Livres
454 819
Membres
403 529

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Vas-y, l’encourageai-je. Va voir tes admiratrices. Signe quelques autographes. C’est bon pour l’image de la Maison.

— Tu n’as pas peur que l’une d’entre elles essaie de m’enlever avec des mots d’amour ? demanda-t-il d’un ton espiègle.

— Oh, elles essaieront, mais je ne me fais pas de souci. Tu me reviendras.

Le sourire qui flottait sur ses lèvres était tout bonnement irrésistible.

— Parce que je t’aime éperdument ?

— Bien sûr.

Et aussi parce que c’était moi qui avais les clés de la voiture.

Afficher en entier

"- Tu t'es interposée entre moi et l'ennemi. Ou, pour être plus précis, entre moi et une voiture lancée à pleine vitesse.

Je pris le temps de choisir mes mots.

- C'est mon travail de protéger cette Maison, même si ça signifie que je dois m'exposer au danger à ta place. Je suis Sentinelle.

- J'ai parfaitement conscience de ta position dans cette Maison, Mérit. Je refuse que tu reçoives des coups à ma place.

- Tu as reçu un pieu qui m'était destiné, lui fis-je remarquer, lui rappelant l'épisode qui m'avait conduite à pleurer sa disparition pendant des mois. Je n'ai pas l'intention de rester les bras croisés alors que quelqu'un tente de te tirer dessus.

Il proféra des jurons gutturaux qui, je le supposai, devaient être en suédois.

- Si tu comptes m'insulter, ne le fais pas dans une langue étrangère, s'il te plaît. J'aimerais comprendre pour imaginer une réplique cinglante appropriée.

Il me dévisagea, un sourcil arqué, mais la commissure de ses lèvres se retroussa légèrement. Heureusement qu'il appréciait les sarcasmes, car c'était ma principale stratégie de défense.

- Je suis le Maître de cette Maison. C'est mon travail de protéger mes vampires.

- Sans vouloir te manquer de respect, Ethan, arrête de nous rappeler que tu es le Maître. Nous le savons et n'en doutons pas un instant. Et nous faisons exactement ce que nous sommes censés faire : te protéger.

- Tu représentes tout pour moi, confia-t-il en reposant son verre. C'est à moi de te protéger.

- Et je peux dire la même chose de toi."

Afficher en entier

J’allai sans hésitation me glisser entre ses bras.

— Je t’aime, murmura-t-il en me serrant contre lui.

— Moi aussi, je t’aime. Toujours est-il que mon boulot est de te protéger.

— Alors, je devrais peut-être t’affecter à la bibliothèque.

Afficher en entier

— Sentinelle, soupira-t-il. Qu’est-ce que je vais faire de toi ?

— M’accompagner sous la douche, pour commencer.

— Ce n’est pas exactement ce que je voulais dire.

Je me penchai en arrière et pris l’expression la plus sensuelle dont j’étais capable.

— Oh, je crois que si.

Afficher en entier

Je profitai du trajet pour appeler Jonah.

— Salut, répondit-il sur un ton réservé. C’est gentil de me téléphoner, Grand-mère. Attends juste une minute .

Cet accueil surprenant, ainsi que les paroles étouffées que j’entendais en fond sonore, m’intrigua, mais je tâchai néanmoins de rester concentrée sur la route.

— J’attends, et je suppose que tu vas m’expliquer ce qui se passe.

— Absolument, Grand-mère.

Il y eut de nouveaux sons assourdis, suivis par un grincement de chaise et un bruit de pas. Les raisons de son mensonge m’apparurent brusquement.

— Tu as un rendez-vous !

— Je suis désolé de ne pas avoir pu venir à ton anniversaire, Grand-mère. Je suis content que tu appelles.

— Est-ce qu’elle est mignonne ? Oh, c’est une humaine ? Une nymphe ?

D’accord, c’était immature, mais le taquiner me procurait un plaisir immense. 

Afficher en entier

Jonah, qui ne me connaissait que trop bien, avait préparé à mon intention une bouteille de sang et une barre chocolatée.

— J’ai déjà pris un petit déjeuner, fis-je remarquer en montant dans sa berline. Et même si ça n’avait pas été le cas, je n’ai pas besoin qu’on me nourrisse.

Il vérifia ses rétroviseurs et s’inséra dans la circulation.

— Étant donné que tu as déjà ouvert cette barre chocolatée, j’en déduis que ce petit déjeuner en question ne t’a pas fait un grand effet.

Je faillis lui en proposer un morceau, puis décidai qu’il ne le méritait pas.

Afficher en entier

Mon sourire s’évanouit, et je me sentis rougir de honte.

— Margot nous a apporté ça pendant que nous faisions l’amour.

— Probablement, confirma Ethan avec un petit sourire suffisant.

Je fermai les yeux. Je n’étais pas du genre exhibitionniste et n’avais aucune envie que les autres Novices sachent quoi que ce soit de mes moments intimes avec Ethan.

— Sentinelle, les vampires de cette Maison ne sont pas naïfs. Je les soupçonne fortement de ne rien ignorer de ce qui se passe derrière ces portes.

Afficher en entier

Soudain affamée, je me tournai vers Ethan, qui m’observait d’un air amusé.

— Tu as commandé à dîner.

— Je me doutais que tu aurais faim, alors j’ai demandé à Margot de nous préparer un repas, expliqua Ethan.

— Pourquoi est-ce que tout le monde pense toujours que j’ai faim ?

— Parce que tu as toujours faim.

— Oui, bon, j’ai tout de même couru cinq kilomètres, ce soir.

— Un effort physique qui n’a rien d’extraordinaire, pour un vampire.

— Un effort physique largement suffisant.

Afficher en entier

Un grand sourire s’étira sur mes lèvres.

— Tu m’as appelée « Grand-mère ». Ce qui m’amène à conclure que tu as rendez-vous avec une humaine, étant donné que tu n’as à ma connaissance aucune famille en vie.

— Premier rendez-vous, admit-il. J’ai appris qu’il valait mieux éviter d’annoncer d’emblée aux filles que j’étais un vampire.

— L’effet Twilight ?

— L’effet Twilight. Elles sont déçues quand elles découvrent que je n’ai pas les cheveux bruns, le teint pâle, un air boudeur et que je ne scintille pas.

Afficher en entier

— Je ne sais pas, mais je m’en moquerais si c’était le cas. Je veux dire… J’accepte qu’il ait eu une vie avant moi. Moi-même, je n’étais pas une sainte avant de le rencontrer. (Elle me décocha un regard en biais.) Non, je n’en étais pas une.

— Tu étais une intello passionnée de littérature anglaise. C’est aussi proche de ce que peut être une sainte sans béatification. Mais continue.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode