Livres
467 403
Membres
432 535

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Est-ce un rêve érotique? (Rachel)

[...]

Étienne parvint rapidement à surmonter la culpabilité qui l'assaillait.

Elle appréciait visiblement ce qu'elle pensait être un rêve, et il avait essayé de lui dire la vérité.

Sa tentative d'autojustification tourna court quand il sentit la main de Rachel descendre de nouveau vers sa ceinture. Cette fois, Étienne ne fit rien pour tenter de l'arrêter. Tous les muscles de son ventre contractés, il retint son souffle, dans l'attente anxieuse de ce qui allait suivre. Avec dextérité, elle défit le bouton et baissa la fermeture. Ses doigts s'aventuraient enfin sous le pantalon quand la porte de la chambre s'ouvrit. Marguerite fit son entrée dans la pièce.

-Eh bien ... , lança-t-elle d'un ton amusé. Je vois que vous vous entendez bien, tous les deux.

Étienne poussa un grognement sourd. Ses yeux se portèrent sur Rachel, qui s'était redressée et examinait sa mère d'un œil perplexe.

- Qu'est-ce que vous venez faire dans mon rêve érotique? s'étonna-telle.

- Votre ... rêve érotique?

Marguerite Argeneau reporta son attention sur son fils, qui ne put que bredouiller faiblement:

-Euh ...

Afficher en entier

ne t'inquiete pas, mon fils. il y a forfément dans le monde une femme qui t'est destinée. et j'ai bien l'intention de t'aider à la trouver.

Afficher en entier

Immortelle... Sur le coup, Rachel se sentit étrangement soulagée. Elle avait redouté de l'entendre répondre qu'il l'avait transformée en vampire. "Immortelle" était bien plus chouette. Immortelle... Ce mot lui faisait penser à un vieux film, dans lequel jouait cet acteur - quel était son nom déjà? - au physique aussi plaisant que son charmant accent. Sean Connery jouait un autre immortel... Ah oui! Elle y était: l'acteur s'appelait Christophe Lambert et le film, Highlander. Les immortels qu'ils incarnaient n'avaient rien à voir avec des démons suceurs de sang. Ils étaient simplement... eh bien... des immortels. Elle se rappelait tout de même qu'ils se battaient contre d'autres représentants de leur espèce bien moins sympathiques. Et ils ressentaient ce besoin dégoûtant de se couper la tête les uns aux autres pour s'éliminer, ainsi que quelque absurdité sur le fait qu'au final il ne devait en rester qu'un. La perspective de finir la tête tranchée n'était pas spécialement pour lui plaire...

- Nous ne sommes pas immortels comme Christophe Lambert et Sean Connery le sont dans Highlander, précisa son hôte sans se départir de sa patience. (Apparemment, elle avait une fois de plus pensé tout haut) Notre immortalité se rapproche davantage de celle des... eh bien... le terme le plus proche que vous pourriez comprendre serait celui de... "vampires".

Afficher en entier

Selenia

Immortelle... Sur le coup, Rachel se sentit étrangement soulagée. Elle avait redouté de l'entendre répondre qu'il l'avait transformée en vampire. "Immortelle" était bien plus chouette. Immortelle... Ce mot lui faisait penser à un vieux film, dans lequel jouait cet acteur - quel était son nom déjà? - au physique aussi plaisant que son charmant accent. Sean Connery jouait un autre immortel... Ah oui! Elle y était: l'acteur s'appelait Christophe Lambert et le film, Highlander. Les immortels qu'ils incarnaient n'avaient rien à voir avec des démons suceurs de sang. Ils étaient simplement... eh bien... des immortels. Elle se rappelait tout de même qu'ils se battaient contre d'autres représentants de leur espèce bien moins sympathiques. Et ils ressentaient ce besoin dégoûtant de se couper la tête les uns aux autres pour s'éliminer, ainsi que quelque absurdité sur le fait qu'au final il ne devait en rester qu'un. La perspective de finir la tête tranchée n'était pas spécialement pour lui plaire...

- Nous ne sommes pas immortels comme Christophe Lambert et Sean Connery le sont dans Highlander, précisa son hôte sans se départir de sa patience. (Apparemment, elle avait une fois de plus pensé tout haut) Notre immortalité se rapproche davantage de celle des... eh bien... le terme le plus proche que vous pourriez comprendre serait celui de... "vampires".

Afficher en entier

Sans s'attarder davantage, Rachel contourna Bastien et sortit de la piece, laissant Etienne contempler stupidement sa sortie. En séducteur impénitent qu'il était, il ne lui avait pas dit un mot de son apparence. Il comprit alors qu'il ne suffisait pas d'avoir accumulé des siecles d'existence et de connaissances poru ne pas etre un idiot de premiere classe.

- Bien joué frerot..., ironisa Bastien, tout sourires. Je constate que ta légendaire langue de velours est toujours aussi efficace.

Etienne poussa un grognement et s'affala en se prenant les pieds dans une chaise

Afficher en entier

- Je ne suis pas réel?

- Non, absolument pas. J'imagine seulement que vous l'êtes. En réalité, vous êtes toujours allongé sur ce chariot, bel et bien mort.

Un sourire fleurit sur ses lèvres, tout aussi charmant que le reste de sa personne.

- Comment le savez-vous? demanda-t-il.

- Les morts ne se redressent pas pour parler, expliqua-t-elle patiemment. S'il vous plaît, rallongez-vous à présent. Je sent que la tête commence à me tourner.

- Mais si, après tout, je n'étais pas mort?

Cela la laissa un instant sans voix. Puis Rachel se rappela qu'elle était fiévreuse et qu'il ne pouvait être réellement assis sur ce chariot. Elle décida de le lui prouver en s'avançant vers lui pour lui décocher un coup de poing, s'attendant à ne rencontrer que le vide. Au lieu de cela, ses phalanges percutèrent un menton bien dur et on ne peut plus réel. Le mort lâcha un cri de surprise et de douleur mêlée, mais elle le remarqua à peine, trop occupée qu'elle était à bondir de nouveau en arrière en criant de plus belle. Sa main lui faisait mal mais elle s'en fichait. Le cadavre vivant était en train de s'asseoir sur le bord du chariot.

Afficher en entier

Oh ! Merci beaucoup, mon pote ! s'emporta-t-elle.

Parfaite logique masculine : me tuer pour me sauver... Je suppose que je dois quand même dire adieu à mes vacances à Hawaï. Mince ! Et moi qui venais de me trouver un petit maillot qui ne me fait pas ressembler à Godzilla...

Afficher en entier

- Bordel ! (L'exclamation de Pudge tira Rachel de ses pensées. Après avoir gravi l'escalier, ils se tenaient dans la cuisine, devant la porte donnant sur le jardin.) J'avais oublié que tu ne supportes pas la lumière du jour, expliqua-t-il.

Rachel se sentit soudain plus légère. Une courte exposition au soleil ne pouvait pas lui faire grand mal, mais pour rien au monde elle ne lui aurait révélé.

-Dans ces conditions, suggéra-t-elle, vous pourriez peut-être me laisser ici et...

Elle ne put en dire davantage. En la tirant derrière lui, il rejoignit la table de la cuisine. Elle ne comprit ce qu'il avait en tête qu'en le voyant arracher la nappe d'un geste sec, envoyant un vase de fleurs se fracasser sur le sol.

- Vous n'allez tout de même pas... (Rachel poussa un gros soupir. Il venait de lui installer la nappe sur la tête.) Et si..., conclut-elle avec fatalisme. Vous l'avez fait.

A présent, elle avait non seulement un couteau sous la gorge, mais elle était incapable d'y voir quoi que ce soit.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode