Livres
505 979
Membres
513 880

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Libertad 2013-12-04T23:00:39+01:00

Quand une femme marche, quand elle parle, quand elle rit, quand elle tourne la tête, quand elle fait un geste de la main, alors, oui, elle est individualisée, alors, oui, elle a une personnalité. Mais, au moment où elle sacrifie à la religion du bain de soleil, elle n'en a plus.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Libertad 2013-12-04T23:00:18+01:00

- Lorsque j'étais jeune - et cela, mademoiselle, ne date pas d'hier - il y avait un jeu qui s'appelait : "qui aimeriez-vous être?" Les jeunes filles avaient des albums où on écrivait la réponse. Ils étaient reliés de cuir bleu et les tranches en étaient dorées. La réponse? Croyez-moi, ce n'était pas facile d'en trouver une.

- Oh, ça ne m'étonne pas. Ce serait d'ailleurs plutôt risqué. Qui aurait envie de se retrouver dans la peau de Mussolini ou de la princesse Elisabeth? Quant à ses amis, on les connaît trop. Je me souviens d'avoir rencontré un jour un couple charmant. Ils étaient si courtois, si attentionnés l'un envers l'autre et paraissaient s'entendre si bien après des années de mariage que j'ai envié cette femme. J'aurais volontiers pris sa place. Et puis j'ai appris que, dans l'intimité, ils ne s'adressaient plus la parole depuis onze ans.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alapage 2020-03-30T04:32:16+02:00

C’est romantique, oui acquiesça Poirot. C’est paisible. La mer est bleue. Le soleil brille. Mais vous oubliez, miss Brewster, que le mal est partout sous le soleil.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-05-22T16:05:02+02:00

Poirot protesta avec énergie : "Ce n'est pas mon avis! Il leur manque le mystère! Je suis peut être de la vieille école, parce que je suis vieux, mais de mon temps, c'était autre chose! Une cheville aperçue dans le bouillonnement d'une jupe, le galbe aimable d'une cuisse deviné sous la robe, un genou entrevu dans le froufrou de dessous enrubannés...

- Vous êtes terriblement dévergondé, fit observer le major en riant.

- En tous cas,déclara Miss Brewster, nous nous habillons de façon rationnelle. C'est beaucoup mieux

-C'est incontestable, décida Mme Gardener. voyez vous Monsieur Poirot, les jeunes gens d'aujourd'hui mènent une vie libre et saine. on ne sépare plus les filles des garçons, ils jouent ensemble, et ...

Elle rougit légèrement, embarrassée, car elle avait de la pudeur.

Et, reprit-elle, après une courte hésitation, ça ne leur donne pas de mauvaises idées...

- C'est bien ce que je dit, fit Poirot. C'est lamentable

- Lamentable ?

Mme Gardener était choquée, Mais Poirot demeurait imperturbable.

"Mais oui, lamentable! Vous avez tué le mystère, vous avez tué le romanesque. "

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-05-22T16:04:00+02:00

— [...] Sans compter l’autre, là, avec sa moustache. Ah, il me fait tordre, celui-là, avec sa moustache ! Il doit être coiffeur, non, ou quelque chose dans ce goût là ?

— Oh non, c’est un détective privé.

La voiture fit une nouvelle embardée vers le fossé :

— Un détective privé ? Vous voulez dire qu’il est ici sous un déguisement ?

Christine eut un petit sourire :

— Non, non, c’est vraiment son allure naturelle. C’est Hercule Poirot. Vous en avez sûrement entendu parler.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-05-22T16:03:39+02:00

La femme peut être le recours et l’inspiration de l’homme. Elle peut aussi être sa ruine. Elle peut le rabaisser au rang de la bête.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Thitilde 2019-03-25T16:05:51+01:00

" - Voudriez-vous, en toute franchise, me dire ce que vous pensez de feu Mme Marshall?"

Très surpris, l'Américain, avant de répondre, jeta alentour quelques regards prudents. Il dit ensuite, dans un murmure à peine audible :

- J'ai entendu raconter sur elle beaucoup de choses. Des ragots, colportés principalement par des femmes. Mais, si vous voulez mon avis, mon opinion sincère, c'est que cette femme là était surtout une sotte... "

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lust 2017-11-14T14:31:08+01:00

Vous avez tué le mystère, vous avez tué le romanesque. Aujourd'hui, tout est "standard", même l'amour... Et tous ces corps exposés me font songer à la Morgue.

Afficher en entier
Extrait ajouté par TheFangirl 2017-05-01T17:00:15+02:00

- Une mer calme, dit Poirot d'un ton définitif, est une chose qui n'existe pas. La mer, ça bouge toujours. Toujours!

Afficher en entier
Extrait ajouté par Milka2B 2016-10-07T21:55:52+02:00

 Vous croyez que je ne sais rien ? poursuivit-elle. Que je ne vois rien ? Les gens passent leur temps à dire : « Pauvre petite madame Redfern – ce pauvre petit bout de femme. » Je ne suis ni pauvre ni petite. Je suis grande. S’ils disent « petite », c’est parce que je leur fais pitié. Et je n’en veux pas, de leur pitié.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode