Livres
472 214
Membres
443 848

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Vampires Argeneau, Tome 7



Description ajoutée par kraki49 2011-04-17T23:31:28+02:00

Résumé

Depuis qu’un accident l’a transformée en vampire, Elvi Black dort dans un cercueil, évite le soleil et a abandonnée l’ail. Elle sait qu’être une morte-vivante, c’est plus que ce qu’elle a vu dans les films de Dracula, mais elle ne peut pas vraiment demander à ses amis mortels quel est le bon protocole en matière de morsure. Mais quand ses voisins passent une petite annonce dans le journal local, elle ne s’imaginait pas qu’elle rencontrerait Victor Argeneau, un vampire qui pourrait choisir n’importe quelle femme, morte ou vivante.

Riche, puissant et beau à en tomber raide, Victor est l’homme parfait pour une mordeuse de cou novice comme Evil. Il accepte de lui apprendre tout ce qu’il sait, mais il doit le faire vite. Quelqu’un veut planter un pieu dans le cœur de la jeune vampire, et seul Victor peut la garder saine et sauve ainsi que satisfaite pour l’éternité.

Afficher en entier

Classement en biblio - 86 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Saya80 2018-12-17T03:06:00+01:00

— Je peux manger.

— Oui, ma puce, il semblerait que oui, dit Mabel en lui tapotant l’épaule.

Elvi ferma les yeux, la tête lui tournait. Elle n’avait rien mangé depuis cinq ans et cela plus que toute autre chose l’avait éloignée des autres. Ce fut seulement après son changement qu’elle avait réalisé combien les gens comptaient sur les aliments pour les occasions sociales. Anniversaires, mariages, bals… ils étaient célébrés par des banquets, ou des gâteaux, ou une certaine forme de nourriture. Les amis se rencontraient dans des cafés autour d’un verre. Chaque rencontre entre les gens, en quelque sorte, tournait autour de nourriture ou de boisson et cela l’avait toujours isolée.

Incapable de manger, ou même si elle y avait pensé, sa présence à ces événements avait souvent laissé les autres mal à l’aise et coupables car ils mangeaient ou buvaient en face d’elle.

C’était le côté émotionnel de la chose. L’autre côté est que Elvi adorait la nourriture. C’était le cas depuis toujours. Elle aimait l’odeur, l’aspect, la texture, le goût. Elle aimait cuisiner et elle aimait manger. S’en passer les cinq dernières années avait été comme une sorte de torture. Inutile torture, si ces deux hommes disaient vrai. Elle pouvait manger.

Cette pensée hurlait en elle comme une banshees, noyant toute autre pensée dans sa tête avec son cri.

Elvi se tourna soudain vers le réfrigérateur et en ouvrit la porte, seulement pour regarder le contenu avec consternation.

— Oh, Mabel, gémit-elle tristement.

— Quoi ? La femme se plaça à côté d’elle, mais elle sembla comprendre au moment où ses yeux se posèrent sur le contenu du réfrigérateur. D’une voix désolée, elle dit : Le Dr Wilburs m’a mise au régime.

Elvi se tenait là en secouant tristement la tête. Son esprit hurlait cheesecake et le réfrigérateur ne contenait que des choses vertes ; laitue, céleri, épinards, brocoli. Elle ne voulait pas avoir avoir quelque chose de vert et sain comme premier aliment depuis cinq ans.

— Je dois aller à l’épicerie, décida-t-elle en claquant la porte du réfrigérateur.

— Quoi ? Demanda Mabel avec surprise. L’épicerie est fermée à cette heure.

— Pas A & P, dit-elle, passant à travers le trio se tenant autour du comptoir. Il est ouvert 24 heures sur 24. S’arrêtant à la porte du garage, elle se retourna et demanda : Où sont les clés de la voiture ?

— Juste une minute, je viens aller avec toi, dit Mabel brusquement. Je dois juste trouver mes chaussures, et mon sac, et…

— Et pour le feu ? demanda Elvi.

Elle ne voulait vraiment pas avoir à attendre que Mabel se prépare.

Elle insisterait pour se changer, et rafraîchir son rouge à lèvres, puis elle se souviendrait pas où elle avait laissé son sac à main et ainsi de suite, et au moment où elle serait prête à partir, Elvi aurait pu y aller, revenir et manger un demi-fromage.

— Oh, putain. J’avais oublié le feu, murmura Mabel. Je ne peux pas le laisser sans surveillance.

— Ça va, lui assura Elvi. Je peux me conduire. Je ne serai pas longue.

— Vous ne pourrez pas conduire votre voiture. La porte du garage est bloquée par ma voiture, annonça Victor, se déplaçant vers elle. Je vais vous emmener. DJ peut rester ici et aider Mabel avec le feu.

— Je ne pas besoin d’une fichue aide avec le feu, dit Mabel avec irritation.

— Je suis sûr que vous n’en avez pas besoin, dit doucement DJ, puis il sourit et ajouta, mais je parie qu’à nous deux, nous pouvons le faire brûler davantage.

Le silence tomba brièvement dans la salle. Mabel était trop abasourdie par le commentaire suggestif pour répondre. Victor avait l’air un peu surpris lui-même. Quant à Elvi, même si elle était un peu étonnée, la pensée de la nourriture occupait son esprit et évinçait tout le reste. Elle n’allait pas interférer dans ce qui se passait entre DJ et Mabel, et elle n’allait pas argumenter contre le fait que Victor la conduise au magasin.

— Allons-y, déclara brusquement Elvi et elle fonça vers la sortie de la maison. Elle ne ressentait absolument pas de culpabilité à abandonner Mabel à la tendre compassion de DJ. C’était Mabel qui, il y a cinq ans, avait souligné que les vampires ne mangeaient pas et avait insisté pour qu’Elvi n’essaie même pas, parce qu’elle ne voulait pas « tenir sa tête quand elle vomirait tout ». A ce moment, elle blâmait Mabel de cinq ans de cheesecake manqués, de crème glacée et de chocolat.

— Cheesecake, crème glacée, chocolat, murmura-t-elle, coupant par le garage et la porte latérale.

— Est-ce que votre liste de course ? demanda Victor, amusé, en la suivant sur le trottoir qui courait autour du garage et de l’allée.

— Une partie de celle-ci, reconnu Elvi, courant dans l’allée, avant de s’arrêter brusquement. La voiture, c’était censé être celle-là, une grande BMW argent. Mais deux autres voitures étaient actuellement garées dans l’allée. L’Italien et l’Allemand étaient de retour et bloquaient sa voiture.

Victor regarda le visage d’Elvi et se déplaça devant elle à la porte du conducteur de la voiture derrière la sienne.

— Harper, ne coupez pas le moteur, dit-il, tirant la porte du conducteur ouverte. Ceci est une urgence. Nous avons besoin de mener cette dame à A & P, mais vous bloquez ma voiture et je ne pense pas qu’elle puisse attendre que vous vous déplaciez. Voulez-vous nous conduire ?

— Bien sûr. Harper sourit à Elvi par la fenêtre et remit la ceinture de sécurité qu’il venait d’enlever.

— Merci. Claquant la porte, Victor fit signe à Elvi de se déplacer pour ouvrir la porte arrière.

— Je viens aussi, annonça l’italien qui sortait de sa propre voiture. Elle ne s’en souciait pas. Ils pouvaient tous venir s’ils le souhaitaient… tant qu’ils ne la ralentissaient pas. L’idée même de quelque chose de doux et soyeux remplissant sa bouche, le revêtement de ses papilles et glissant vers le bas de sa gorge jusqu’à l’estomac stérile, menaçait de la faire baver comme un bébé.

— Quel genre d’urgence est-ce là ? demanda l’Italien, glissant sur la banquette arrière, s’asseyant à côté d’Elvi entrée par la porte opposée.

— Cheesecake, répondit-elle brusquement, se serrant contre l’homme pour faire de la place à Victor qui l’avait suivie sur la banquette arrière.

— Confortable ? demanda sèchement Harper, les scrutant dans le rétroviseur de l’endroit où il était assis, seul, à l’avant.

Elvi grimaça, mais ne se plaignit pas, ni ne suggéra à quelqu’un de bouger à l’avant pour qu’Harper ne soit pas laissé seul comme un chauffeur. Elle voulait juste partir.

Harper haussa les épaules et mit la voiture en marche, commença à reculer, puis s’arrêta brusquement tandis qu’une autre voiture arrivait derrière eux, les bloquant.

— Edward, murmura Victor en tendant le cou pour regarder par la fenêtre arrière. Il fit signe à l’homme par la fenêtre et cria : Sortez de la route !

Plutôt que de faire comme indiqué, l’homme sortit de sa voiture.

— Où est-ce que tout le monde va ? demanda-t-il poliment, les yeux à l’affût quand il regarda la banquette arrière et vit Elvi.

— Nous devons aller au A & P, lui dit Harper. Déplacez votre voiture afin que nous puissions sortir.

Edward hésita, puis dit :

— Ne serait-il pas plus simple de prendre ma voiture ? Elle a des sièges plus larges.

— Très bien !, Déclara Elvi avec exaspération.

Ce serait probablement tout aussi rapide que d’attendre qu’il retourne dans la voiture et recule, de toute façon, pensa-t-elle. Elvi aurait rampé droit sur Victor pour sortir du véhicule étroit s’il n’était pas déjà en train d’ouvrir la porte en soupirant.

Elle attendait avec impatience après lui pour sortir, se hâta derrière lui et se précipita vers le véhicule bloquant Harper.

C’était une BMW comme Victor, mais noire. Elle était également énorme et avait visiblement plus de places assises. Elvi entra à l’intérieur, rencontra à nouveau l’italien qui avait lui aussi grimpé sur la banquette arrière. Même s’il y avait plus de place, ils étaient encore à l’étroit une fois Victor installé et la porte fermée. Ces hommes étaient grands. Elle se sentait encore comme une sardine dans une boîte.

Sentant qu’Alessandro la scrutait, elle tourna vers lui un regard interrogatif.

— Déjà vu, hein ? dit-il avec un sourire, fermant sa porte.

Malgré son impatience de se rendre à l’épicerie, Elvi lui sourit en retour.

— Je suis Alessandro Cipriano, se présenta-t-il, lui tendant la main. Une fois qu’elle lui eut serrée, il désigna le blond s’installant maintenant sur le siège du passager avant, et c’est Harpernus Stoyan.

— Appelez-moi Harper. L’homme se tourna et offrit également sa main, dans une secousse rapide, puis attacha sa ceinture de sécurité.

— Et je suis Edward Kenric, annonça leur chauffeur en en terminant avec sa propre ceinture de sécurité et il enclencha la marche arrière.

— Je suppose que Victor s’est présenté correctement pendant que vous soigniez sa blessure, déclara Harper, se tournant sur son siège pour pouvoir la voir.

— Non.

Elvi regarda sur le côté l’homme sur lequel elle était presque assise. Seigneur, tous ces hommes étaient grands. Elle pourrait penser que c’était un résultat de leur nature de vampires, mais elle n’avait pas soudainement grimpé à six pieds de haut ni gagné de plus gros seins, donc elle supposait que c’était purement le résultat de leurs patrimoines génétiques.

— Victor Argeneau, le présenta correctement Harper.

Elvi et Victor échangèrent un clin d’œil.

— Et vous êtes, je l’espère, Elvi Black ? déclara M. Harper.

— Oui. Elle rougit, se rappelant soudain que tous ces hommes étaient là pour lui faire la cour. Elle voulut avouer qu’elle n’avait pas posté l’annonce, mais elle craignait qu’ils ne la croient pas.

— Où allons-nous ? demanda Edward.

— Tournez à gauche, le dirigea Elvi, réalisant qu’il s’était de nouveau tourné vers elle et était maintenant arrêté à un croisement, incertain de la direction.

— Nous allons à A & P.

— A & P, murmura Edward en s’arrêtant au feu rouge sur le coin. Quelle est la situation d’urgence exactement ?

— Cheesecake, répondit Alessandro, puis haussa les épaules quand l’anglais tourna yeux perçants sur lui. C’est-ce qu’elle a dit quand j’ai demandé.

— Tournez à droite ici, Elvi murmura avec embarras. La lumière était toujours rouge, mais il n’y avait pas de trafic provenant des côtés.

Edward recula pour faire face à la route et tourna comme indiqué.

— C’est tout droit sur cette route à plusieurs blocs, dit-elle. Il est sur le côté gauche. Je vous préviendrais quand nous arriverons à proximité.

Puis Elvi se rassit et essaya de ne pas pianoter avec ses doigts sur ses genoux alors qu’Edward Kenric conduisait jusqu’à la rue à une vitesse ridiculement lente.

— La limite de vitesse ici est de cinquante kilomètres à l’heure, l’informa-t-elle quand elle ne put plus le supporter plus longtemps.

Kenric tourna les yeux vers elle dans le rétroviseur. Il ne cracha pas les mots tranchants qu’elle sentit qu’il voulait dire, mais prit de la vitesse… un peu. Elvi aurait pleuré de frustration. Elle était sûre qu’il allait seulement à trente. Elle aurait pu courir plus vite que ça… en portant l’un des hommes.

Conscient que le silence dans la voiture était aussi le sien, Elvi jeta un regard curieux autour d’elle.

Tous, à part Edward, semblaient la regarder, mais même Edward l’observait en regardant dans le rétroviseur.

Elle remua inconfortablement, puis soupira et dit :

— Je n’ai pas mis l’annonce dans le journal. Mabel l’a fait. Je ne savais même pas ce qu’elle avait fait jusqu’à ce soir.

— Nous le savons, l’informa doucement Harper. Nous l’avons appris ce soir au restaurant.

— Oh.

Elle changea de position. Ils la regardaient encore, mais elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’il fallait dire pour les faire cesser… bref de leur dire, ce qui semblait rude étant donné qu’ils s’étaient tous précipités pour l’emmener à l’A & P et le cheesecake. Eh bien, tous à part Edward. Il semblait être un pilote du dimanche. Pourquoi le bougre n’avait-il pas seulement déplacé sa stupide voiture et laissé Harper conduire, elle ne savait pas. Évidemment, un maniaque du contrôle, décida-t-elle. Beau, mais il avait des problèmes. Et il n’était pas brillant. Un homme intelligent ne s’interposerait pas entre une femme et un cheesecake.

Un son étouffé attira tous les yeux à l’arrière de la tête d’Edward. S’il y avait une sorte de crise qui l’empêchait de se rendre à l’épicerie… Honnêtement !

Un rire de l’italien attira son regard et elle fronça légèrement les sourcils.

— Quoi ?

— Rien, dit-il rapidement, puis demanda, Que pensez-vous de moi jusqu’ici ?

— Je ne vous connais pas, déclara Elvi, abasourdie par la question.

— Non, bien sûr que non, murmura-t-il, mais il la regardait presque avec impatience.

Secouant la tête, Elvi regarda par la fenêtre à nouveau pour voir à quelle distance ils étaient, mais maintenant que l’homme avait posé la question, elle ne semblait pas pouvoir s’empêcher de penser à ce sujet. Que pensait-elle de lui ? Il semblait bien loin de ce qu’elle pouvait dire. Il avait bonne mine, et ses yeux ! Elle n’avait jamais vu des yeux bruns dorés avant. Ils étaient presque aussi beaux que ceux de Victor.

Son regard glissa sur Harper. C’était lui aussi un bel homme avec ses cheveux dorés et ses yeux vert argenté. Les quatre hommes dans la voiture étaient attrayants, mais des quatre d’entre eux, elle aurait dit que c’était Victor qui lui plaisait le plus. Elle ne pouvait pas dire pourquoi et ne se souciait pas de réfléchir à la question. En outre, ils avaient atteint l’épicerie… enfin.

Et Edward la dépassa, réalisa-t-elle avec horreur. Penchée en avant, elle hurla :

— Ici !

Puis cria de surprise quand Edward écrasa les freins et envoya tout le monde en arrière dans leurs sièges.

Il y eut un moment de silence surpris dans la voiture, puis Edward tourna lentement sur son siège et lui jeta un regard froid.

— Mlle. Black, à l’avenir, pourriez-vous essayer d’éviter de crier à l’oreille du conducteur tout en donnant des directives ? Ça peut-être inquiétant.

— Désolé, dit-elle humblement.

L’homme pouvait être assez effrayant quand il choisissait de l’être.

— Elle obtient le point, Edward. Plus besoin de tirer ici.

La voix de Victor était dure et directive et Edward se détourna, mais pas avant qu’elle n’ai vu la contrariété sur son visage.

Libérant le souffle qu’elle avait retenu depuis l’arrêt foudroyant, Elvi prit une grande inspiration prudente et offrit à Victor un sourire reconnaissant, puis se tourna vers regard interrogateur d’Alessandro quand il tapota son bras.

— Vous m’aimez, non ? dit-il avec un sourire quand elle rencontra son regard.

Elvi le regarda avec confusion, puis suivit son regard quand il baissa les yeux, réalisant alors seulement que quand Edward avait appuyé sur les freins, elle avait saisi le genou de l’homme et le tenait toujours.

Un couinement surpris glissa de ses lèvres, et elle lâcha immédiatement son genou, pour se rendre compte qu’elle serrait Victor avec son autre main aussi fort. Récupérant celle-là aussi, elle croisa les bras sur sa poitrine et regarda droit devant elle à l’A & P qui représentait un phare dans l’obscurité.

— Cheesecake, chocolat et crème glacée, murmura-t-elle dans un souffle. Il ne serait question de rien d’autre tant qu’elle ne les aurait pas.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Saya80 2018-12-17T03:14:09+01:00
Argent

Eh, bien. J'ai beaucoup ri. L'histoire était vraiment intéressante. Je crois que c'est le meilleur de tous. (même si j'avais beaucoup aimé le tome 1 et 3 aussi.) À lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sky00 2018-01-11T18:19:30+01:00
Argent

Une très bonne suite bien que ce ne soit pas ma préférée !!! J’ai passé un très bon moment, les personnages de ce tome sont totalement décalés ! Dans ce nouveau tome il n’y a pas réellement d’intrigue, tout est plutôt basé sur des situations loufoques et totalement légère !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par omahi 2013-06-28T08:41:25+02:00
Argent

Je redécouvre cette série en V.O et je préfère franchement! Je profite mieux de la plume de l'auteure et je me régale. En ce moment ce tome 7 est sur ma table de chevet. L’héroïne est adorable, les personnages secondaires loufoques et intéressant et on a envie d'aller visiter Port-Henry.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Tsukihime 2013-05-24T22:39:45+02:00
Bronze

On retrouve ici le schéma bien connu de la bit-lit, une femme, un homme, une rencontre, des ennuis (souvent des menaces de morts) et malgré tout ils se rapprochent et finissent ensemble. On est pas étonné par le fond, mais la forme apporte son petit plus.

Tout d'abord, l'héroïne de 62 ans (mais d'apparence 25) a vraiment des réflexions de grand-mère, ses amis ayant aussi la soixantaine c'est très drôle de les imaginer ensemble. En plus, on a droit non pas à 1, mais à 5 vampires à caser dans ce tome, certes on se concentre sur Victor (la série est sur les Argeneau après tout) mais on à droit à une petit incursion sur chacun d'eux. Enfin, la ville de Port-Henry est vraiment spéciale, tout une communauté qui se sert les coudes pour venir en aide à une vampire, ça change de d'habitude.

En gros, je retiens plus la légèreté du récit, rehaussé par beaucoup de passion à partir du milieu de l'intrigue (bit-lit oblige). Une bonne lecture qui me permet de bosser mon anglais en plus, j'adhère.

Afficher en entier

Date de sortie

Les Vampires Argeneau, Tome 7

  • USA : 2007-12-06 (English)

Activité récente

mythik l'ajoute dans sa biblio or
2018-03-02T14:35:26+01:00

Titres alternatifs

  • Argeneau and Rogue Hunter, Book 7 : The Accidental Vampire - Anglais

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 86
Commentaires 4
Extraits 1
Evaluations 12
Note globale 8.09 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode