Livres
458 560
Membres
412 187

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les trois soeurs



Description ajoutée par JessSwann 2019-04-15T18:37:15+02:00

Résumé

Le roman retrouvé de la "quatrième soeur Brontë" ! Mary, Gwendolen et Alice sont les filles de James Cartaret, pasteur du village de Garth, dans le High Moor. Ce père rigide et macho leur impose une discipline de fer. Les trois soeurs étouffent sous cette chape puritaine, génératrice de frustrations. Quand le docteur Stephen Rowcliffe s'installe en ville, il apparaît comme la lueur d'espoir qui pourrait sortir les jeunes femmes de leur torpeur.

Cet homme expérimenté éveille en elles une passion trop longtemps étouffée, qui surgit comme la révolte d'une sensualité bridée par la morale religieuse et sociale. Alice, surtout, la plus jeune, semble incapable de résister aux tourments de sa chair. Sa souffrance est si vive qu'elle tombe gravement malade et que l'on doit appeler à son chevet... le Dr Rowcliffe. Mais celui-ci tombe amoureux de Gwenda au premier regard.

Tandis que Mary, la plus sage, attend son heure... Si ces trois soeurs ne sont pas sans rappeler le trio Brontë, il s'agit avant tout pour May Sinclair d'écrire "une tragédie d'une beauté spéciale s'inspirant de leur solitude et de leur désolation morale" (Edmond Jaloux). Avec pudeur et mélancolie, la romancière décrit l'ennui patent de jeunes femmes soumises au joug masculin, mais dont l'esprit brûle de désirs et de rêves.

Afficher en entier

Classement en biblio - 3 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par LadyRomance 2019-04-28T10:00:10+02:00

Le bonheur ne consiste pas dans les choses qu'on a. Il est en soi, ou il n'est pas.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Kiriu 2019-05-05T09:13:04+02:00
Argent

Un très beau roman bucolique et melancolique.

Je me suis beaucoup attachée à la sœur cadette, Gwenda, une jeune femme indépendante et amoureuse de la nature. Elle est la seule à apprécier son nouveau village, elle se plaît à parcourir et contempler les landes et y trouve ainsi une vraie liberté. J'ai donc été très touchée par ses malheurs et par son destin...

Ce roman très réaliste étudie brillamment la psyché féminine au tournant du XXeme siècle. On y découvre l'âme et les désirs féminins, mais surtout les refoulements, la frustration de vivre en retrait dans ce contexte puritain, dans une société où les femmes sacrifient leur épanouissement au profit des bienséances. En cela le roman se rapproche beaucoup du destin des soeurs Brontë dont May Sinclair fut la biographe.

Je suis ravie d'avoir découvert ce roman si beau et touchant, j'ai beaucoup aimé la plume de May Sinclair, qui mériterait d'être bien plus connue !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LadyRomance 2019-04-29T11:27:11+02:00
Diamant

Les trois sœurs est un classique du début du XXème siècle que je suis ravie d'avoir découvert. Il est évident que May Sinclair, autrice de talent que je ne connaissais pas, s'est inspirée du courant de la psychanalyse de l'époque pour l'écrire. Elle explore les mobiles inconscients du comportement humain et la sublimation du désir.

L'autrice venait de se consacrer à une étude pointilleuse des sœurs Brontë dont elle s'est également inspirée pour les personnages principaux du roman. Ainsi, on retrouve trois sœurs de 23 à 27 ans (Alice, Gwenda et Mary) dont le père, James Carteret, est un vicaire despotique venu les "cloisonner" dans un petit village de la Haute-Lande anglaise. Le cadre idéal pour mettre en scène les frustrations des membres de cette famille et de leur entourage dans le contexte puritain de la société victorien. A commencer par le vicaire lui-même dont la troisième femme s'est enfuie. Il ne veut pas divorcer car sa qualité d'ecclésiastique le lui défend. Condamner au célibat car sinon il serait infidèle, il vit un véritable supplice qu'il fait peser sur ses filles. Ainsi, chacune des trois femmes appréhendent une interdiction latente de se marier selon son caractère et la capacité à défier cet homme rigide. Car lorsque débarque dans la paroisse le jeune et beau docteur Rowcliffe, celui-ci apparaît comme le sauveur qui pourrait bien les sortir de leur désolation déclenchant une passion décuplée par une sensualité bridée.

Le déroulement de l'intrigue m'a étonnée et surprise plus d'une fois car le récit se veut réaliste et motivé par la psychologie des personnages. Je n'ai pas toujours totalement adhéré à la tournure des événements mais cela m'a paru très intéressant et original. J'ai beaucoup apprécié le style avec lequel l'autrice relate ce qui se passe en chacun des personnages, les tumultes qui les agitent et l'interprétation qu'ils font de ce qui les traverse ou de ce qu'ils ressentent et la compréhension qu'ils peuvent avoir des actions ou de ce qui se passe pour les autres.

May Sinclair ne s’embarrassant pas d'appartenir à un courant littéraire quelconque écrit selon ses inspirations et ses convictions se laissant influencer volontiers par la psychanalyse. Et que pouvait mieux l'inspirer suite à ses recherches que la famille Brontë pour écrire un roman touchant et poignant sur le désir et les mystères de la psyché féminine au tournant du xxème siècle...

Un autrice classique à découvrir si cela n'est déjà fait !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JessSwann 2019-04-20T12:34:11+02:00
Argent

Je ne connaissais pas du tout cette auteure et j'étais curieuse de découvrir ce roman "dans la lignée des sœurs Bronté". On y reconnait du reste la patte des romans classiques anglais avec un petit village bucolique, des sentiments retenus et étouffés par les conventions ainsi que trois soeurs qui s'efforcent tant bien que mal de rester éloignées de leur père avec qui elles sont forcées de vivre... Mary, l'ainée semble la plus gentille et la plus sage : au final, je trouve que c'est la plus fourbe des trois, prête à tout pour fuir le père ... Gwenda, celle du milieu est ma favorite ! Mais c'est aussi celle qui, en raison de son côté rêveur, de son altruisme et de son indécision va connaitre le sort le moins enviable de tous. Quand à Alice, la cadette, elle est à la limite de l'hystérie et le docteur a raison depuis le début : si elle ne se trouve pas un homme, elle va étouffer de désir retenu.

Le désir est en effet omniprésent dans ce roman en dépit des tonnes de conventions et de pseudo sentiments religieux ( dans le cas du père) qui cherchent à l'étouffer. Les personnages sont originaux et j'aime la manière dont leurs relations sont décrites. J'ai beaucoup apprécié les personnages de Jim et de Steven ainsi que leurs relations avec les sœurs. La fin, à l'instar du roman est à la fois mélancolique et emplit d'une beauté éthérée.

Ce que j'aime : le personnage de Gwenda, la relation entre Gwenda et Steven, la fourberie de Mary, l'hypocrisie du pasteur

Ce que j'aime moins : le destin de Gwenda

En bref : Un beau roman classique anglais, dans la lignée de Jane Austen et des sœurs Bronté

Ma note

8/10

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 3
Commentaires 3
Extraits 3
Evaluations 2
Note globale 8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode