Livres
559 448
Membres
608 414

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Les seuls gènes dont j'ai hérité sont ceux de l'addiction.

Afficher en entier

Peut-être que personne ne découvre jamais véritablement qui il est.

Afficher en entier

Et puis, après tout, qui a envie de vivre jusqu'à quatre-vingts ans ? Tous les gens amusants que j'ai connu sont déjà morts !

Afficher en entier

Si j'avais une arme, c'étaient bien les vêtements.

Afficher en entier

Cela m'a fait du bien de sentir l'odeur propre et naturel des chevaux après la puanteur des souvenirs empoisonnées qui venaient de se déverser de ma bouche. D'ailleurs, l'une de mes "grandes évasions", comme les appelait Ally, avait été à cheval. J'avais pris l'un des chevaux de l'écurie de l'école, galopé jusqu'à la ferme du coin, et expliqué à l'agriculteur ou ramener l'animal. Après quoi j'avais couru à pied - en courant plutôt qu'en marchant - les huit kilomètres qui me séparaient de Zunich avant de prendre le train pour Genève.

Afficher en entier

Au moins, quand il était en vie, je savais que Pa Salt ne pouvait pas voir ce que je faisais, mais maintenant qu’il était parti, c’est comme s’il était devenu omniprésent ; il aurait très bien pu être avec moi dans la chambre hier soir, ou même là, en ce moment, dans la limousine…

Afficher en entier

Je passai devant Marcia, la secrétaire, sans même lui adresser un regard, me dirigeant droit vers l’ascenseur. Il arriva presque aussitôt et, tandis qu’il descendait, je fermai les yeux – je détestais les espaces confinés, quels qu’ils soient – et appuyai mon front chaud contre le marbre frais.

Afficher en entier

Je saisis une bouteille d’eau et refermai le minibar à la hâte avant de me laisser tenter par les options alcoolisées. J’avais une migraine épouvantable qu’aucun antidouleur n’avait apaisée, et il était plus de cinq heures de l’après-midi. La soirée de la veille avait toutefois été extra, du moins pour ce que je me rappelais. De passage à New York, mon nouveau meilleur ami créateur, Maurice, était venu me voir avec certains de ses potes, qui en avaient ensuite appelé d’autres…

Afficher en entier

Je la regardai gribouiller sur son calepin quelque chose qui devait s’apparenter à « refuse de se pencher sur la mort du père ». C’était ce que m’avait dit mon dernier psy, alors que je ne faisais que ça. Comme je l’avais appris au fil des années, ils aimaient trouver une cause à mes problèmes, après quoi ils ne la lâchaient plus, comme une souris avec un morceau de fromage, me grignotant jusqu’à ce que je cède et que je leur raconte n’importe quoi juste pour leur faire plaisir.

Afficher en entier

— Je ne me souviens ni de l’endroit où je me trouvais, ni de ce que je faisais quand j’ai appris que mon père venait de mourir.

— D’accord. Voulez-vous qu’on étudie ce point ?

Je fixai Theresa, assise dans son fauteuil. Elle me faisait penser au loir endormi dans la théière d’Alice au Pays des Merveilles. Elle clignait beaucoup des yeux derrière ses petites lunettes rondes et avait la bouche en cul de poule. Elle avait des jambes magnifiques sous sa jupe en tweed à hauteur du genou, et de beaux cheveux aussi. Elle aurait pu être jolie si elle l’avait voulu, mais je savais que la seule chose qui l’intéressait était d’avoir l’air intelligente.

— Électra ? Je vous ai encore perdue.

— Ouais, désolée, j’étais ailleurs.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode