Livres
458 799
Membres
412 591

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle



Description ajoutée par x-Key 2019-05-07T13:46:41+02:00

Résumé

Mixez Agatha Christie, Downton Abbey et Un jour sans fin… voilà le roman le plus divertissant de l’année.

Lauréat du prestigieux Costa Award, le premier roman de Stuart Turton est à la fois un formidable jeu de l'esprit et un régal de lecture.

Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée.

Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ?

Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre.

Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée.

Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.

Prêt pour un plaisir de lecture comme vous n’en avez pas connu depuis longtemps ? Plongez dans ce labyrinthe des délices. Chaque personnage, chaque recoin obscur de la maison cache un mystère. Chaque page ou presque offre un rebondissement inattendu. Et il y a 500 pages.

(Source : Lisez.com)

Afficher en entier

Classement en biblio - 8 lecteurs

Extrait

Somebody's going to be murdered at the ball tonight. It won't appear to be a murder and so the murderer won't be caught. Rectify that injustice and I'll show you the way out.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Lire la revue complète sur: https://latentationdulivreenanglais.com/the-seven-deaths-of-evelyn-hardcastle-stuart-turton/

Ma notation: 5/5

Au vu du synopsis de ce roman, je n’ai même pas cherché à comprendre, je l’ai direct précommandé. Ah, mais moi, je suis une vraie gangster! Bien sûr, vu le nombre de fois où je suis tombée sur des livres prometteurs qui ne l’étaient plus du tout une fois commencés, j’avais mes réserves… Bah… C’était encore mieux que je ne l’espérais. Stuart Turton a créé un casse-tête de génie qui m’a surprise à chaque tournant! Ce n’est même pas la peine de chercher la solution, toutes vos suppositions seront balayées. Croyez-moi, j’ai déjà essayé!

HOLY SHIT. Quel livre brillant! The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle est un whodunnit qui n’a rien à envier aux romans d’Agatha Christie, bien que l’enquête nous rappelle le savoir-faire de cette auteure. Le récit met en avant un lieu à huis-clos où s’entremêlent meurtre, secret, mystère et voyage dans le temps. C’est une atmosphère presque oppressante où l’on se sent aussi prisonnier que le héros. Chaque détail est scrupuleusement implanté de sorte à ce que l’on s’interroge sur l’intention de l’indice et sa signification dans l’enquête. Les personnages se connaissant tous, ils ont leurs propres querelles et leur dose de faux-semblant!

Mais là où l’auteur a su se montrer malin, c’est dans sa manière d’aborder la boucle temporelle. Aiden habite le corps de huit autres protagonistes, ce qui nous permet d’avoir à chaque fois une nouvelle approche de l’histoire. Sérieusement, c’est trop bien! La journée se répète, mais les éléments sont en mouvement constant: le meurtre ne se reproduit jamais exactement de la même manière. Je trouve que les règles de la compétition rajoutent bien du challenge! On a toujours quelque chose à apprendre, il faut être très observateur.

D’ailleurs, je trouve que la question psychologique a été soigneusement abordée. Aiden ne sait rien de son passé, il ne connaît même pas son identité (on ne l’apprend que plus tard), du coup, lorsque son esprit prend possession du corps de son hôte, il en adopte souvent la personnalité. Ainsi, il lui devient difficile de distinguer sa propre personne! Chaque hôte a ses forces et ses faiblesses, et chaque caractère permet de s’approprier l’enquête différemment. C’est limite du dédoublement de personnalité, haha.

Côté intrigue, le travail réalisé par l’auteur est ENORME. Qu’il s’agisse de l’abondance des indices, des voyages dans le temps, des adversaires d’Aiden ou encore des liens avec l’assassinat, le roman s’est avéré étonnant sous toutes les coutures! Quand je croyais enfin avoir mis le grappin sur la résolution de l’enquête, un autre secret ou un autre mystère éclatait. Stuart Turton nous manipule tout le long sans aucun scrupule, et ce n’est que vers la fin que l’on voit combien ce bouquin est réellement complexe! Et bien écrit.

Etant donné la difficulté du récit, on apprend très peu de choses sur les protagonistes, mais dans ce contexte-là, cela ne m’a pas du tout dérangée. J’ai appris à apprécier Aiden pour ses valeurs, on parvient à le séparer aisément de ses hôtes, bien qu’on se demande combien de sa personnalité est vraiment la sienne. En fait, c’est une variable tout à fait justifiée, mais il faut avoir lu le livre pour comprendre que l’approfondissement des héros était quasi impossible! Pourtant, on en vient étrangement à se prendre d’affection pour certains personnages secondaires, notamment la douce servante Lucy et le rusé valet Cunningham, qui dévoilent plusieurs facettes adaptées selon leur interlocuteur.

Oh, puis, il y a un tueur assoiffé de sang prêt à découper notre héros en rondelles – littéralement.

Mais aussi beaucoup de plot twists sur plot twists sur plot twists.

J’ai pratiquement eu un coup de coeur pour ce livre, mais j’ai deux reproches à faire. J’aurais voulu qu’il y ait un minimum d’explication par rapport à cette bulle temporelle. Est-ce de la magie? De la science-fiction? Du paranormal? Et surtout, j’ai trouvé la raison derrière cette compétition peu convaincante… Disons qu’avec toute l’intelligence dont a su faire preuve l’auteur, je pensais que le motif serait plus remarquable que ça!

Néanmoins, ce fut une lecture E-PA-TANTE. C’est Georgette qui le dit. C’est Georgette qui valide!

Note: ça veut dire lisez-le.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Je dois avouer que j'ai acheté le livre pour son synopsis et sa belle couverture et je ne suis pas déçue.

Nous sommes plongé dans une enquête étrange où comme le protagoniste qui raconte l'histoire, on est perdu. Mais au court de l'histoire on suit un sorte de Cluedo géant à se demander si le "héros" va réussir. Additif et prenant, ce polar nous surprendra jusqu'à la fin.

A dévorer........

Afficher en entier
Or

"Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle" est un roman très surprenant, qui a su me captiver du début jusqu'aux derniers mots de la fin.

Dans une sorte d'ambiance type "Cluedo", on suit un jeune homme qui a perdu tous ses souvenirs et qui ne se rappelle que d'une seule chose, un prénom : Anna.

Invité dans une grande maison pour une réunion des plus mystérieuse chez la famille Hardcastle, notre héros va devoir déjouer les rouages d'un jeu mortel et interminable, qui ressemble à une prison éternelle.

Entre amis, ennemis, mensonges et vérités, l'auteur nous entraîne dans un tourbillon d'événements qui s'enchaîne à une vitesse folle.

En tant que lecteur, nous n'avons que le point de vue du personnage principal, qui ne sait rien de sa situation et qui ne comprend pas grand chose. Et du coup nous non plus...

Mais plus on avance dans l'histoire et plus on en apprend sur tous les personnages qui peuplent cette maison étrange. Chacun a ses petits secrets et ses manigances, ils se manipulent tous les uns les autres. On se retrouve devant une toile géante de problème, mais on doit se focaliser sur un seul événement : le meurtre d'Evelyn Hardcastle.

Si j'ai pu deviner quelques petites choses, j'ai été totalement prise au dépourvu par la majorité des révélations. On est vraiment happé par cette aventure qui n'est faite que de mystère et de secrets, dans lesquels on se perd et où on tente de démêler le tout, mais impossible de deviner la fin !

Je le recommande absolument pour tous ceux qui cherchent un roman policier dans lequel il y a une véritable énigme, avec une maison remplie de suspects et de malfrats. Il faut avoir l'esprit ouvert, car la raison de ce mystère est quelque peu surprenante, mais il ne nous empêche pas de nous laisser emporter dans l'histoire et de terminer le roman le plus vite.

Très bonne lecture.

Afficher en entier
Diamant

Atypique et passionnant.

Si ce premier roman de Stuart Turton répond à ces deux adjectifs, ils sont loin de suffire à le définir.

Commençons par les ingrédients : une sinistre demeure laissée à l’abandon où doit se tenir un bal, une famille pleine de secrets, des invités tous plus étranges les uns que les autres, une pièce de jeu d’échecs, un médecin de peste énigmatique, un valet de pied effrayant, et des trahisons échafaudées derrière chaque porte.

Ajoutez-y un meurtre qui n’a pas encore eu lieu, des disparitions inquiétantes, une météo effroyable, une forêt inquiétante... et une journée qui n’en finit pas.

Ou, pour être plus exacte, qui ne cesse de recommencer...

Et vous obtenez l’ovni littéraire que l’auteur nous offre.

Vous pensez avoir déjà lu des histoires de ce genre ? Je vous assure qu’après seulement quelques dizaines de pages vous vous rendrez compte de votre erreur, car ce livre est tout bonnement unique.

Sûrement existe-t-il des romans qui ont une ou même plusieurs des approches qui se retrouvent ici, mais toutes ensemble rassemblées comme dans Les Sept Morts d’Evelyn Hardcastle, je ne pense pas.

Allez-vous vous arracher les cheveux à sa lecture ?

C’est plus que probable.

Tenterez-vous de résoudre les énigmes de vous-même ?

C’est certain.

Aimerez-vous vous perdre dans les multiples recoins de Blackheast ?

Je peux vous l’assurer.

Perdrez-vous les notions de lieux, d’heures ou même d’identités ?

Sans aucun doute.

Pourrez-vous poser ce livre avant la fin ?

Non, c’est tout simplement impossible.

Stuart Turton nous offre bien plus qu’un roman passionnant, bien plus qu’un thriller addictif, et beaucoup plus qu’une histoire envoûtante. Il nous transporte littéralement dans un monde créé pour notre plus grand plaisir de lecture.

Tout y est calculé, mesuré, agencé, pour que nous ne puissions pas avoir envie d’en sortir, et c’est parfaitement réussi.

Comme des matriochkas, chaque énigme en camoufle d’autres, encore plus sombres et ensorcelantes que les précédentes.

Ce n’est pas seulement un premier roman époustouflant, c’est une œuvre qui pourrait devenir un classique du genre.

À lire absolument et à garder précieusement, comme l’objet livre qui le renferme.

Afficher en entier
Diamant

Atypique et passionnant.

Si ce premier roman de Stuart Turton répond à ces deux adjectifs, ils sont loin de suffire à le définir.

Commençons par les ingrédients : une sinistre demeure laissée à l’abandon où doit se tenir un bal, une famille pleine de secrets, des invités tous plus étranges les uns que les autres, une pièce de jeu d’échecs, un médecin de peste énigmatique, un valet de pied effrayant, et des trahisons échafaudées derrière chaque porte.

Ajoutez-y un meurtre qui n’a pas encore eu lieu, des disparitions inquiétantes, une météo effroyable, une forêt inquiétante... et une journée qui n’en finit pas.

Ou, pour être plus exacte, qui ne cesse de recommencer...

Et vous obtenez l’ovni littéraire que l’auteur nous offre.

Vous pensez avoir déjà lu des histoires de ce genre ? Je vous assure qu’après seulement quelques dizaines de pages vous vous rendrez compte de votre erreur, car ce livre est tout bonnement unique.

Sûrement existe-t-il des romans qui ont une ou même plusieurs des approches qui se retrouvent ici, mais toutes ensemble rassemblées comme dans Les Sept Morts d’Evelyn Hardcastle, je ne pense pas.

Allez-vous vous arracher les cheveux à sa lecture ?

C’est plus que probable.

Tenterez-vous de résoudre les énigmes de vous-même ?

C’est certain.

Aimerez-vous vous perdre dans les multiples recoins de Blackheast ?

Je peux vous l’assurer.

Perdrez-vous les notions de lieux, d’heures ou même d’identités ?

Sans aucun doute.

Pourrez-vous poser ce livre avant la fin ?

Non, c’est tout simplement impossible.

Stuart Turton nous offre bien plus qu’un roman passionnant, bien plus qu’un thriller addictif, et beaucoup plus qu’une histoire envoûtante. Il nous transporte littéralement dans un monde créé pour notre plus grand plaisir de lecture.

Tout y est calculé, mesuré, agencé, pour que nous ne puissions pas avoir envie d’en sortir, et c’est parfaitement réussi.

Comme des matriochkas, chaque énigme en camoufle d’autres, encore plus sombres et ensorcelantes que les précédentes.

Ce n’est pas seulement un premier roman époustouflant, c’est une œuvre qui pourrait devenir un classique du genre.

À lire absolument et à garder précieusement, comme l’objet livre qui le renferme.

Afficher en entier
Diamant

Lire la revue complète sur: https://latentationdulivreenanglais.com/the-seven-deaths-of-evelyn-hardcastle-stuart-turton/

Ma notation: 5/5

Au vu du synopsis de ce roman, je n’ai même pas cherché à comprendre, je l’ai direct précommandé. Ah, mais moi, je suis une vraie gangster! Bien sûr, vu le nombre de fois où je suis tombée sur des livres prometteurs qui ne l’étaient plus du tout une fois commencés, j’avais mes réserves… Bah… C’était encore mieux que je ne l’espérais. Stuart Turton a créé un casse-tête de génie qui m’a surprise à chaque tournant! Ce n’est même pas la peine de chercher la solution, toutes vos suppositions seront balayées. Croyez-moi, j’ai déjà essayé!

HOLY SHIT. Quel livre brillant! The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle est un whodunnit qui n’a rien à envier aux romans d’Agatha Christie, bien que l’enquête nous rappelle le savoir-faire de cette auteure. Le récit met en avant un lieu à huis-clos où s’entremêlent meurtre, secret, mystère et voyage dans le temps. C’est une atmosphère presque oppressante où l’on se sent aussi prisonnier que le héros. Chaque détail est scrupuleusement implanté de sorte à ce que l’on s’interroge sur l’intention de l’indice et sa signification dans l’enquête. Les personnages se connaissant tous, ils ont leurs propres querelles et leur dose de faux-semblant!

Mais là où l’auteur a su se montrer malin, c’est dans sa manière d’aborder la boucle temporelle. Aiden habite le corps de huit autres protagonistes, ce qui nous permet d’avoir à chaque fois une nouvelle approche de l’histoire. Sérieusement, c’est trop bien! La journée se répète, mais les éléments sont en mouvement constant: le meurtre ne se reproduit jamais exactement de la même manière. Je trouve que les règles de la compétition rajoutent bien du challenge! On a toujours quelque chose à apprendre, il faut être très observateur.

D’ailleurs, je trouve que la question psychologique a été soigneusement abordée. Aiden ne sait rien de son passé, il ne connaît même pas son identité (on ne l’apprend que plus tard), du coup, lorsque son esprit prend possession du corps de son hôte, il en adopte souvent la personnalité. Ainsi, il lui devient difficile de distinguer sa propre personne! Chaque hôte a ses forces et ses faiblesses, et chaque caractère permet de s’approprier l’enquête différemment. C’est limite du dédoublement de personnalité, haha.

Côté intrigue, le travail réalisé par l’auteur est ENORME. Qu’il s’agisse de l’abondance des indices, des voyages dans le temps, des adversaires d’Aiden ou encore des liens avec l’assassinat, le roman s’est avéré étonnant sous toutes les coutures! Quand je croyais enfin avoir mis le grappin sur la résolution de l’enquête, un autre secret ou un autre mystère éclatait. Stuart Turton nous manipule tout le long sans aucun scrupule, et ce n’est que vers la fin que l’on voit combien ce bouquin est réellement complexe! Et bien écrit.

Etant donné la difficulté du récit, on apprend très peu de choses sur les protagonistes, mais dans ce contexte-là, cela ne m’a pas du tout dérangée. J’ai appris à apprécier Aiden pour ses valeurs, on parvient à le séparer aisément de ses hôtes, bien qu’on se demande combien de sa personnalité est vraiment la sienne. En fait, c’est une variable tout à fait justifiée, mais il faut avoir lu le livre pour comprendre que l’approfondissement des héros était quasi impossible! Pourtant, on en vient étrangement à se prendre d’affection pour certains personnages secondaires, notamment la douce servante Lucy et le rusé valet Cunningham, qui dévoilent plusieurs facettes adaptées selon leur interlocuteur.

Oh, puis, il y a un tueur assoiffé de sang prêt à découper notre héros en rondelles – littéralement.

Mais aussi beaucoup de plot twists sur plot twists sur plot twists.

J’ai pratiquement eu un coup de coeur pour ce livre, mais j’ai deux reproches à faire. J’aurais voulu qu’il y ait un minimum d’explication par rapport à cette bulle temporelle. Est-ce de la magie? De la science-fiction? Du paranormal? Et surtout, j’ai trouvé la raison derrière cette compétition peu convaincante… Disons qu’avec toute l’intelligence dont a su faire preuve l’auteur, je pensais que le motif serait plus remarquable que ça!

Néanmoins, ce fut une lecture E-PA-TANTE. C’est Georgette qui le dit. C’est Georgette qui valide!

Note: ça veut dire lisez-le.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle" est sorti 2019-05-16T00:00:00+02:00
background Layer 1 16 Mai

Dates de sortie

Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle

  • France : 2019-05-16 (Français)
  • USA : 2018-09-18 (English)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 8
Commentaires 5
Extraits 1
Evaluations 4
Note globale 7.75 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode