Livres
469 540
Membres
436 947

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

C’est alors que les loups surgirent, terribles et magnifiques, avec leurs yeux de feu et leurs crocs acérés comme des rasoirs, leurs épaules musculeuses hérissées de poil épais. Ces loups étaient aussi gros que des chevaux, et pourvus de dents de la longueur d’une dague.

Les loups existaient réellement – du moins aux yeux de Han. Ils lui apparaissaient depuis qu’il s’était uni à l’esprit de Raisa en tentant désespérément de la soigner. Il n’avait fait que les entourer d’une illusion pour augmenter leur taille, peaufiner leur apparence et les rendre visibles de tous.

À présent, ils avaient l’air des bêtes monstrueuses décrites dans les histoires à faire peur de Mam : les chiens des enfers que le Destructeur chevaucherait à la fin des temps.

Trente-deux loups les précédaient sur les pentes, descendant vers la foule à flanc de montagne. Il y avait eu un sacret paquet de reines du Loup Gris depuis Hanalea.

Lorsque Han et Raisa franchirent la crête, la lumière se déversa devant eux, éclipsant l’ombre des nuages.

Afficher en entier

Simon releva brusquement la tête lorsque la porte de la taverne s’ouvrit et se referma, laissant entrer un courant d’air nocturne froid et humide, un peu de pluie, et une demi-douzaine de nouveaux clients. Des étrangers. Les capes de laine bouillie qu’ils portaient étaient dans un état indescrip­tible, mais ils avaient clairement la fibre militaire. Raisa se recroquevilla dans l’ombre, son cœur faisait des sauts de poisson échoué. Elle tendit l’oreille pour surprendre des bribes de conversation, espérant repérer la langue qu’ils parlaient.

Combien de temps vas-tu vivre ainsi ? se demanda-t-elle. Combien de temps pouvait-elle attendre une escorte qui ne viendrait peut-être jamais ? Si Gerard prenait le contrôle du Tamron, il ne lui faudrait pas longtemps pour fermer totalement les frontières, et Raisa se retrouverait enfermée. Peut-être valait-il mieux traverser dès à présent plutôt que d’attendre une escouade.

Mais les zones frontalières grouillaient de renégats, de voleurs, de déserteurs, et elle risquait de se faire détrousser, enlever, et de finir assas­sinée au bord d’une route.

Afficher en entier

— Vous ne parlez pas sérieusement, chuchota-t-il. Ça ne peut pas être vrai.

Corbeau souriait toujours, mais ses yeux bleus avaient la dureté des glaciers.

— Mon nom était Alger Waterlow, déclara-t-il en caressant son amulette. Dernier roi magicien des Fells.

Han dévisageait Corbeau, incapable de prononcer un mot, l’esprit écumant comme une potion réunissant des ingrédients incompatibles.

Corbeau inclina la tête.

— Vous m’avez l’air plutôt bouleversé, Alister. Je vais donc vous laisser avec cette révélation, et vous donner le temps d’y réfléchir, sinon vous risquez de faire ou de dire quelque chose que vous regretteriez. Je ne vous apprends rien en vous disant que je reste dans les parages, et que je suis disponible à tout moment. Revenez en Aediion lorsque vous serez prêt à vous allier à moi. Si cela arrive un jour.

Il considéra longuement son élève, scrutant son visage comme s’il espérait que Han le retienne. Puis il s’éteignit, telle une bougie à cinq sous.

Afficher en entier

"En vérité j’avais des doutes car, au fond de moi, je savais qu’en acceptant la couronne je vous perdais." p.331

Afficher en entier

Raisa :Vous ne comprenez pas comment je...

Han: vous avez raison. Je ne comprends pas. Je ne suis qu’un rat d’égout prétentieux vêtu d’un manteau de velours." p.127

Afficher en entier

"Est-ce ma réputation entre les draps qui vous inquiète?

Je ne suis pas parfait mais personne ne m’échauffe le sang autant que vous." p.33

Afficher en entier

"J’ai appris que ce dont vous refusez de parler est généralement ce que je veux savoir." p.45

Afficher en entier

Han se tenait très droit, le visage froid, immobile et pâle comme une sculpture en marbre. Le bleu vif de ses yeux constituait la seule touche de couleur sur sa personne. Il portait le manteau cousu par Saule : noir et argenté, orné de peintures et de broderies. Des serpents aux teintes métalliques s’entortillaient le long des manches, des poignets aux épaules. Un loup gris et un corbeau se faisaient face sur les revers, et sur le dos s’étalait une broderie figurant un bâton de magicien sur lequel s’enroulaient des serpents, le tout fiché à travers la couronne du Loup Gris.

Afficher en entier

Un autre souvenir lui revint : une connexion viscérale, des souvenirs partagés, un lien qui les soudait, d’âme à âme, tandis qu’il se battait pour la maintenir en vie. Et des loups – des loups gris, tels des spectres, qui passaient entre les arbres.

Afficher en entier

Han avait des visions, à présent, alors peut-être entendait-il aussi des voix. Le paysage vacilla et se distendit à la périphérie de son regard. Des loups. Des loups gris les accompagnaient de chaque côté, se faufilant à travers les rideaux de flocons. Les loups se changèrent en belles dames sang-bleu, leurs jupes glissant sur la neige. Puis de nouveau en loups. Il essaya de ne pas leur prêter attention, de faire comme s’ils n’existaient pas. Mais ils semblaient presque les aider, s’assurant qu’ils continuaient d’avancer dans la bonne direction. Drôle d’escorte, pensa-t-il, aveuglé par la neige.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode