans l’océan, si cet homme avait fait de telles propositions à la dame.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode